Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2013

Le phoque et les tourtereaux (fable)

phoque.jpgPar un joli printemps plein d'oiseaux qui chantaient,

Un très vieux phoque racorni se lamentait

En voyant deux tourtereaux tout occupés

A bâtir leur nid et à bien se bécoter

Il enviait leur amour et leur félicité.

Lui qui n'avait jamais connu qu'amours déçus,

Etreintes, enculades et autres papans cuculs,

Il rêvait de mariage, d'union consacrée

Par l'onction républicaine et sacrée.

Que diable, si l'on s'aime, les mêmes droits on doit avoir

Et tous se marier entre pairs on doit pouvoir...

Ensuite, il se voyait fort benoîtement adopter

Un, deux ou trois bébés phoques tachetés

Qu'il pourrait tout à loisir bécoter et mignoter.

Deux femelles appariées pourraient aussi enfanter

Grâce à la procréation techniquement assistée.

Le tourtereau s'approcha du gros bariolé

En s'empressant à son souvenir de rappeler

Que le mariage n'a été un jour inventé

Que pour stabilité à l'enfant et à la femelle donner.

Qu'ont-ils donc besoin, lui et ses pairs de singer

Une institution de nos jours si délaissée

Par les zétéros tous concubins fatigués

Si ce n'est pour pervertir notre société.

« Oubliez-nous, ajouta l'oiseau agacé,

Chez les grecs allez donc vous faire ramoner !

Loin de nos yeux, toutes vos turpitudes !

Estimez-vous heureux que Dieu dans sa mansuétude

En statue de sel ne vous ait pas transformé,

C'est ce qui vous pend au nez et que méritez ! »

 

Quand tout est inverti et qu'on marche sur la tête

Il faut s'attendre à de sacrés maux de tête.

(John von La Fountain Jr.)

08:26 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.