Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/09/2017

La différence créatrice (Jacques de Bourbon-Busset)

la différence.jpgAimer c’est faire confiance, c’est accepter qu’un autre m’altère… Je me suis débattu contre l’amour comme on se débat contre Dieu… Chacun aime l’autre pour l’autre et non pour soi… Le mal, c’est le refus du droit à la différence et donc l’esprit de domination… Malheureusement, la société marchande n’adore qu’un dieu, le dieu fric… J’apprends que la fidélité est une création perpétuelle, que l’amour peut vaincre le temps, que l’intelligence du cœur est au cœur de l’intelligence… Ce livre étant impossible à résumer, j’ai préféré noter ses quelques pépites qui illustrent parfaitement le propos de l’auteur.

« La différence créatrice » est un double recueil philosophique : celui de sept textes personnels de Jacques de Bourbon-Busset et dans une seconde partie celui d’une vingtaine d’autres de grands auteurs, saints, poètes ou philosophes (comme Saint Jean, Saint Bernard, Charles Péguy, Paul Valéry, Rainer Maria Rilke, Descartes, Pascal, Spinoza, Rousseau, Alain, Heidegger, etc.) Tous semblent convoqués ici pour illustrer les réflexions de l’auteur sur l’amour, la mort, le divin, l’humain, l’âme, la puissance et la gloire, le respect de la nature. Les sujets ne manquent pas, les interrogations non plus. À moins de servir d’introduction voire d’initiation, l’ensemble qui a quelque chose d’hétéroclite et d’un peu superficiel. Laisse le lecteur sur sa faim Mais une authentique philosophie n’est-elle pas une perpétuelle recherche ?

3/5

06/09/2017

Les aveux infidèles (Jacques de Bourbon-Busset)

aveux.jpgUn homme, écrivain et diplomate, sorte de double de l’auteur, s’interroge sur le sens de sa vie, sur l’amour, la mort, l’amitié, la transcendance, entre autres choses. Pris dans le tourbillon de la vie, se préoccupe-t-on si l’âme meurt avec le corps ou si quelque principe supérieur la sauve de l’anéantissement ? Il faut dire que la mort rôde autour de lui. Il vient de perdre J., une amie très chère, suite à une longue et douloureuse maladie. Son frère est mort pendant une escarmouche au début de la guerre, sa mère également victime d’une rafale de mitraillette en août 44 et son père pour achever la série. Sa vie ne trouve un sens qu’auprès de sa compagne et dans le calme de la nature. Il songe même à tout quitter pour ne plus se consacrer qu’à son art.

« Les aveux infidèles » se présentent comme des confidences décousues, qu’on dirait écrites au fil de la plume dans une série de courts chapitres sans véritable lien les uns avec les autres. Une suite d’impressions introspectives, une auto-analyse et même une autobiographie spirituelle. Jacques de Bourbon-Busset, qui est loin d’être un mystique, est parti d’un rejet de la transcendance pour lentement y revenir sous l’influence de sa compagne. En chemin, il s’est interrogé sur tous les grands thèmes de la philosophie. Le lecteur y trouvera les influences d’Alain, de Kant et de quelques autres ainsi que de Paul Valéry en ce qui concerne la poésie. Ces aveux « infidèles » (au sens que les mots peuvent souvent trahir la pensée) laissent au lecteur une impression de légèreté pour ne pas dire de futilité. Ils restent la plupart du temps à la surface des choses sans jamais les approfondir vraiment. Ils posent plus de questions qu’ils ne proposent de réponses. Mais la vie n’est-elle pas ainsi ?

3/5

05/09/2017

Pensées plus ou moins correctes (98)

condorcet.jpgLIBRE

« Les hommes ne sont vraiment libres que lorsqu’ils sont instruits. »

(Condorcet)

« On ne change pas la vie à soi seul et ce n’est rien d’être libre en rêve. Le problème de la liberté intéresse tout le troupeau. Tout le troupeau sera libre ou pas une bête ne le sera. »

(Jean Guéhenno)

« Les hommes n’étant pas dotés des mêmes capacités, s’ils sont libres, ils ne seront pas égaux ; et s’ils sont égaux, c’est qu’ils ne sont pas libres. »

(Alexandre Soljenitsyne)

