Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/04/2019

Poèmes pour petits et grands (73)

La Fontaine.jpgLa grenouille et le bœuf

 

Une Grenouille vit un bœuf

Qui lui sembla de belle taille.

Elle qui n’était pas grosse en tout comme un œuf,

Envieuse s’étend, et s’enfle, et se travaille

Pour égaler l’animal en grosseur,

Disant : Regardez bien, ma sœur ;

Est-ce assez ? dites-moi ; n’y suis-je point encore ?

— Nenni. — M’y voici donc ?

— Point du tout— M’y voilà ?

— Vous n’en approchez point. La chétive pécore

S’enfla si bien qu’elle creva.

Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :

Tout Bourgeois veut bâtir comme les grands Seigneurs,

Tout petit Prince a des Ambassadeurs,

Tout Marquis veut avoir des Pages.

 

(Jean de La Fontaine)

08:43 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

15/04/2019

Pensées plus ou moins correctes (154)

lichtenberg.jpgPATRIE

« Je donnerais bien quelque chose pour savoir exactement pour qui ont été réellement accomplies ces actions dont on proclame qu’elles ont été accomplies pour la patrie. »

(G. C. Lichtenberg)

« Pour comprendre quelles conditions sont nécessaires pour que vive une Patrie, il faut regarder comment meurt un monde formé peu à peu comme une agglomération de bacilles. »

(Edouard Drumont)

« Je ne demande à ma patrie ni pensions, ni honneurs, ni distinctions : je me trouve amplement récompensé par l’air que j’y respire ; je voudrais simplement qu’on ne l’y corrompît point. »

(Montesquieu)

« Notre Patrie à nous, c’est nos villages, nos autels, nos tombeaux, tout ce que nos pères ont aimé avant nous. Notre Patrie, c’est notre Foi, notre terre, notre Roi… Mais leur Patrie à eux, qu’est-ce que c’est ? Vous le comprenez, vous ? Ils veulent détruire les coutumes, l’ordre, la tradition… Alors, qu’est-ce que cette Patrie narguante du passé, sans fidélité, sans

amour ? Cette Patrie de billebaude et d’irréligion ? […] Il est vieux comme le diable leur monde qu’ils disent nouveau et qu’ils veulent fonder dans l’absence de Dieu… Vieux comme le diable… On nous dit que nous sommes les suppôts des vieilles superstitions ; faut rire ! Mais en face de ces démons qui renaissent de siècle en siècle, nous sommes une jeunesse, Messieurs ! Nous sommes la jeunesse de Dieu ! La jeunesse de la fidélité ! »

(François-Athanase de Charette)

PATRIOTE

« Si vous avez résolu d’être patriote, vous serez obligatoirement royaliste, la raison le veut. »

(Charles Maurras)

08:30 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

12/04/2019

Montburgonde (roman)

09:15 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

11/04/2019

Les bras de Morphée (Yann Bécu)

Les bras de Morphée.jpgEn 2070, dans la ville de Prague, Pascal Frimousse, professeur de français, est capable de veiller douze d’affilée alors que la plupart des gens sont condamnés chaque jour à dix-huit ou vingt heures de sommeil. Depuis quelques années en effet, l’humanité souffre d’un syndrome étrange : son temps d’éveil journalier ne fait que diminuer au fil du temps et sans réelle explication. Ainsi sa compagne Aurélia, une « quatre heures », dort beaucoup plus longtemps que lui, utilise un langage simplifié avant de retomber très vite dans les bras de Morphée. Pour vaincre son ennui, Frimousse exerce un second métier, celui de troll professionnel. En échange de primes plus ou moins substantielles, il pourrit la vie de votre ennemi et peut même, avec la complicité de son ami Michel, autre réveillé, vous en débarrasser totalement. Une riche comtesse les embauche pour retrouver un étrange professeur…

