Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/02/2020

Les errants de la nuit (Paul Féval)

Les errants de nuit.jpgDans les Ardennes, du côté de Sedan, c’est le soir où l’on « saude », c’est-à-dire celui où tous les jeunes gens arpentent les rues en criant à tue-tête le nom des fiancés à venir. Dans une humble chaumière, un vieux moine est sur le point de rendre son âme à Dieu. Comme il est détenteur d’un terrible secret remontant aux heures de la révolution, son hôte, Jean Guern, sellier-bourrelier royaliste d’origine bretonne essaie de l’interroger. Mais le moine décède avant d’avoir rien révélé d’important. Jean fouille alors la malle du religieux. Il y trouve toutes sortes de documents provenants de deux familles nobles de la région, les Bazeille et les Soleuvre, massacrés et dépouillés à l’époque. Seul, leur dernier descendant, Hector, a pu être sauvé. L’ennui c’est qu’il est en prison dans l’attente de son exécution. On lui a fait parvenir tout le nécessaire pour qu’il puisse s’évader, mais il a refusé, car il est sûr que celle qu’il aime, la belle Honorine de Blamont, lui préfère le prétendant choisi par son père, un bourgeois enrichi grâce à la Révolution…

Paru en 1857, sous forme de feuilleton, « Les errants de la nuit » est roman populaire bien dans le style de l’époque. C’est-à-dire fort bien écrit, très agréable à lire et plein de rebondissements. L’intrigue est très bien menée même si certaines situations sont plus que classiques dans la littérature : les amants contrariés, le légitime héritier dépouillé par d’avides escrocs ou le trésor caché dans un souterrain. Le pauvre Hector sera d’ailleurs aidé par un tas de braves gens tous issus du petit peuple, mais restés fidèles à l’aristocratie dans la mesure où celle-ci savait rendre service au peuple au lieu de se servir sur son dos. On est très loin des tendances actuelles. Avec Féval, les bons finissent toujours par l’emporter et les méchants sont châtiés. Les valeurs éternelles sont respectées. Même si cet ouvrage n’est pas le plus flamboyant de la production du prolifique auteur qui fit jeu égal avec Balzac et Dumas en son temps ; il reste un vrai plaisir de lecture ne serait-ce que pour profiter d’une bonne bouffée d’air frais et revigorant.

4/5

08:36 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

02/02/2020

Montburgonde (roman)

09:10 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

01/02/2020

Zombie story, l'intégrale (David Wellington)

Zombie story.jpgEn Somalie, Dekalb, ancien inspecteur des Nations Unies, est fait prisonnier par un groupe d’enfants soldats qui acceptent de lui laisser la vie sauve s’il parvient à leur fournir un médicament pour soigner leur chef Mama Haléma atteinte du sida. Il devra leur laisser en otage sa petite fille Sarah. On lui promet qu’elle sera bien traitée car c’est une « sœur de couleur ». Dekalb a beau faire fouiller tous les hôpitaux d’Afrique, tous les camps de réfugiés de l’ONU, il ne trouve rien. Il faut dire que suite à un cataclysme mondial de grande ampleur, tous les pays les plus développés ont été ravagés puis envahis par des hordes de zombies cannibales et que seule quelques très rares enclaves épargnées par le phénomène subsistent. Dernière chance pour Dekalb : aller à New-York chercher le fameux médicament au siège des Nations Unies. Quand enfin ils y parviennent sur l’antique remorqueur d'Osman, impossible d’aborder tellement le fleuve est rempli de centaines de milliers de cadavres de zombies tous achevés d’un coup de pic dans le front et flottant à la dérive…

« Zombie story » est un roman d’horreur et d’épouvante dans la lignée de « Word war zombie » (WWZ) et « Walking dead », mais quelques crans au-dessous surtout au niveau des intrigues. Cette intégrale regroupe trois romans « Zombie island », « Zombie Nation » et « Zombie planet ». Le premier et le dernier tome bénéficient d’une véritable intrigue avec des personnages servant de fil rouge comme Dekalb et Ayaan dans le N°1 ou Sarah et Ayaan dans le N°3. Idem pour la progression en chapitres assez courts et relativement bien construits. Ce n’est pas le cas du N°2 qui semble beaucoup plus brouillon avec un tas de personnages secondaires et d’anecdotes accumulées sans fil directeur ni véritable progression, rendant la lecture nettement plus laborieuse. Le lecteur est vite lassé de cette histoire qui se résume à une accumulation de cadavres, à tout un grand guignol sanguinolent qui vire à l’invraisemblable quand il faut tuer plusieurs fois un personnage lequel survit à une balle dans la tête, puis à un coup de sabre, à la noyade et enfin à une crémation en bonne et due forme. Cet ouvrage laisse une impression détestable, celle d’une sorte de fascination macabre de l’auteur pour tout ce qui touche à la mort, à l’enfer, à la damnation. Goules, liches, sorciers et autres loups-garous sont également de ce sabbat littéraire. Si on y ajoute un style très moyen, lourd et répétitif, on obtient le complet combo de la médiocrité. Conclusion : ouvrage à fortement déconseiller aux rationalistes et aux âmes sensibles !

3/5

09:10 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)