Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2013

Opération Baucent (Chapitre 7/3ème partie)

Le dernier étage de la Tour Europa, orgueilleux building de verre et d’acier, était occupé par « MPR », pour « Mental Power Ressources », une société spécialisée en conseil aux entreprises. Son PDG et principal actionnaire n’était autre que Paul Armen. Profil d’aigle, cheveux gris coupés en brosse ultracourte, cet homme de haute taille en imposait par l’impression d’autorité naturelle qu’il dégageait. Sur un polo Lacoste blanc, il portait un costume sombre de chez Armani et était chaussé d'une paire de Weston parfaitement cirées. Il tenait dans sa main la nouvelle merveille de chez Apple, un téléphone portable de toute dernière génération. Tel un ours en cage, il allait et venait, piétinant la moquette épaisse de son immense bureau… « Ah, les deux salopards, ils vont me le payer ! » se répétait-il mentalement. Il venait d’écouter et de réécouter l’incroyable message que Lerenard avait laissé sur son répondeur.

« Armen, salaud, on a ta poule. Va falloir que tu craches au bassinet si tu veux la revoir ! » Puis cet appel désespéré de Virginie : « Paul, au secours, à moi ! Ils m’ont kidnappée… Je suis… » Et aussitôt : « Ca va te coûter cher, mais avec le trésor que tu es sur le point de découvrir, tu pourras banquer… »

Paul n’arrivait pas à se calmer. Il avait une très vague idée d'où pouvait venir le coup. Il se rappelait que deux pieds nickelés, un gros un peu demeuré et un maigre au regard mauvais, avaient réussi à s’infiltrer lors de l’avant dernier convent de son ordre. Mais ils avaient été vite repérés et aussitôt jetés dehors. Comment étaient-ils au courant pour le trésor ? Plus il y réfléchissait et plus il lui semblait que ces deux types ou d’autres - il ne manquait pas d’ennemis- devaient travailler pour une organisation qu’il allait falloir contrer au plus vite. Il appuya sur une touche de l’interphone.

« Mademoiselle, appelez-moi Babacar et Davidovitch. Je veux les voir immédiatement dans mon bureau ! » L’ordre ne souffrait pas la moindre objection. Armen savait se faire obéir. A peine une minute plus tard, les deux costauds qui s’étaient illustrés la veille à la librairie du « Griffon d’or » se tenaient, humbles et silencieux, devant leur boss.

- Messieurs, commença Armen en se calant dans son immense fauteuil de cuir noir, il y a des rigolos qui essaient de me faire chanter. Des guignols qu’il va falloir corriger de belle manière…

- Dîtes-nous qui c’est patron, dit Babacar et on va illico leur faire leur fête !

- C’est pas si simple. Pour l’instant, je n’ai qu’une très vague idée. Ils ont certainement enlevé Melle Virginie et j’attends qu’ils me recontactent. Pour commencer, vous filez à son appartement et vous tâchez de ramener quelque chose qui vous mettra sur leur piste.

Peu après, les deux nervis se retrouvèrent donc à l’endroit où Lee Ling et Gérard s’étaient cassés les dents. Ils tambourinèrent bruyamment dans la porte. La voisine de palier les épiait sans doute par son œilleton, mais se garda bien d’intervenir. Ces deux-là n’avaient pas l’air commode et la vieille était cancanière, envieuse et râleuse mais pas téméraire. D’un coup d’épaule, Babacar explosa le chambranle de la porte. Ils se précipitèrent à l’intérieur. Il avait dû s’en passer de belles là-dedans. Dans la chambre, où il régnait le plus grand désordre, on pataugeait dans l’eau. « Tiens, remarqua Davidovitch, on dirait le sac à main de Mademoiselle Virginie… »

- Oui, répondit l’autre. Ca, c’est son portable et regarde, on dirait bien qu’il y a aussi toutes ses affaires éparpillées un peu partout.

- On embarque le tout, décréta l’Africain. Le patron va être content. On est sur une piste encore toute chaude. Ils devaient être là, il n’y a pas si longtemps…

- T’emballe pas Banania, lui lança Davidovitch goguenard, ils sont peut-être n’importe où maintenant !

- Tu m’appelles pas Banania, connard de facho de serbe ! s’énerva le noir. Tu dis Babacar ou à la rigueur Baba, enfoiré de Merdovitch sinon je t’éclate ta sale face de bidet…

- C’est d’accord, Balouba, répondit l’autre.

(A SUIVRE)

Version e-book disponible sur Amazon.fr et version papier disponible sur TheBookEdition.com

08:47 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.