Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2013

Pensées plus ou moins correctes (5)

angleterre 2.jpgANGLAIS

« Les Anglais ne seront jamais des esclaves ; ils sont libres de faire tout ce que le gouvernement et l'opinion publique leur permettent. »

(G.B. Shaw)

ANGLETERRE

« L'Angleterre : une colonie française qui a mal tourné. »

« L'Angleterre ne peut plus se passer de ses Irlandais et de ses Ecossais, parce qu'elle ne peut plus se passer d'un minimum de bon sens. »

(George-Bernard Shaw)

 

APPETIT

« La société est divisée en deux classes : ceux qui ont plus de dîners que d'appétit et ceux qui ont plus d'appétit que de dîners. »

(Chamfort)

APPRENDRE

« Apprendre à mourir ! Et pourquoi donc ? On y réussit très bien la première fois ! »

(Chamfort)

« Ce que vous aurez appris en écoutant les paroles des autres, vous l'oublierez bien vite. Ce que vous aurez compris avec la totalité de votre corps, vous vous en souviendrez toute votre vie. »

(F. Gishin)

« Tout ce qui doit être appris ne mérite pas d'être su. »

(Tao Te King)

ARABE

« Il y a chez les Arabes les plus éloignés de l'Occident une conception de la vie plus estimable que notre dinguerie à base de publicité, d'imagerie infantile et de pompe à essence. Ce sont presque tous des guerriers nés. »

(Lucien Rebatet)

ARBRE

« Quand un arbre est jeune, on peut le redresser ; quand il a grandi, s'il n'est pas droit, ce n'est plus possible. »

(Proverbe africain)

 

24/02/2013

Pensées plus ou moins correctes (4)

poivrot.jpgALCOOL

« Quand je vends de l'alcool, on appelle ça du trafic. Quand mes clients le servent sur des plateaux d'argent, le long du lac, on appelle ça de l'hospitalité. »

(Al Capone)

« L'alcool est comme Activia : c'est actif à l'intérieur et ça se voit à l'extérieur. »

Je n'ai jamais abusé de l'alcool. Il a toujours été consentant.

L'alcool ne résout pas les problèmes. Ceci dit, l'eau et le lait non plus.

L'alcool tue... Mais combien sont nés grâce à lui ?

 

AMASSER

« Qui trop amasse alourdira sa perte. »

(Tao Te King)

AMERICANISATION

« Les Etats-Unis étant à la tête du Système occidental, ils sont la référence pour la nouvelle classe dirigeante qui affiche ainsi une anglophilie et une américanophilie de principe ; l’américanisation de la culture non seulement traduit la puissance américaine mais est également son instrument car elle est un moyen de plier les peuples à sa conception du monde et à ses intérêts. La résistance à l’américanisation de la culture et des moeurs n’est donc pas un combat marginal mais crucial. »

(Polémia.- 500 mots pour la dissidence)

AMBITION

« Ceux qui s'avancent trop précipitamment reculeront encore plus vite. »

(Mencius)

« Le difficile n'est pas de monter, mais, en montant, de rester soi. »

(Jules Michelet)

ÂME

« Entre le plus possible dans l'âme de celui qui te parle. »

(Marc-Aurèle)

« Tu t'étonnes d'avoir voyagé si loin, d'avoir varié les itinéraires sans avoir dissipé la tristesse et la douleur de ton coeur. C'est l'âme qu'il te faut changer, non pas le climat. »

(Sénèque)

« Une âme saine dans un corps sain. » (Mens sana in corpore sano)

(Locution latine)

« Corps rempli, âme consolée. »

(Proverbe italien)

AMERIQUE

« L'Amérique ne peut être comprise que comme civilisation du simulacre. »

(M.G. Dantec)

AMI

« Vous avez trois sortes d'amis : vos amis qui vous aiment, vos amis qui ne se soucient pas de vous et vos amis qui vous haïssent. »

(Chamfort)

 

18/02/2013

Pensées plus ou moins correctes (3)

voltaire.jpgAGE

« Qui n'a pas l'esprit de son âge, de son âge a tout le malheur. »

(Voltaire)

« Chaque âge a ses plaisirs, son esprit et ses moeurs. »

(Boileau)

« L'homme arrive novice à chaque âge de la vie. »

(Chamfort)

ÂGE D'OR

« La sagesse traditionnelle de tous les peuples plaçait l’age d’or de l’humanité dans un passé lointain et gardait ainsi mémoire de sa chute. Cette croyance trouvait sans doute sa racine dans la mémoire des anciens civilisateurs indo-européens. L’esprit des Lumières a placé au contraire l’age d’or dans un futur de l’humanité que celle-ci est censée atteindre en se lançant dans « la course au progrès ». Nous savons aujourd’hui où mène ce progrès : non pas à l’age d’or mais à l’age de l’or, c’est-à-dire à sa contrefaçon parodique, un age où toutes les vertus traditionnellement attribuées à l’age d’or sont bafouées. »