« Les bras de Morphée », classé dans la catégorie science-fiction, relève plutôt de l’anticipation, voire de la fantaisie pure et simple. L’intrigue démarre sur un concept intéressant : que se passerait-il si tout le monde souffrait soudain de cette étrange maladie du sommeil ? L’ennui, c’est que l’auteur n’a pas vraiment poussé jusqu’au bout les conséquences de cette pandémie hormis la présence d’une violence institutionnelle accrue. On pend beaucoup, on liquide pour un oui ou un non. L’histoire manque un peu de consistance et les personnages d’épaisseur. Le lecteur sent que l’auteur a surtout voulu privilégier une certaine forme d’absurde et le faire passer avec un certain humour qu’on pourrait qualifier de potache (blagues, calembours, astuces vaseuses ne manquent pas). Les allusions et références littéraires sont innombrables et peuvent même finir par lasser certains. Heureusement, un style correct permet d’éviter de peu l’endormissement. À noter également la belle qualité éditoriale de l'ouvrage, graphisme magnifique, joli papier, couverture très réussie. En gros, un emballage de luxe pour un petit roman amusant mais sans grand contenu.

3/5

08:50 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

10/04/2019

Direct au Paradis (Nouvelle)

08:48 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

07/04/2019

Poèmes pour petits et grands (72)

jean aicard.jpgLa leçon à la poupée

 

Je vous trouve ma poupée,

Bien souvent inoccupée.

Il faut vous prendre le bras

Pour vous faire faire un pas.

Vous souriez d’un air bête

Sans même bouger la tête.

 

Vous dites toujours : « demain ! »

Jamais une aiguille à la main,

Vous n’aimez que la toilette,

Prenez un peu ce balai

Et balayez. S’il vous plaît !

 

Lavez-moi cette vaisselle,

Vivement ma demoiselle,

Écumez le pot au feu,

Remuez-vous donc un peu !

 

Mon mari, votre bon père,

Travaille assez lui, j’espère

En rentrant, il doit avoir

Sa soupe chaude, le soir.

 

Regardez notre voisine,

Comme elle tient sa cuisine,

Sa chambre, son linge et tout;

Vous devriez rougir beaucoup.

 

Une fille adroite et sage,

Aide sa mère à votre âge,

Et je vous battrai, je crois

Si vous n’étiez pas de bois.

 

(Jean Aicard)

08:38 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

06/04/2019

Meurtre en Périgord (Martin Walker)

meurtre en périgord.jpgDans le paisible petit village périgourdin de Saint-Denis, Benoît Courrèges dit « Bruno », ancien militaire ayant opéré en Bosnie, exerce les fonctions de policier municipal. Pour la première fois de sa nouvelle carrière, il se trouve confronté à un crime lui qui, d’habitude, ne doit traiter que des affaires mineures comme celle de ces pneus crevés sur les voitures de fonctionnaires trop tracassiers de l’Union Européenne. Hamid Al Bakr, ancien sergent de l’armée française s’étant illustré en Indochine et en Algérie, décoré de la médaille militaire, a été retrouvé par son petit-fils, ligoté, éventré et lacéré de nombreux coups de couteaux. Et comble de l’abomination, une croix gammée a été gravée sur son torse dénudé. Ainsi débute pour Bruno une enquête délicate qui va se révéler beaucoup moins évidente qu’elle pouvait sembler au premier abord avec une trop évidente double arrestation dans les milieux d’extrême droite…

« Meurtre en Périgord » se présente au premier abord comme un roman policier classique. Un mort. Une enquête. Deux suspects pour une fausse piste. Mais en réalité l’intrigue dérive très vite sur tout autre chose. Le lecteur comprend vite que Martin Walker est plus intéressé par la description des mœurs d’un petit village périgourdin. L’ennui c’est que l’auteur n’assume pas vraiment le côté terroir de son propos dans la mesure où tous les lieux géographiques et tous les personnages sont imaginaires. La caricature, les clichés, les idées reçues de même que l’approximation historique ne sont pas loin. Si on y ajoute un très (trop) grand intérêt pour la cuisine locale, la gastronomie périgourdine, truffes, foies gras et magrets de canard, ainsi qu’un agaçant parti pris de supériorité britannique tous azimuts, il apparaît que l’intrigue policière au dénouement décevant car invraisemblable et convenu sert de prétexte à un autre récit finalement assez peu passionnant.

