Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2013

OPERATION BAUCENT (Chapitre 1/4)

09:11 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

26/01/2013

Pensées plus ou moins correctes (2)

Picasso.jpgABSTRAIT

« Combien de gens ne sont abstraits que pour paraître profonds. »

(Joseph Joubert)

ABSURDITE

« En politique, une absurdité n'est pas un obstacle. »

(Napoléon Bonaparte)

ACCEPTER

« A tout accepter, on finit par tout supporter. Et à tout supporter, on finit par tout justifier. »

(Saint Augustin)

ACCOMMODEMENT

« Un mauvais accommodement vaut mieux qu'un bon procès. »

ACTEUR

« Les acteurs rateraient très souvent, presque toujours, leurs entrées en scène, s'ils n'avaient pas, étant en coulisse, cette pensée constante : il me semble qu'il y a bien longtemps qu'on ne m'a vu. »

(Sacha Guitry)

ACTION

« Une bonne action ne reste jamais sans récompense. »

« Agir en homme de pensée, penser en homme d’action »

« Nos bonnes actions sont souvent plus troubles que nos péchés. »

(Marcel Aymé)

ADMINISTRATION

« L'administration est un lieu où les gens qui arrivent en retard croisent dans l'escalier ceux qui partent en avance. »

(Georges Courteline)

20/01/2013

OPERATION BAUCENT (Chapitre 1/3)

09:06 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

18/01/2013

Pensées plus ou moins correctes

ABANDONNER

« Vive qui m'abandonne ! Il me rend à moi-même. »

(Henry de Montherlant)

ABEILLE

« L'abeille laborieuse n'a pas le temps d'être triste. »

(William Blake)

aborigènes.jpgABORIGENE

« Créatures méprisables qui encombrent le sol d'un pays récemment découvert. Elles cessent bientôt de l'encombrer pour le fertiliser. »

(Ambrose Bierce)

ABSENCE

« L'absence diminue les médiocres passions et augmente les grandes, comme le vent éteint les bougies et allume le feu. »

(La Rochefoucauld)

« Les absents sont assassinés à coups de langue. »

(Scarron)

« Si tu veux être apprécié, meurs ou voyage. »

(Proverbe Persan)

16/01/2013

La dinde et la poule (Fable)

Trierweiler.jpgBraves gens, méfiez-vous de la haine femelle,

Tout comme la jalousie, elle peut être éternelle.

 

Sur son tas de fumier, Mollet le coq chantait

Sans se lasser, il jabotait et pérorait

Car roi de la basse-cour il était devenu.

Pour quelques voix de plus, il était parvenu

A ceindre des lauriers la couronne tant convoitée

Et du Palais Balisé le nabot virer.

Valou, sa dinde favorite, l'avait bien aidé

Toute fiérote d'avoir Ségo, la poule, éjectée

Après avoir pondu quatre poussins sans passer

Devant M'sieu l'Maire en justes noces convoler.

Fort dépitée que sa majesté emplumée

Pour nul poste de ministre ne l'ait sélectionnée,

La poule poitevine répudiée du perchoir rêvait.

Mais la dinde teigneuse au grain veillait.

Elle vivante, l'ancienne, la rejetée, jamais rien n'aurait.

Fière de sa réussite, la dinde Valou

Qui croyait avoir fait roi un volatile tout mou

En le mettant au régime sans Pépito,

Choucroute, cassoulet, hamburger ni gâteau,

Partout, à Tulle, Berlin ou New-York le suivait,

A défaut de première dame, concubine restait,

A la mère de ses poussins à mort en voulait.

Sego.jpgDans les couloirs de l'ONU, elle l'obligea

A filer, à faire comme s'il ne la voyait pas.

La poule en fut très fortement dégoûtée

Et la dinde bizarrement n'en tira nulle fierté

Car Mollet le coq sa hargne lui reprocha :

« Valou, j'ai beau faire, je ne comprends pas

Pourquoi cette haine, acharnée, inlassable

Contre une rejetée, une paria si misérable ? »

- Mollet, pauvre couillon, moi, vivante,

Jamais devant tes yeux ton ex ne sera présente.

La première, la favorite, c'est moi et pas elle

Qu'elle aille se faire cuire un oeuf la péronnelle !

Ni chef du parti, ni ministre, ni présidente,

Ni députée, ni rien ne sera cette emmerdante !

Qu'elle crève la grosse poule dans ses Charentes-Poitou

Et diantre qu'elle ne s'approche plus jamais de nous.

A La Rochelle, Ségo voulut se présenter.

Pour aider son adversaire, Valou se mit à touiter.

La poule convoqua la presse, au charron hurla,

Le microcosme du média volailler se déchaîna.

Fâché de cette bavure, le coq la réprimanda.

Valou se jura de bientôt faire profil bas.