(Polémia – 500 mots pour la dissidence)

AHURISSEMENT

« Technique de désinformation consistant à utiliser les appareils de domination médiatique pour saturer l’opinion d’images plus ou moins fabriquées et de faits sans réelle importance ; il s’agit de faire perdre tout repère aux citoyens en utilisant notamment la puissance émotionnelle des images. »

(Polémia – 500 mots pour la dissidence)

AIDER

« Aide-toi et le ciel t'aidera. »

AILES

« Quand les ailes poussent à la fourmi, c'est pour sa perte. »

(Proverbe arabe)

12/02/2013

Maximes et proverbes

La rochefoucauld.jpgADMIRER

« Nous aimons toujours ceux qui nous admirent et nous n'aimons pas toujours ceux que nous admirons. »

(La Rochefoucauld)

« La jeunesse a cela de beau qu'elle peut admirer sans comprendre. »

(Anatole France)

« Un sot trouve toujours un plus sot qui l'admire. »

(Nicolas Boileau)

« Quelqu'un qui admire a toujours raison.

(Paul Claudel)

ADVERSITE

« Trois choses donnent la mesure de l'homme : la richesse, le pouvoir et l'adversité. »

(Proverbe arabe)

« L'âme vile est enflée d'orgueil dans la prospérité et abattue dans l'adversité. »

(Epicure)

« La prospérité découvre nos vices et l'adversité nos vertus. »

(Francis Bacon)

AFFAIRES

« Les affaires, c'est l'argent des autres. »

(Béorable de Verville)

AFFECTION

« Un mot d'affection peut réchauffer trois mois d'hiver. »

(Proverbe japonais)

AFFIRMER

« Affirmer ce qui est vrai et vouloir ce qui est juste, c'est créer. Affirmer et vouloir le contraire, c'est détruire. »

(Hermès Trismégiste)

26/01/2013

Pensées plus ou moins correctes (2)

Picasso.jpgABSTRAIT

« Combien de gens ne sont abstraits que pour paraître profonds. »

(Joseph Joubert)

ABSURDITE

« En politique, une absurdité n'est pas un obstacle. »

(Napoléon Bonaparte)

ACCEPTER

« A tout accepter, on finit par tout supporter. Et à tout supporter, on finit par tout justifier. »

(Saint Augustin)

ACCOMMODEMENT

« Un mauvais accommodement vaut mieux qu'un bon procès. »

ACTEUR

« Les acteurs rateraient très souvent, presque toujours, leurs entrées en scène, s'ils n'avaient pas, étant en coulisse, cette pensée constante : il me semble qu'il y a bien longtemps qu'on ne m'a vu. »

(Sacha Guitry)

ACTION

« Une bonne action ne reste jamais sans récompense. »

« Agir en homme de pensée, penser en homme d’action »

« Nos bonnes actions sont souvent plus troubles que nos péchés. »

(Marcel Aymé)

ADMINISTRATION

« L'administration est un lieu où les gens qui arrivent en retard croisent dans l'escalier ceux qui partent en avance. »

(Georges Courteline)

18/01/2013

Pensées plus ou moins correctes

ABANDONNER

« Vive qui m'abandonne ! Il me rend à moi-même. »

(Henry de Montherlant)

ABEILLE

« L'abeille laborieuse n'a pas le temps d'être triste. »

(William Blake)

aborigènes.jpgABORIGENE

« Créatures méprisables qui encombrent le sol d'un pays récemment découvert. Elles cessent bientôt de l'encombrer pour le fertiliser. »

(Ambrose Bierce)

ABSENCE

« L'absence diminue les médiocres passions et augmente les grandes, comme le vent éteint les bougies et allume le feu. »

(La Rochefoucauld)

« Les absents sont assassinés à coups de langue. »

(Scarron)

« Si tu veux être apprécié, meurs ou voyage. »

(Proverbe Persan)

31/05/2012

Nietzsche toujours...

nietzsche.jpegJe ne peux résister aux petites grandes phrases Friedrich Nietzsche écrites il y a 120 ans maintenant quand il était en vacances entre Eze et Menton. Nietzsche parle de l’électorat social-démocrate qu’il voyait venir en bon prophète de l’ère du rien.

La terre sera alors devenue plus petite, et sur elle sautillera le dernier homme, qui rapetisse tout. Sa race est indestructible comme celle du puceron ; le dernier homme vit le plus longtemps. « Nous avons inventé le bonheur, » – disent les derniers hommes, et ils clignent de l’œil.

Dans son génial opus, Nietzsche manie aussi l’ironie, le second degré comme on dit aujourd’hui. Il voit venir l’humanité du bureau de vote et de la caisse de supermarché, l’humanité des sondages et des VTT… Il a prévu en tout cas la sur-médicamentation (quel beau mot tout de même !), l’ingouvernabilité (idem !) du bon peuple mécontent et même le goût immodéré pour le traintrain !

