Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/11/2014

La cigale et la fourmi (fable)

Cigale & fourmi.jpg

VERSION ALLEMANDE * 
   
 
Une fourmi travaille dur tout l'été dans la canicule. 
 Elle construit sa maison et prépare ses provisions pour l'hiver.
La cigale pense que la fourmi est stupide, elle rit, danse et joue.
Une fois l'hiver venu, la fourmi est au chaud et bien nourrie. 
La cigale grelottante de froid n'a ni nourriture ni abri, et meurt de froid. 
FIN.
  ________________________________________________

*VERSION FRANCAISE*

 
La fourmi travaille dur tout l'été dans la canicule.

Elle construit sa maison et prépare ses provisions pour l'hiver.

La cigale pense que la fourmi est stupide, elle rit, danse et joue tout l'été.

Une fois l'hiver venu, la fourmi est au chaud et bien nourrie.

La cigale grelottante de froid organise une conférence de presse et demande pourquoi la fourmi a le droit d'être au chaud et bien nourrie tandis que les autres, moins chanceux comme elle, ont froid et faim.

La télévision organise des émissions en direct qui montrent la cigale grelottante de froid et qui passent des extraits vidéo de la fourmi bien au chaud dans sa maison confortable avec une table pleine de provisions.

Les Français sont frappés que, dans un pays si riche, on laisse souffrir cette pauvre cigale tandis que d'autres vivent dans l'abondance.

Les associations contre la pauvreté manifestent devant la maison de la fourmi.

Les journalistes organisent des interviews, demandant pourquoi la fourmi est devenue riche sur le dos de la cigale et interpellent le gouvernement pour augmenter les impôts de la fourmi afin qu'elle paie 'sa juste part'.

La CGT , Le Parti Communiste, la Ligue Communiste Révolutionnaire, les Verts, le Modem, la Nouvelle Gauche, la Nouvelle Droite, le Juste Centre, Droit Au Logement organisent seat-in et manifestations devant la maison de la fourmi.

Les fonctionnaires décident de faire une grève de solidarité de 59 minutes par jour pour une durée illimitée.

Un philosophe à  la mode écrit un livre démontrant les liens de la fourmi avec les tortionnaires d'Auschwitz.

En réponse aux sondages, le gouvernement rédige une loi sur l'égalité économique et une loi (rétroactive à  l'été) d'anti-discrimination.

Les impôts de la fourmi sont augmentés et la fourmi reçoit aussi une amende pour ne pas avoir embauché la cigale comme aide.

La maison de la fourmi est préemptée par les autorités car la fourmi n'a pas assez d'argent pour payer son amende et ses impôts.

La fourmi quitte la France pour s'installer en Suisse où elle contribue à  la richesse économique.

La télévision fait un reportage sur la cigale maintenant engraissée.

Elle est en train de finir les dernières provisions de la fourmi bien que le printemps soit encore loin.

Des rassemblements d'artistes et d'écrivains de gauche, se tiennent régulièrement dans la maison de la fourmi.

Le chanteur Renaud compose la chanson 'Fourmi, barre-toi!'...

L'ancienne maison de la fourmi, devenue logement social pour la cigale, se détériore car cette dernière n'a rien fait pour l'entretenir.

Des reproches sont faits au gouvernement pour le manque de moyens.

Une commission d'enquête est mise en place, ce qui coûtera 10 millions d'euros.

La cigale meurt d'une overdose.

Libération et L'Humanité commentent l'échec du gouvernement à  redresser sérieusement le problème des inégalités sociales.

La maison est squattée par un gang de cafards immigrés.

Les cafards organisent un trafic de marijuana et terrorisent la communauté...

Le gouvernement se félicite de la diversité multiculturelle de la France.

FIN...

09:16 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

22/11/2014

L'aigle, l'ours, le panda et le petit chien...

La chine.jpg

08:23 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

12/11/2014

Le retour du petit homme (Chapitre 3)

09:12 Publié dans Concept, Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

11/10/2014

Le retour du petit homme (Chapitre 2)

24/09/2014

Le retour du petit homme (Chapitre 1)

00:52 Publié dans Concept, Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

27/12/2013

La guenon, le putois et le porcelet (Fable)

Hollande caric2.jpegPorcelet dit Normal Premier, roi d'Ex-Agonie,

Las de supporter quolibets et avanies,

Demanda au putois qui gérait son intérieur

Comment faire pour obtenir des sondages meilleurs.

