Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2017

Poèmes pour petits et grands (12)

rimbaud.jpgCeux qui ont faim

 

Noirs dans la neige et dans la brume,

Au grand soupirail qui s’allume,

Leurs culs en rond

À genoux, cinq petits, misère !

Regardent le boulanger faire

Le lourd pain blond…

 

Ils voient le fort bras blanc qui tourne

La pâte grise, et qui l’enfourne

Dans un trou clair :

Ils écoutent le bon pain cuire.

Le boulanger au gras sourire

Chante un vieil air.

 

Ils sont blottis, pas un ne bouge

Au souffle du soupirail rouge

Chaud comme un sein.

Et quand, pendant que minuit sonne,

Façonné, pétillant et jaune,

On sort le pain,

 

Quand, sous les poutres enfumées

Chantent les croûtes parfumées

Et les grillons,

Quand ce trou chaud souffle la vie;

Ils ont leur âme si ravie

Sous leurs haillons,

 

Ils se ressentent si bien vivre,

Les pauvres petits pleins de givre,

Qu’ils sont là, tous,

Collant leurs petits museaux roses

Au grillage, chantant des choses,

Entre les trous,

 

Mais bien bas, comme une prière…

Repliés vers cette lumière

Du ciel rouvert,

Si fort, qu’ils crèvent leur culotte

Et que leur chemise tremblote

Au vent d’hiver…

 

(Arthur Rimbaud)

09:16 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

17/07/2017

Poèmes pour petits et grands (11)

Bernier.jpgBeaucoup de soldats passèrent

 

Beaucoup de soldats passèrent.

— De quel pays venaient-ils ?

Beaucoup de soldats passèrent.

— Quelle langue parlaient-ils ?

Je n’en sais plus rien, mon frère,

Car c’était au temps des guerres.

— Lesquels ont été vainqueurs ?

— Les soldats sont morts, mon frère,

Maudits soient les mauvais bergers !

Les soldats sont morts, mon frère,

Et les morts, me dit mon cœur,

Ne sont plus des étrangers…

 

(Armand Bernier)

09:09 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

08/07/2017

Poèmes pour petits et grands (10)

lhéritier.pngClown

 

Le clown en maillot sous la lune

En maillot parti jaune et vert,

Sur son tapis de courant d’air,

Le clown aux yeux de somnambule

Sur son espoir de fil de fer

A lancé trois appels de clairon vers la lune.

 

Il a fait sauter son vieux chien

À travers les cerceaux en fer du crépuscule.

Puis il a marché sur les mains

Comme un plongeur noyé au fond

D’un clair de lune.

 

La nuit lui donnait un visage

De roi-mage.

Mais au matin sans branle-bas

Le cirque d’ombre et son bagage

S’en sont allés cahin-caha

Pour des voyages, des voyages.

 

(Antony Lhéritier)

09:02 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)

15/04/2017

Mon best of poèmes (3)

 

musset.jpgBallade à la lune

 

C’était, dans la nuit brune,

Sur le clocher jauni,

La lune

Comme un point sur un i.

Lune, quel esprit sombre

Promène au bout d’un fil,

Dans l’ombre,

Ta face et ton profil ?

Es-tu l’œil du ciel borgne ?

Quel chérubin cafard

Nous lorgne

Sous ton masque blafard ?

N’es-tu rien qu'une boule,

Qu’un grand faucheux bien gras

Qui roule

Sans pattes et sans bras ?

Es-tu, je t’en soupçonne,

Le vieux cadran de fer

Qui sonne

L’heure aux damnés d’enfer ?

Sur ton front qui voyage.

Ce soir ont-ils compté

Quel âge

À leur éternité ?

Est-ce un ver qui te ronge

Quand ton disque noirci

S’allonge

En croissant rétréci ?

Qui t’avait éborgnée,

L’autre nuit ? T’étais-tu

Cognée

À quelque arbre pointu ?

Car tu vins, pâle et morne

Coller sur mes carreaux

Ta corne

À travers les barreaux.

Va, lune moribonde,

Le beau corps de Phœbé

La blonde

Dans la mer est tombé. (…)

 

(Alfred de Musset)

 

08:49 Publié dans Art, Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

05/05/2016

Sensation (Arthur Rimbaud)

images.jpgPar les soirs bleus de l'été, j'irai dans les sentiers,

Picoté par les blés, fouler l'herbe menue,

Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds.

Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

 

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :

Mais l'amour infini me montera dans l'âme.

J'irai loin, bien loin, comme un bohémien,

Par la Nature, heureux, comme avec une femme.

 

09:17 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0)