LIBRE-ECHANGE

« Abolissez les douanes et soutenez le libre-échange : alors dans tous les domaines de l’économie, nos ouvriers seront ramenés au niveau de serfs et de pouilleux comme en Europe. »

(Abraham Lincoln)

25/08/2017

Pensées plus ou moins correctes (97)

franklin.jpgLIBERTE

« Quiconque veut ravir la liberté d’une nation doit commencer par lui retirer le droit de s’exprimer librement. »

(Benjamin Franklin)

« Bien analysée, la liberté politique est une fable convenue, imaginée par les gouvernants pour endormir les gouvernés. »

(Napoléon Bonaparte)

« Tous les hommes naissent libres et égaux en doigts. »

(Alain Sanders)

« Il faut refaire des hommes libres. »

(Georges Bernanos)

« Je sais mal ce qu’est la liberté, mais je sais bien ce qu’est la Libération. »

(André Malraux)

« Le but de l’organisation en société, c’est la liberté. »

(Spinoza)

« L’habileté des républicains est de promettre au peuple la liberté, leur crime est de ne la lui donner jamais si bien que, parfois, ce bon peuple se fâche. »

(Michel Ragon)

« Où est la liberté se trouve ma maison. »

(Benjamin Franklin)

« Entre le faible et le fort, c’est la liberté qui écrase et la loi qui protège. »

« Les libertés ne s’octroient pas. Elles se prennent. Elles ne viennent pas d’en haut mais d’en bas. »

(Charles Maurras)

« À mesure que diminue la liberté économique et politique, la liberté sexuelle a tendance à s’accroître en compensation. »

(Aldous Huxley)

« La liberté signifie la responsabilité. C’est pourquoi la plupart des hommes la craignent. »

(George-Bernard Shaw)

« Bien analysée, la liberté politique est une fable convenue, imaginée par les gouvernants pour endormir les gouvernés. »

(Napoléon Bonaparte)

« Seul celui qui reste libre envers et contre tout et tous peut propager et maintenir la liberté sur terre. »

(Stephan Zweig)

« Il n’est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. »

(Périclès)

« Nous pouvons faire de la liberté un idéal tout en demeurant totalement esclaves de nos habitudes. »

(Sogyal Rinpoché)

« Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux. »

(Benjamin Franklin)

« La liberté à laquelle aspire l'homme moderne n'est pas celle de l'homme libre, mais celle de l'esclave un jour de fête. »

(Nicolas Gomez Davila)

15/08/2017

Pensées plus ou moins correctes (96)

cueni.jpgLE GRAND JEU

« Car tout bonheur ou malheur dans le destin des hommes dépend de ta présence ou de ton absence. De quoi l’homme n’est-il pas capable pour accéder à toi ? Quels dangers n’est-il pas prêt à affronter, quelles turpitudes le font reculer quand il s’agit de te posséder ? C’est pour toi que les rois se font tyrans, que les sujets sont opprimés, les peuples exterminés, les pères assassinés, les enfants rejetés, les amis trahis. Pour toi, la jeune fille pure perd sa vertu, l’homme d’honneur se déshonore, le sage commet des folies, le juste des infamies, pour toi, l’ami trahit son ami, le frère devient un ennemi pour le frère, pour toi, les chrétiens retombent dans l’idolâtrie, les hommes se vendent au diable. Tu es le grand gouvernail qui oriente la course du monde, le grand axe autour duquel tourne notre planète. »

(Claude Cueni)

LEVRE

« Pour avoir des lèvres attirantes, prononcez des paroles de bonté. »

(Audrey Hepburn)

 

LEZARD

« À la différence de l’homme, le lézard est prêt à sacrifier sa queue pour sauver sa vie. »

LIBERALISME

« Le libéralisme de 1789, 1814, 1830 et 1848 n’a profité qu’aux étrangers. Qu’importe aux étrangers le despotisme gouvernemental ? Ils ne sont pas du pays ; ils n’y entrent que pour l’exploiter ; ainsi le gouvernement a intérêt à favoriser les étrangers, dont la race chasse insensiblement la nôtre. »

(Proudhon)

05/08/2017

Pensées plus ou moins correctes (95)

LARRON

« L’occasion fait le larron. »

jean rostand.jpgLECTEUR

« L’écrivain souhaite des lecteurs qui lui ressemblent et lui soient tout juste inférieurs : à son image, mais plus naïfs. »

(Jean Rostand)

LECTURE

« Une heure de lecture est le souverain remède contre les dégouts de la vie ».

