Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2010

L'heure de la libération est proche...

chaines brisées.jpgRéjouissez-vous, mes frères européens ! L’heure de la délivrance approche !

Car le Système que l’on vous a imposé est en train d’imploser.

Vos parents avaient préféré les tables en Formica à la défense de l’œuvre coloniale ou à l’indépendance de l’Europe. On vous a demandé ensuite d’échanger vos libertés collectives, c’est-à-dire votre souveraineté, contre la perspective de l’abondance matérielle individuelle, contre des téléphones portables et des supermarchés bien garnis. 
On vous a demandé de rejeter et de mépriser vos traditions, votre histoire et votre identité au nom de la modernité et de vous repentir d’être européens. 
On vous a demandé d’accueillir l’immigration au nom des droits de l’homme. Vous vous êtes soumis au règne de l’individu roi au nom de la liberté et vous êtes sortis de l’Histoire, que d’autres faisaient à votre place.

Mais aujourd’hui ce pacte est rompu : vous avez perdu non seulement vos libertés collectives mais vous perdez aussi vos libertés individuelles chaque jour un peu plus, comme la liberté d’expression, par exemple. Et à la place de l’abondance individuelle, vous connaissez maintenant la pauvreté, le chômage, la récession, la discrimination, le retour des inégalités sociales, le déclassement pour vous et, plus encore, pour vos enfants.

Mais réjouissez-vous, mes frères européens, cela ne durera pas car ce Système est en train d’imploser.

Le Système est en train d’imploser parce que l’économie, dérégulée à l’échelle mondiale au nom du dogme libre-échangiste, échappe désormais à tout contrôle humain et parce que les Etats européens ont abandonné, avec la préférence nationale ou communautaire, les moyens de vous protéger.

Le Système implose sous le poids des dettes publiques, parce que les entreprises mondiales ont reporté sur les finances des Etats les charges sociales induites par le chômage qu’elles ont provoqué en délocalisant et en réclamant la suppression des frontières économiques. Elles ont aussi reporté sur les finances publiques le coût croissant de l’immigration, cette immigration qu’elles ont encouragé car elle leur a permis de baisser vos salaires et de faire des bénéfices.

Le Système implose parce que la dénatalité européenne autochtone, encouragée par ceux qui ont prétendu libérer la femme par le travail salarié, ne permet plus d’assurer la continuité des régimes sociaux.

Le Système implose parce que les gouvernements européens ne sont plus capables de garantir les fonctions normalement dévolues aux Etats : ni la sécurité intérieure, ni la protection des frontières, ni la justice, ni l’égalité en droit des citoyens, ni la prospérité. Impuissants, ils ont perdu toute légitimité autre que formelle. C’est pourquoi ils sont devenus instables.

Le Système implose parce que l’utopie égalitaire et matérialiste sur laquelle il repose est destructrice de toute civilisation.

Le Système implose parce que le voile médiatique qui voulait vous cacher la réalité est en train de se déchirer.

Les images de convenance au service des puissances d’argent que l’on vous oblige à regarder chaque jour ne parviennent plus à cacher l’ampleur du chaos dans lequel on vous a précipités : les émeutes ethniques, l’islamisation, le chômage, la violence, la pauvreté, l’effondrement des institutions publiques, une Europe de vieillards, nos soldats en guerre.

Vous comprenez que l’on vous a trompés pour mieux vous soumettre à la loi de l’argent et vous transformer en atomes sociaux, en consommateurs drogués et en ressource humaine docile.

Mes frères européens, réjouissez-vous ! Car même si la délivrance sera douloureuse, elle sera rapide puisque la décadence du Système est profonde.

Le Système implose et c’est une bonne nouvelle. Car un cycle historique s’achève : celui de la dormition des Européens.

Michel Geoffroy

(via Polémia)

08:44 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

c'est une étape que l'on souhaite mais que l'on craint aussi.

Écrit par : Paul-Emic | 01/07/2010

Les commentaires sont fermés.