Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2020

Pensées plus ou moins correctes (186)

baudelaire.jpgPUBLIC

« Le public est, relativement au génie, une horloge qui retarde. »

(Charles Baudelaire)

« Le public ne croit point à la pureté de certaines vertus et de certains sentiments : en général, le public ne peut guère s’élever qu’à des idées basses. »

(Chamfort)

« Le public est prodigieusement tolérant, il pardonne tout sauf le génie. »

(Oscar Wilde)

« Le public n’a le droit de savoir que ce qu’on lui raconte »

(Jean Dutourd)

PUBLICITE

« La publicité, c’est l’art de proposer des mensonges intégraux à partir de demi-vérités. »

(E.A. Shoaf)

PUBLIER

« Publier un livre, c’est parler à table devant les domestiques. »

(Henry de Montherlant)

PUISSANTS

« Autrefois les puissants s’efforçaient de tromper l'ennemi. Aujourd’hui, ils trompent leur propre population. »

(Pierre Scholl-Latour)

« Il est de l’intérêt des puissants que de faire croire au peuple qu’il est en démocratie. »

(Hervé Kempf)

08:33 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

04/03/2020

Les Templiers et l'agriculture (Laurent Dailliez)

Les templiers.jpgÀ l’entrée du village de Montmeyan, se trouve un panneau indiquant que la mairie, la poste et l’école sont chauffées selon les méthodes de Jean Pin, lequel se déclara dans les années soixante de l’autre siècle inventeur d’une méthode révolutionnaire de compostage et de chauffage à l’aide de branchages et d’aiguilles de pin. En réalité, ce procédé est presque vieux comme le monde. L’auteur a découvert des documents prouvant qu’en leur temps, les Templiers l’utilisaient déjà pour améliorer les terres souvent très pauvres dont ils héritaient. Ils disposaient même d’une dizaine de méthodes différentes de compostage…

« Les Templiers » et l’agriculture est un court essai historique parfaitement technique et sourcé qui fera découvrir bien des choses au lecteur. Ainsi apprendra-t-il que les Bill Mollison et autres permaculteurs, grands novateurs en agriculture, ne font que remettre au goût du jour des techniques pluri-centenaires. Un simple retour aux sources. Les paillages, les amendements par fumier animal uniquement, le respect de la terre, des cycles lunaires, le refus des labours profonds et même le non travail du sol sur un rythme tri-annuel, tout cela et bien d’autres choses encore était déjà théorisé et pratiqué à cette époque. Ouvrage intéressant pour qui s’intéresse aux pauvres chevaliers du Temple et à la permaculture…

3/5

09:06 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

02/03/2020

Les Faux As (Roman)

09:04 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

01/03/2020

Qu'est devenu l'homme coincé dans l'ascenseur ? (Kim Young-ha)

Qu'est devenu l'homme.jpgUn matin, Jeong Sugwan se lève en ayant la pénible impression que toute sa journée ne va être qu’une suite de galères. Et ça ne manque pas d’arriver ! En pleine séance de rasage, son beau rasoir Gillette tout neuf tombe en panne, lui laissant la moitié du visage non rasé. Quand il veut prendre l’ascenseur, celui-ci est en dérangement avec un homme bloqué à l’intérieur. Au moment de monter dans le bus, il s’aperçoit qu’il a oublié sa carte chez lui. Pendant qu’il parlemente avec le chauffeur, le conducteur d’un poids lourd perd le contrôle de son véhicule qui finit sa course en percutant le bus. Et quand enfin Jeong arrive fort en retard à son bureau, voilà qu’il se retrouve bloqué à son tour dans un ascenseur en compagnie d’une jeune collègue… Une jeune femme se marie avec un drôle de prétendant. Il n’a que peu d’intérêt pour les choses du sexe. Il ne la pénètre jamais. D’ailleurs, il déclare ne pas vouloir d’enfant. Sa jeune épouse le soupçonne d’être un immortel ou un vampire qui aurait renoncé à se sustenter de sang frais…

Cet ouvrage venu de Corée est un recueil de quatre nouvelles bien écrites et agréables à lire, toutes dans un registre étrange et fantastique, mâtiné d’une certaine dose d’humour. La première, celle de l’homme dans l’ascenseur est sans conteste, la plus réussie et la plus drôle. La deuxième, « Vampires » est la plus fantastique, mais d’un intérêt moindre. La troisième, « L’amour à haute tension » avec cette histoire d’homme devenant de plus en plus invisible à mesure qu’il tombe de plus en plus amoureux, est tout aussi réussie que la première et atteint même le niveau du conte philosophique. La dernière « L’homme qui n’avait pas d’ombre » présente pas mal de similitudes avec la précédente. L’ensemble est divertissant sans plus. N’en déplaise au commentaire dithyrambique de la quatrième de couverture, (« Entre Kafka et Buster Keaton, des nouvelles scintillantes d’humour noir. Un régal !), le lecteur restera plus réservé. Non, Kim Young-ha, charmant tâcheron du fantastique, n’est en aucun cas à placer au niveau de Kafka, Poe, Ionesco ou Marcel Aymé, mais plusieurs étages en dessous !

3/5

08:22 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)