Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2015

Chat perché (Nouvelle extraite du recueil "Dorian Evergreen"

08:53 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

25/06/2015

Pensées plus ou moins correctes (48)

index.jpgETATS-UNIS

« Les Etats-Unis sont passés de la barbarie à la décadence sans connaître la civilisation. »

(Georges Clémenceau »

ETOILE

« Les bonnes étoiles sont moins nombreuses que les mauvaises et celui qui n'a que sa bonne étoile pour se garer des autobus fait aussi bien de ne pas traverser la rue. »

(Pierre Mac Orlan)

ETRANGER

« Parmi ceux qui ont, jusqu'à présent, accepté des étrangers pour fonder une cité avec eux ou pour les intégrer à la cité, la plupart ont connu des guerres civiles. »

(Périclès)

« A l'étranger, on apprécie deux fois plus sa patrie. »

(Proverbe russe)

ETRE

« On devrait attacher moins d'importance à ce qu'on va faire qu'à ce que l'on est. »

(Maître Eckart)

« On ne peut être et avoir été. »

ETREINDRE

« Qui trop embrasse mal étreint. »

EUROPE

« L'Europe, par une espèce de lâcheté collective, semble avoir honte de l'oeuvre qu'elle a réalisée. Elle a perdu le courage d'affirmer sa supériorité. »

(Oliveira Salazar)

21/06/2015

La fabrique de crétins

20141201-Ecole-a-Cretins.JPG

09:09 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

20/06/2015

Montburgonde (Chapitres 1 à 4)

08:40 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

18/06/2015

Bing, bang, bong

09:24 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

15/06/2015

Pensées plus ou moins correctes (47)

index.jpgESPRIT

« On ne trouve guère un grand esprit qui n'ait un grain de folie. »

(Sénèque)

« Il ne suffit pas d'avoir de l'esprit. Il faut en avoir encore assez pour s'abstenir d'en avoir trop. »

(André Maurois)

ESTIMER

« Quand les peuples cessent d'estimer, ils cessent d'obéir. »

(Rivarol)

ETAT

« J'ai peur que l' Etat dépense moins bien mon argent que je ne le ferais. »

(Coluche)

« Plus l'Etat est corrompu, plus nombreuses sont les lois. »

(Tacite)

« Les Français détestent l'Etat mais attendent tout de lui. »

(J.M. Domenech)

« Il n'y a d'irrémédiable que la perte de l'Etat. »

(Henri IV)

« Le char de l'Etat navigue sur un volcan. »

(H. Monnier)

« Tandis que l'Etat existe, pas de liberté ; quand règnera la liberté, il n'y aura plus d'Etat. »

(Lénine)

« Tout dans l'Etat, rien contre l'Etat, rien en dehors de l'Etat. »

(Mussolini)

« L'Etat, c'est moi ! »

(Louis XIV)

« Le pire des Etats, c'est l'état populaire. »

(Corneille)

« L'Etat n'est rien d'autre qu'une association d'individus qui sont d'accord entre eux pour se faire appeler l'Etat. Ils ses ont fixé pour objectif d'exercer le monopole légal de la violence et de l'extorsion de fonds. »

(Murray Rothbard)

12/06/2015

Immigration

Sani_Mayo_-_Immigration-e7550-a5fd9.jpg

08:44 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

10/06/2015

Les Faux As (Chapitres 1 à 17)

11:46 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

05/06/2015

Récits d'un pélerin russe (Extrait)

index.jpgComme la nuit tombait, je sentis soudain une douleur violente dans les jambes et je me rappelai qu'elles étaient mouillées. (…) Lorsque au matin, je voulus me lever, je ne pouvais plus remuer les jambes. Elles étaient sans force et aussi molles qu'une mèche de fouet; le garde me tira en bas du banc et je restai ainsi deux jours sans bouger. Le troisième jour, le garde me chassa de la baraque en disant : « Si tu meurs ici, il faudra encore courir et s'occuper de toi. »

J'arrivai à me traîner sur les mains jusqu'au perron de l'église où je restai couché. Je demeurai là environ deux jours. Les gens qui passaient ne faisaient pas la moindre attention ni à moi ni à mes demandes.

Enfin, un paysan s'approcha de moi et commença la causette. Au bout de quelque temps, il dit : « Que me donneras-tu ? Je vais te guérir. J'ai eu exactement la même chose et je connais un remède. »

- Je n'ai rien à te donner, lui répondis-je.

- Et qu'est-ce qu'il y a dans ton sac ?

- Rien que du pain sec et des livres.

- Eh bien, tu travailleras chez moi pendant un été si je te guéris.

- Je ne peux pas non plus travailler. Tu vois que je n'ai qu'un bras de valide.

- Alors que sais-tu donc faire ?

- Rien, sinon lire et écrire.

- Ah ! Ecrire ! Eh bien, tu apprendras à écrire à mon garçon, il sait un peu lire et je voudrais qu'il écrive. Mais les maîtres demandent cher, vingt roubles pour savoir toute l'écriture.

Je m'arrangeai donc avec lui et, avec l'aide du gardien, ils me transportèrent chez le paysan où l'on me mit dans un vieux bain au fond de l'enclos. Il commença alors à me soigner : il ramassa dans les champs, dans les cours et dans les trous à ordures une pleine mesure de vieux os d'oiseaux et de toutes sortes d'animaux; il les lava, les brisa en petits morceaux avec une pierre et les mit dans une grande marmite; il la coiffa d'un couvercle avec un trou et retourna le tout au-dessus d'un vase qu'il avait enfoncé en terre. Il enduisit soigneusement le fond de la marmite d'une couche épaisse de terre glaise et la couvrit de bûches qu'il laissa brûler pendant plus de vingt-quatre heures. En installant les bûches, il disait : « Tout ça va faire un goudron d'os. » Le lendemain, il déterra le pot, dans lequel avait coulé par l'orifice du couvercle environ un litre d'un liquide épais, rougeâtre, huileux et sentant comme la viande fraîche; les os restés dans la marmite, de noirs et pourris qu'ils étaient, avaient maintenant une couleur aussi blanche et transparente que la nacre ou les perles. Cinq fois par jour, je me frictionnai les jambes avec ce liquide. Et croyez-vous ? Le lendemain, je sentis que je pouvais remuer les doigts; le troisième jour, je pouvais plier les jambes, et le cinquième, je me tenais debout et marchais dans la cour appuyé sur un bâton. En une semaine, mes jambes étaient devenues normales...

Des os desséchés ou pourris, déjà presque revenus à la terre, gardent en eux la force vitale, une couleur et une odeur; ils exercent une action sur les corps vivants auxquels ils peuvent rendre la vie...