Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/02/2018

La guerre politique (Raymond Marcellin)

La guerre politique.jpgPour Raymond Marcellin, ministre de l'intérieur en mai 1968, la guerre politique est celle que mène l’URSS à l’endroit des démocraties sans jamais avoir recours au choc des armées. Il s’agit de les subvertir, de les affaiblir par un certain nombre de procédés idéologiques utilisés par son ambassade largement pourvue en agents du KGB, par le parti communiste « français » totalement inféodé à Moscou et par des syndicats comme la CGT et avec la complicité active de divers compagnons de route : intellectuels, journalistes et artistes divers et variés. C’est une guerre froide, souterraine, diligentée par les services spéciaux, dont l’action dépasse largement le simple espionnage pour aller jusqu’à la manipulation des masses et l’instrumentalisation de groupes révolutionnaires, autonomistes et/ou terroristes. Cette subversion venue de l’étranger a pris des proportions inquiétantes, devant lesquelles toute nation libérale est pratiquement désarmée sur tous les plans, psychologique, politique, juridique, militaire et administratif. « Son caractère insidieux facilite ses entreprises et rend aléatoire les mesures prises pour les combattre par les nations qu’elle mine à la façon des termites », lit-on.

« La guerre politique » est un essai géopolitique particulièrement bien écrit et bien documenté. Son auteur fut tout à fait bien placé pour comprendre la situation, l’analyser et apporter des solutions. Sait-on que des groupuscules gauchistes avaient le projet de s’emparer des urnes à la fin de mai 68, ceci pour fausser le résultat des élections ? Marcellin, en organisant un énorme coup de filet dans ces milieux, fit avorter cette tentative peu connue. L’intérêt de ce livre, au-delà du fait qu’il est daté et plus tout à fait d’actualité, est sa parfaite analyse des rouages d’un phénomène que l’observateur a vu croitre, s’affiner et embellir même après la fin de l’URSS. Les mêmes procédés, améliorés au fil des années, amenant les mêmes résultats et minant de plus en plus une société en pleine déliquescence. L’auteur ne se contente pas de faire un diagnostic, il fournit en plus l’ordonnance pour contrer le phénomène. Il faudrait de la fermeté, du bon sens et avoir le courage de regarder la réalité en face, ne plus se payer de bons mots, de beaux sentiments et de slogans plus ou moins pipés.

4/5

08:26 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

on peut parfaitement transposer ce texte à la situation actuelle où l'URSS est remplacée par les gouvernements actuels et les gouvernements démocratiques par les peuples. La subversion venue de l'étranger existe toujours et elle a même ses troupes infiltrées.

Pour en revenir au texte original, Marcellin parle-t-il de la subversion en provenance des USA parce qu'en vérité , l’impression que j'ai, c'est que De Gaulle a plus trouvé ses alliés à l'Est et au PC pour sortir de la crise, qu'auprès des services américains. Quant au gauchos, il n'est pas évident qu'ils aient été téléguidés par les soviets.

Écrit par : Paul-Emic | 23/02/2018

Non, Marcellin ne parle pas des menées de la CIA (dans les années 68 et suivantes) et c'est sans doute le point faible du bouquin. Il reste focalisé sur les communistes et autres gauchistes. Son point fort c'est de parfaitement décrypter les mécanismes de manipulation des masses qui n'ont pas changé depuis cette époque et qui se sont même terriblement affinés.

Écrit par : CC.RIDER | 25/02/2018

Écrire un commentaire