Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/01/2018

Poèmes pour petits et grands (28)

clovis hugues.jpgLe bon vieux

 

Tout près de l’étang qui reflète

Les peupliers au vent courbés,

J’ai vu passer, ô quelle fête !

Le bonhomme cher aux bébés.

 

Le givre qui tombe des branches

Emaillées de cristaux fleuris,

Couvrait d'un tas de guêpes blanches

Les plis droits de son manteau gris.

 

Par les sentiers, sous la feuillée,

Il s’en allait à petits pas,

Tout joyeux, la mine éveillée,

Comme s’en vont les grands-papas.

 

La neige, éparse sur la terre,

Comme un déluge de clarté,

Gardait la trace solitaire

De ses jolis sabots sculptés.

 

Dans un manchon de poils de chèvre

Il enroulait ses doigts frileux,

Et l'hiver au coin de sa lèvre

Plaquait de petits baisers bleus.

 

Sur sa pauvre échine voûtée,

Ses deux coudes dans les genoux,

Il portait toute une hottée

De galettes et de joujoux.

 

Tout autour de ses jambes grêles,

Pendaient des nœuds de ruban,

De splendides polichinelles

Qui renflaient leurs ventres tombants.

 

Que de largesses pour les mioches

Ouvrant leurs grands yeux étonnés !

On voyait sortir de ses poches

De beaux pierrots enfarinés.

 

« Bonhomme, où vas-tu ? M’écriai-je.

— Les innocents sont mes amis !

Je leur porte à travers la neige

Les joujoux qu’on leur a promis.

 

(Clovis Hugues)

08:35 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.