(Montesquieu)

« Chaque lecture est un acte de résistance. Une lecture bien menée sauve de tout, y compris de soi-même. »

(Daniel Pennac)

LEGALITE

« Moi aussi, je veux la légalité (ou je la veux bien) mais je commence par le bon droit et la justice. »

(Vinoba)

25/07/2017

Pensées plus ou moins correctes (94)

orwell.jpgLANGAGE

« Le langage politique est destiné à rendre vraisemblables les mensonges, respectables les meurtres, et à donner l’apparence de la solidité à ce qui n’est que du vent. (…) La langue officielle contrôle, atténue, interdit, déforme, corrige, contribue au détachement, à la chosification du réel, au panurgisme, anesthésiant la « base électorale », chose aussi inerte qu’on se demande quels êtres doués de raison peuvent bien la composer. »

(George Orwell)

LANGUE

« Si la pensée peut corrompre la langue, il est non moins vrai que la langue peut corrompre la pensée. »

« Elle parlait six langues et ne savait dire « non » dans aucune. »

(Paul Morand)

« Dieu nous a donné la langue pour que nous puissions dire des choses charmantes à nos amis et de dures vérités à nos ennemis. »

(Heinrich Heine)

« Je rêve d’une langue dont les mots, comme des poings, fracasseraient les mâchoires. »

(Cioran)

« Le glaive a deux tranchants. La langue en a cent. »

« Tourne sept fois ta langue dans ta bouche avant de parler. »

15/07/2017

Pensées plus ou moins correctes (93)

Dumas fils.jpgLÂCHE

« Les hommes sont si lâches et si serviles que si leurs tyrans leur ordonnaient de s’aimer, ils s’adoreraient. »

(Alexandre Dumas fils)

LAID

« Une laide impérieuse et qui veut plaire est un pauvre qui commande qu’on lui fasse la charité. »

(Chamfort)

« Nous avons contre les femmes laides qui nous font des avances une colère faite du regret des jolies que nous n’avons pas eues. »

(Louis de Robert)

LA MEDISANCE

« Si tous les hommes savaient ce qu’ils disent les uns des autres, il n’y aurait pas quatre amis dans le monde. »

(Pascal)

05/07/2017

Pensées plus ou moins correctes (92)

montesquieu.jpgJUSTICE

« Lorsque la politique entre dans la justice, la justice en sort. »

(Montesquieu)

« La justice n’a rien à voir avec la loi qui n’en est que la déformation, la charge, la parodie. »

(Georges Courteline)

« Paie le mal avec la justice et la bonté avec la bonté. »

(Lao Tseu)

« On fait toujours semblant de confondre les juges avec la justice, comme les prêtres avec Dieu. C’est ainsi qu’on habitue les hommes à se défier de la justice et de Dieu. »

(Alphonse Karr)

« La justice est une si belle chose qu’on ne saurait trop l’acheter. »

(Lesage)

La Justice, c’est six mille ans d’erreurs judiciaires. »

(Robert Brasillach)

« La justice est gratuite. Heureusement qu’elle n’est pas obligatoire. »

(Jules Renard)

« La justice, elle n’existe pas. Il y a rêve de justice dans l’esprit de certains hommes, c’est tout. »

(Reine Malouin)

24/06/2017

Pensées plus ou moins correctes (91)

 

tolkien.jpgJOYEUX

« Si nous étions plus nombreux à apprécier la bonne chère, la gaieté et les chansons plus que les pièces d’or, ce monde serait plus joyeux. »

(J.R.R. Tolkien)

JUGEMENT

« Il en est de nos jugements comme de nos montres. Aucune ne dit comme l’autre mais chacun se fie à la sienne. »

(A. Pope)

« Tout le monde se plaint de sa mémoire et personne ne se plaint de son jugement. »

« On est quelquefois sot avec de l’esprit, mais on ne l’est jamais avec son jugement. »

(La Rochefoucauld)

« Rien n’égale notre hâte à donner force de loi aux jugements que nous portons sur notre prochain, surtout s’ils sont défavorables. »

(Tristan Bernard)