_ Sire, fit le teigneux, combattre le racisme

Est essentiel, nécessaire et primordial,

En finir avec l'horrible antimimétisme

Reste obligé et se doit d'être intégral.

Pensez donc notre belle guenon de justice

A dû en subir les infâmes maléfices

D'une enfant de Paname

Voulant lui lancer des bananes.

Chaque jour la pauvrette en pleure

De se retrouver revenue aux plus noires heures

De la traite, de la discrimination,

De l'abomination, de la ségrégation.

Quand donc ces blaireaux si fiers de leur blanchitude

Comprendront que rien n'est plus beau que la négritude ?

_ C'est cela, fit Porcelet

Soyez bien ferme sur les arrêts

Qui bave sur le net sera traqué

Qui porte bonnet sera molesté

Qui crie « Dégage » doit être châtié

Qui veut veiller doit être muselé

Qui grogne, peste et soupire

Que le fisc trop lui soutire

Doit être encore plus ponctionné,

Pressuré, essoré et siphonné.

_ Est-ce tout pour votre service ? S'enquiert Putois

_ Non, une chose encor' m'inquiète, fait le Roi.

Un piètre comique, un pouilleux bateleur,

Renégat puant la haine et noir amuseur

Ose proposer au peuple un geste déplacé

Une grosse quenelle roulée salement épaulée

Comme un vilain salut nazi inversé

Ou un obscène bras d'honneur abaissé.

Cafards, cloportes et rats noirs

Tenants blafards du rouge et du noir

Se permettent de le répéter par milliers

De le répandre sur la toile gondolée

En chantant à l'unisson

Partout où forts y sont

« Flanby entends-tu

Qui se glisse dans ton cul

La Quenelle

La Quenelle... »

Ce sombre monstre dépasse largement les limites

Jamais atteinte auparavant par l'antimimite !

_ Que sous les fourches de justice il soit traîné !

_ C'est déjà fait, votre républicaine Majesté...

_ Qu'il soit taxé et que de faire rire il soit empêché !

_ Déjà tenté et toujours en vain Majesté...

_ Qu'interdit partout il soit vomi et dénigré !

_ C'est déjà fait, votre républicaine Majesté...

_ Si on lui a tout fait, que peut-on d'autre faire ?

_ L'enchaîner, brame la guenon, le mettre aux fers

Et au bagne de Cayenne le renvoyer.

Tant de sottise fit Porcelet soupirer

Alors que cette damnée quenelle continuait à le faire trembler.

 

Quand les peuples cessent d'estimer, ils cessent d'obéir.

Quand les peuples lèvent le bras, le monarque peut frémir.

 

(John von La Fountain Jr)

09:00 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (1)

20/11/2013

Les animaux malades de la taxe (fable)

Divorce socialisme.jpg

LES ANIMAUX MALADES DE LA TAXE

 

 

Un mal qui répand la terreur

Mal que l'enfer en sa fureur

Inventa pour asservir le gaulois sur sa terre

L'impôt (puisqu'il faut l'appeler par son nom)

Capable de ponctionner partout à millions

Faisait au peuple des veaux la guerre.

Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés

On les voyait tous très occupés

A ronchonner contre sa Majesté

Porcelet Cochonou Flanby Normal Premier

Qui, sous une avalanche de taxes les submergeait

Qui, sous un déluge d'impôts nouveaux les noyait

Et qui, chaque jour nouvelle ponction inventait

TVA renforcée

Radars multipliés

Camions écotaxés

Chevaux équitaxés

Plans d'épargne siphonnés

Artisans à blanc saignés

Ah oui vraiment, la sangsue rose suçait le sang

Des pauvres veaux qui allaient rageant :

« Comment, disaient-ils il faudrait travailler

Pour entretenir les fastes du Palais Balisé

Les frasques des sinistres, sénateurs et députés

La cohorte des ventres affamés

Du bout du monde importés

Les loger, nourrir, habiller, soigner, éduquer

Partir faire la guerre un peu partout

Et pour mieux gaspiller, nous voler tous nos sous... »

Trop ce fut trop. Les chapeaux ronds virent rouge

Et par milliers coiffèrent de la révolte le bonnet rouge

Brûlèrent radars, vieux pneus et portiques

Sous les yeux ébahis des flics porc-épics.

