Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/01/2020

Poèmes pour petits et grands (101)

bouilhet.jpgClair de lune

Soulevant le rideau des ombres,

La pâle lune, lentement,

Des fleuves noirs aux forêts sombres

Étale son rayonnement,

 

Et sur le vert tapis des mousses

Où la nuit épand sa fraîcheur,

On sent planer deux choses douces.

La solitude et la blancheur.

 

Jour timide, aube solitaire

Qui nous console du soleil ;

Baiser pur effleurant la terre

Sans interrompre son sommeil.

 

Plus d’oiseaux, la biche est couchée,

Le flot, à peine, ose frémir ;

On dirait une sœur penchée

Qui regarde sa sœur dormir.

 

Et si la brise familière

Écarte les rameaux discrets,

On voit des gouttes de lumière

Trembler aux feuilles des forêts.

 

Tandis qu’ouvrant, au bord des grèves,

Son noir calice où dort l’amour,

S’épanouit la fleur des rêves,

Qui se fane quand vient le jour.

(Louis Bouilhet)

08:15 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.