2,5/5

08:42 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

05/04/2019

Pensées plus ou moins correctes (153)

PATIENCE

« Avec le temps et la patience, la feuille du murier devient de la soie. »

(Proverbe chinois)

La Fontaine.jpg« Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage. »

(Jean de La Fontaine)

« Rien ne fait autant honneur à une femme que sa patience et rien ne lui fait si peu honneur que la patience de son mari. »

(Joseph Joubert)

PATIENT

« L’homme vraiment patient n’est pas celui qui garde son calme quand il a appelé trois fois sans réponse, mais celui qu’on a appelé trois fois sans qu’il réponde… »

(Proverbe mauritanien)

08:23 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

02/04/2019

L'aéronaute embourbé

L'aéronaute embourbé by CCRIDER77280 on Scribd

"L’aéronaute embourbé" est disponible

version papier

https://www.amazon.fr/Laeronaute-embourbe-Bernard-Viallet...

version ebook

https://www.amazon.fr/La%C3%A9ronaute-embourb%C3%A9-Berna...

09:10 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

01/04/2019

Le secret de l'Atlantide (Jürgen Spanuth)

Le secret de l'atlantide.jpgQue sait-on d’autre de l’Atlantide que l’histoire d’une terre engloutie et d’une civilisation disparue dans les ténèbres d’un très lointain passé ? Le récit de Solon et les descriptions de la « Phéacie » d’Homère sont pourtant très précises et concordantes. Ces auteurs nous ont transmis des histoires vivantes venues du cercle de civilisation nordique de l’âge du bronze, quelque part dans les confins de l’hyper Borée, aux limites du monde connu des Grecs et des Egyptiens. Cette histoire d’île engloutie par les flots repose certainement, en dépit de ses côtés légendaires, sur une réalité historique. Avec la découverte du site de Troie par Schliemann, celle des décombres de l’Atlantide à quelques encablures du Jutland (Heligoland) au Danemark peut aisément faire pièce aux précédentes théories fumeuses la situant à Santorin, en Crête, à Tartessos, aux Açores ou aux Canaries…

« Le secret de l’Atlantide » est un ouvrage archéologique d’une importance capitale dans la mesure où il établit les bases et l’héritage de la civilisation occidentale et démontre que contrairement à ce que nous avons toujours cru, l’Histoire des peuples n’est ni linéaire ni évolutive, mais que, suite à des catastrophes naturelles, l’humanité a pu atteindre des apogées, des âges d’or et repartir quasiment de zéro. Ce livre est passionnant, tout ce qui y est présenté est appuyé et prouvé par les dernières découvertes sous-marines des archéologues et tout concorde enfin avec les textes anciens. Oui, il y eut bien une civilisation aussi brillante que prospère au nord grâce au commerce de l’orichalque, l’ambre aussi prisé que l’or. Oui, les Atlantes étaient de grands navigateurs, mais également de brillants astronomes et mathématiciens. Leurs constructions monumentales (Stonehenge, alignements de Carnac et autres constructions mégalithiques) en apportent la preuve. On apprend que ces sites sont antérieurs aux pyramides d’Egypte vu qu’ils ont été datés de 2900 avant J.C. On ne sait d’ailleurs pas comment furent érigés des piliers de 26 600 kg ou posés des blocs de 200 tonnes et plus. Mais un passage trop rapproché de la comète de Halley sonna la fin de la domination de l’Atlantide. Il déclencha des incendies gigantesques, des tsunamis et des tremblements de terre. Les rescapés de ces cataclysmes dignes d'une fin du monde (ragnarok) n’eurent d’autre perspective que de se lancer dans une grande migration vers le sud qui les mena jusqu’au Moyen-Orient et en Egypte. Livre majeur pour qui s’intéresse à ce sujet particulier.

4,5/5

08:52 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)