Les poids lourds sur les routes se firent escargots

En cohortes grondantes défilèrent les chevaux.

Plus la révolte contre la taxe et l'impôt grondait,

Plus la popularité du grassouillet monarque sombrait.

Plus le peuple s'agitait,

Plus le gouvernement s'énervait,

Au point d'arrêter le premier coq à crête rouge

Avant même qu'un cil il ne bouge.

 

Normal Premier tint conseil et dit : « Mes amis

Je crois que le diable cornu a permis

Pour prix de notre victoire cette infortune.

Que le plus coupable d'entre nous

S'offre en sacrifice à l'infernal courroux ;

Peut-être éloignera-t-il la malédiction commune ?

Pour ma modeste part, je n'ai fait que mon devoir

J'ai creusé les déficits, dépensé sans jamais compter,

Fonctionnaires et parasites à tour de bras embauché.

J'ai poussé le peuple veau au plus profond du désespoir,

Avec mes bidons emplois d'avenir créés par milliers.

J'ai placé copains, coquins et requins ; j'ai satisfait mes obligés.

Alors pour désamorcer la bombe, qui pourrait se sacrifier ?

- Pas moi ! Fait le Premier Sinistre Zéro la Tortue

Auprès de votre Majesté, je suis indispensable

Grâce à ma fermollesse qui les englue

De ma voix qui les endort

Et de mon air à demi-mort

Je rend vos veaux taillables et à merci corvéables...

- Pas moi ! Rugit Montebourre le lion.

Je brasse de l'air, parle haut et fort,

Envoie moult inutiles postillons,

Car du patriotisme économique suis le stentor

Et du redressement productif introuvable

Suis le paladin brouillon et insupportable...

- Pas moi ! Susurre Fabi le blaireau

Qui vous concocte de si belles guerres

Qui coûtent à ce pauvre pays si cher

Pour un bénéfice voisin de zéro

Mais qui vous montre en grand bravache,

Redore votre blason et remplume votre panache...

- Pas moi ! Grogne Moscou, la fouine de Bercy

Qui chaque jour dois me faire du souci

Pour vous inventer de nouveaux impôts

Qui complairont à vos puissants suppôts.

Moi, qui sans cesse aggrave le ras le bol fiscal

Et fait chuter aux tréfonds des veaux le moral...

_ Pas moi ! clame la bécasse écolo

J'ai voulu créer mon dispositif du flot.

J'ai amélioré la loi du vieux sellier.

Je l'ai même tellement dégradé

Que d'un côté, je ruine le propriétaire

Et de l'autre, je laisse dehors le locataire...

- Pas moi ! Dit l'injuste taupe, mauvaise comme une teigne

En ricanant pire qu'une infâme hyène

J'ai élargi les criminels

J'ai marié les homosexuels

Et pour faire oublier mes vilenies

J'ai fait pleurer sur le racisme honni...

- Pas moi, couine le roquet ibérique

Mes flics ont réprimé, cogné, tapé, gazé

Plein de braves gens arbitrairement arrêté

Et rudement fait manier aux porc-épics la trique.

Dans l'acide j'ai dissous les ligues de droite extrême

Et les ai liquidés avec la férocité suprême...

Porcelet Flanby conclut : « Si j'ai bien tout compris,

Responsables mais non coupables de la ruine de c'pays

Pas un seul de vous ne veut pour lui se sacrifier

Et tous, je vous vois bizarrement me regarder

Déjà prêts à crier « Haro sur un baudet ! »

Qui tondit son contribuable à grands coup d'impôts répétés

Et déjà prêts à écouter le loup Méchanlon raconter

Qu'il faut me sacrifier, moi, maudit animal

Moi, le pelé, le galeux d'où vient tout le mal

Et dont les peccadilles tournent au cas pendable.

Vider les poches d'autrui ! Quel crime abominable !

Ne vous en déplaise, j'assume, je tergiverse bien,

Je suspends, touche le fond mais ne lâche rien.

Autiste, ahuri, buté, têtu et crétin

Je ferai le dos rond face à la tornade qui vient...