Un peu de poison de-ci de-là, pour se procurer des rêves agréables. Et beaucoup de poisons enfin, pour mourir agréablement. On travaille encore, car le travail est une distraction. Mais l’on veille à ce que la distraction ne débilite point. On ne devient plus ni pauvre ni riche : ce sont deux choses trop pénibles. Qui voudrait encore gouverner ? Qui voudrait obéir encore ? Ce sont deux choses trop pénibles.

Prévoyant le spectateur de Canal+, son « sens inné de la dérision » et son relativisme gauchisant, Nietzsche annonce aussi le relativisme moral et politique et le soin apporté à sa petite santé – car l’homme de la fin de l’histoire est increvable.

« Autrefois tout le monde était fou, » – disent ceux qui sont les plus fins, et ils clignent de l’œil. On est prudent et l’on sait tout ce qui est arrivé : c’est ainsi que l’on peut railler sans fin. On se dispute encore, mais on se réconcilie bientôt – car on ne veut pas se gâter l’estomac. On a son petit plaisir pour le jour et son petit plaisir pour la nuit : mais on respecte la santé.

Evidemment il avait vu venir le rôle de l’Etat moderne et surtout la fonction d’usurpateur qui est la marque de ces temps misérables de tyrannie humanitaire.

L’État, c’est le plus froid de tous les monstres froids : il ment froidement et voici le mensonge qui rampe de sa bouche : « Moi, l’État, je suis le Peuple. »

Notre savant savait aussi que chez le petit peuple des consommateurs assistés sociaux, l’appétit vient en mangeant (il le dit je ne sais plus où) ; et que donc, au moment où l’inévitable Bismarck commence à édifier son état sozial mais pas démocrate, on va créer un homme nouveau pour qui la vie est un problème à résoudre et pas un risque à courir. Mais en bon libertarien, Nietzsche rappelle que l’Etat c’est le vol, bien plus que la propriété (pauvre Proudhon !) :

Mais l’État ment dans toutes ses langues du bien et du mal ; et, dans tout ce qu’il dit, il ment – et tout ce qu’il a, il l’a volé.

En fait une petite phrase bien provocante, propre à caractériser les nouveaux électeurs de la gauche très plurielle.

Beaucoup trop d’hommes viennent au monde : l’État a été inventé pour ceux qui sont superflus !

Allez, et un bon petit plan de relance pour tous nos Français superflus ! 

Nicolas Bonnal

19/02/2012

Tocqueville a dit...

Tocqueville.jpeg« Je veux imaginer sous quel traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde : je vois une foule innombrable d'hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme. Chacun d'eux, retiré à l'écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres; ses enfants et ses amis particuliers forment pour lui toute l'espèce humaine; quant au demeurant de ses concitoyens, il est à côté d'eux, mais il ne les voit pas; il n'existe qu'en lui-même et pour lui seul, et s'il lui reste une famille, on peut dire du moins qu'il n'a plus de patrie. Au-dessus de ceux-là, s'élève un pouvoir immense et tutélaire qui se charge seul d'assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l'âge viril; mais il ne cherche, au contraire, qu'à les fixer irrévocablement dans l'enfance; il aime que les citoyens se réjouissent, pourvu qu'il ne songent qu'à se réjouir. »

(De la démocratie en Amérique. 1835-1840) 

Visionnaire, le bonhomme, non ? 

21/06/2011

Déjà F. Bastiat déclarait :

frédéric bastiat.jpegEn 1850, Frédéric Bastiat déplorait :
« La spoliation légale peut s’exercer d’une multitude infinie de manières ;
 de là une multitude infinie de plans d’organisation : tarifs, protection, primes, subventions, encouragements, impôt progressif, instruction gratuite, Droit au travail, Droit au profit, Droit au salaire, Droit à l’assistance, Droit aux instruments de travail, gratuité du crédit, etc. Et c’est l’ensemble de tous ces plans, en ce qu’ils ont de commun, la spoliation légale, qui prend le nom de Socialisme. » (La Loi).

07/10/2010

Bertrand Russell a dit...

bertrand russell.jpeg« Avant longtemps, le contrôle des naissances deviendra presque universel parmi les races blanches; il ne détériorera pas leurs qualités mais diminuera leur nombre alors que les races non civilisées sont toujours prolifiques et protégées contre une mortalité élevée par la science des Blancs. (…)

Cette situation conduira – et c'est déjà évident en France – à employer les races plus prolifiques comme mercenaires. Les gouvernements s'opposeront à ce qu'on enseigne la contraception aux Africains, de peur de perdre leurs recrues. Le résultat sera une immense infériorité numérique des races blanches conduisant probablement à leur extermination dans des mutineries de ces mercenaires. » (Icare, ou le futur de la Science – 1924)

Russell, prophète visionnaire ?

En 1900, l'Afrique comptait 133 millions d'habitants (8% de la population mondiale)

En 1950, 225 millions (8,8%)

En 1999, 767 millions (12,8%)

En 2009, 1 milliard (14%)

Et 1 milliard 950 millions prévus pour 2050...