Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/07/2010

Ce que Marx pourrait dire des lois Gayssot

karl marx.jpgVoici ce que disait Karl Marx, en 1843 :

"Voilà donc l'écrivain livré au terrorisme le plus redoutable, à la juridiction de la suspicion ! Des lois tendancieuses, des lois qui n'offrent pas de normes objectives, ce sont des lois du terrorisme telles que les ont inventées la détresse de l'État sous Robespierre et la corruption de l'État sous les empereurs romains. Des lois qui font non de l'acte comme tel, mais de la conviction de l'acteur, leurs critères principaux, ce sont tout bonnement des sanctions positives de l'absence de lois. (...) C'est seulement quand je m'extériorise, quand j'entre dans la sphère du réel, que j'entre dans la sphère du législateur. Pour la loi, je n'existe absolument pas, n'en suis nullement l'objet, sauf quand j'agis. Seuls mes actes lui donnent prise sur moi ; en effet, ils sont la seule chose pour laquelle je revendique un droit à l'existence, un droit à la réalité, par quoi je tombe donc sous le coup du droit réel. Or la loi tendancieuse ne punit pas seulement ce que je fais, mais encore ce que je pense en dehors de cet acte. C'est donc une insulte à l'honneur du citoyen, une loi vexatoire contre mon existence. J'ai beau le tourner et le retourner comme je veux, l'important, ce n'est jamais l'état de faits. On suspecte mon existence, mon être intime : mon individualité est considérée comme mauvaise et je suis puni d'avoir telle opinion. La loi ne me punit pas pour le tort que je cause, mais pour le tort que je ne cause pas. (...) La loi qui s'en prend aux convictions n'est pas une loi de l'État faite pour les citoyens, mais une loi faite par un parti contre un autre parti. La loi tendancieuse supprime l'égalité des citoyens devant la loi. C'est une loi qui divise au lieu d'unir, et toutes les lois qui divisent sont réactionnaires. Ce n'est pas une loi, mas un privilège. (...) Et comment faut-il exécuter une loi de ce genre ? Par un moyen plus révoltant que la loi même, par des espions, ou en convenant préalablement que des écoles littéraires tout entières doivent être tenues pour suspectes, sous réserve, s'entend, de rechercher à quelle école appartient tel individu. (...) (Cette loi) érige le censeur, à la place de Dieu, en juge du coeur."

(« Remarques à propos de la récente instruction prussienne sur la censure par un citoyen rhénan », Anekdota, vol. 1, 1843, in Karl Marx, Oeuvres, tome III, Philosophie, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1982.)

Correspondance Polémia