Rien que la mort n'était capable

D'expier son forfait : ils le lui firent bien voir.

 

Selon que vous serez puissant ou misérable

Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

 

(John von La Fountain Junior)

09:04 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (1)

21/09/2013

Pensées plus ou moins correctes (16)

Chien.jpgCHIEN

« Mieux vaut chien vivant que lion mort. »

(Proverbe africain)

« Le chien ne se plaint jamais de la pauvreté de sa famille ni le fils de la laideur de sa mère. »

(Proverbe chinois)

CHINOIS

« Je me demande si les Chinois qui font du tourisme à Paris savent qu'ils achètent des souvenirs fabriqués chez eux. »

CHOISIR

« Choisis envers autrui la bienveillance. »

« Choisis en paroles la vérité. »

(Tao Te King)

CHRETIEN

« Il n'y a pas de chrétien plus féroce que le chrétien incrédule, celui qui, ayant rejeté tout dogme, a gardé toute la morale. »

(Remy de Gourmont)

« La religion de Jésus-Christ annoncée par des ignorants a fait les premiers chrétiens. La même religion, prêchée par des savants et par des docteurs, ne fait aujourd'hui que des incrédules. »

(Diderot)

CHRETIENTE

« La Chrétienté a fait l'Europe. La Chrétienté est morte. L'Europe va mourir. »

(Georges Bernanos)

CHRISTIANISME

« On a beau dire, on ne peut se purger de tout son christianisme. Mérimée ne croit pas que Dieu existe mais il n'est pas bien sûr que le diable n'existe pas. »

(Sainte-Beuve)

« Le christianisme, cadenasseur de vulves. »

(Louis Scutenaire)

09:09 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

06/07/2013

Pensées plus ou moins correctes (14)

CENDRE

« Si haut qu'on monte, on finit toujours en cendres. »

(H. Rochefort)

CHAGRIN

« Le chagrin est comme un grand trésor : on ne s'en ouvre qu'à ses intimes. »

(Proverbe malgache)

Cioran.jpg« On s'accommoderait aisément des chagrins si la raison ou le foie n'y succombait. »

(E.- M. Cioran)

« Le chagrin est comme la maladie : pour les uns, il est bénin, pour les autres, il est aigu.»

CHAINE

« Une chaîne ne possède que la force de son maillon le plus faible. »

CHAMEAU

« Un chameau mort de faim est toujours plus grand qu'un cheval vivant. »

(Proverbe arabe)

« Le chameau ne voit pas sa propre bosse, il voit la bosse de son frère. »

(Proverbe arabe)

CHANCE

« Lorsque la chance nous sourit, nous rencontrons des amis; lorsqu'elle est contre nous, nous croisons la route d'une jolie femme. »

(Proverbe chinois)

« Si la chance veut venir à toi, tu la conduiras avec un cheveu. Mais si la chance veut partir, elle rompra une chaîne. »

(Proverbe berbère)

« La chance est le nom que certains donnent au talent des autres. »

(Roland Dorgelès)

« La chance sourit aux impudents. » (Audaces fortuna juvat)

(Proverbe latin)

08/06/2013

Pensées plus ou moins correctes (11)

alain de benoist.jpgBONNES MANIERES

« Quand les bonnes manières prennent le dessus, les mauvaises prennent le dessous. »

(Alain de Benoist)

BON SENS

« Le bon sens n'est qu'une méprisable et pitoyable absence d'imagination et de souplesse mentale. »

(H.P. Lovecraft)

« Nous ne trouvons guère de gens de bon sens que ceux qui sont de notre avis. »

(La Rochefoucauld)

« Le bon sens est la chose au monde la mieux partagée. »

BOUGIE

« On peut allumer des dizaines de bougies à partir d'une seule sans en abréger la vie. On ne diminue pas le bonheur en le partageant. »

(Bouddha)

BOURGEOIS

« J'appelle bourgeois tout ce qui pense bassement. »

(Gustave Flaubert)

« Si tout finit par une catastrophe, ce sera la faute à la bourgeoisie. Depuis 1789, elle est responsable. »

(Robert Poulet)

BRACONNIER

« Chasser par plaisir est coupable. Chasser par besoin, non. Il n'y a de chasseur légitime que le braconnier. »

(Victor Hugo)