A son cher coq, elle promit que la prochaine fois

Avant de touiter, sa langue sept fois tournerait

Mais que de l'encore plus lourd elle balancerait.

Ainsi chez les roses, jamais ne finissaient les querelles

De ces suffragettes et autres enragées femelles.

Sa piteuse majesté Coq ses plumes s'arrachait

Car de sa poule rejetée que faire ne savait...

 

(John von La Fountain Jr.)

08:23 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

13/01/2013

OPERATION BAUCENT (Chapitre 1/2)

09:04 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

11/01/2013

Le phoque et les tourtereaux (fable)

phoque.jpgPar un joli printemps plein d'oiseaux qui chantaient,

Un très vieux phoque racorni se lamentait

En voyant deux tourtereaux tout occupés

A bâtir leur nid et à bien se bécoter

Il enviait leur amour et leur félicité.

Lui qui n'avait jamais connu qu'amours déçus,

Etreintes, enculades et autres papans cuculs,

Il rêvait de mariage, d'union consacrée

Par l'onction républicaine et sacrée.

Que diable, si l'on s'aime, les mêmes droits on doit avoir

Et tous se marier entre pairs on doit pouvoir...

Ensuite, il se voyait fort benoîtement adopter

Un, deux ou trois bébés phoques tachetés

Qu'il pourrait tout à loisir bécoter et mignoter.

Deux femelles appariées pourraient aussi enfanter

Grâce à la procréation techniquement assistée.

Le tourtereau s'approcha du gros bariolé

En s'empressant à son souvenir de rappeler

Que le mariage n'a été un jour inventé

Que pour stabilité à l'enfant et à la femelle donner.

Qu'ont-ils donc besoin, lui et ses pairs de singer

Une institution de nos jours si délaissée

Par les zétéros tous concubins fatigués

Si ce n'est pour pervertir notre société.

« Oubliez-nous, ajouta l'oiseau agacé,

Chez les grecs allez donc vous faire ramoner !

Loin de nos yeux, toutes vos turpitudes !

Estimez-vous heureux que Dieu dans sa mansuétude

En statue de sel ne vous ait pas transformé,

C'est ce qui vous pend au nez et que méritez ! »

 

Quand tout est inverti et qu'on marche sur la tête

Il faut s'attendre à de sacrés maux de tête.

(John von La Fountain Jr.)

08:26 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

09/01/2013

La hyène et la limace

bouteflika hollande.jpgUn jour d'hiver, la hyène, satrape de Berbérie,

Invita son voisin gaulois, la molle limace

Démocratique et toujours prête à toute grimace,

Salamalecs, ronds de jambes et diplomatie.

On se congratula, la molle limace bava

Et de bonheur en bredouilla. La hyène ricana

Quand sa rose majesté au palais se prit

Les pieds dans le rouge et épais tapis.

Pourtant, toute gélatineuse mais fort résolue,

Notre fière invertébrée était venue

Pour le prix du gaz à la baisse renégocier,

L'invasion des orques berbères réfréner,

Repentances et coûteuses réparations rejeter

Et la grâce des pauvres maudits demander.

Molle altesse se retrouva bien vite déçue.

Quelques méchants coups de dents, griffes et pieds

Suffirent à calmer d'aussi impudentes velléités.

Devant toute la haute assemblée des hyènes réunies

Elle reconnut les souffrances de la Berbérie,

L'horreur et l'abomination des colonies,

Par millions, des visas d'entrée elle promit

Et les maudits n'eurent droit qu'à l'oubli.

Le tarif du gaz resta indexé sur celui du pétrole

Et, comme ultime et superfétatoire torgnole,

La limace dut se résigner à l'acceptation

D'une énième terrible injuste augmentation.

De retour dans son écologique dirigeable

La pauvre bête sortit ce commentaire minable :

« Cela aurait pu être encore beaucoup plus pire ;

D'une simple pichenette, la hyène aurait pu m'occire.

Heureux et contents sommes-nous qu'elle se satisfasse

De nous laisser juste le futal sur les godasses ! »

Rentré dans son palais, la laide hyène satisfaite

Déclara à tous ses ministres rassemblés :

« A toujours trop vouloir mon arrière-train lécher,

La prochaine fois, cette visqueuse baveuse surfaite

En sera quitte pour également nettoyer

Toute la gluante bave qu'au sol elle nous a laissée

Derrière elle, tant elle a piteusement balisé

De peur devant ma très auguste majesté

Qui n'aurait d'ailleurs jamais daigné

S'abaisser à cette gélatine impure croquer.

 

Pendant tout ce temps, dans la liesse, la populace

Youyoutait de la déconfiture de la limace

Qui, elle, revenait néanmoins rassérénée

Son honneur aussi vite perdu que retrouvé.

 

(John von La Fountain Jr.)

09:19 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

05/01/2013

OPERATION BAUCENT (Chapitre 1/1)

08:25 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)