Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2016

La conquête des sables (David Ball)

41K6YTZMA0L._AA160_.jpgDans la France du XIXème siècle, le comte Henri de Vries s'est marié avec Serena une princesse d'origine touarègue. Leur jeune fils Moussa coule des jours heureux dans leur château proche du Bois de Boulogne en compagnie de son cousin Paul. Mais au cours d'une chasse donnée dans le domaine, un vieux sanglier blessé charge les deux enfants. Il percute Moussa et le blesse grièvement… Dix ans plus tôt, Henri et son fidèle serviteur Gascon ayant posé leur ballon dirigeable en plein désert du Sahara, avaient été secourus par un groupe de touaregs aux ordres de Serena qui était vite tombée amoureuse d'Henri. Mais en 1870, suite à la défaite et au siège de Paris, les évènements tournent au drame et toute la famille de Vries se retrouve entrainée dans la tourmente…

« La conquête des sables » se présente comme un grand roman historique doublé d'une saga familiale s'étalant sur deux générations. David Ball est un écrivain voyageur américain qui a fait plusieurs séjours au Hoggar chez les hommes bleus. Il est donc très bien placé pour parler avec nuance et justesse de ce peuple particulier et pour nous raconter cette épopée pas toujours glorieuse de l'exploration du Sahara (le massacre de la mission Flatters est un des moments forts du roman). Très bien documenté historiquement (en fin de volume, Ball a l'honnêteté de faire la part entre l'authentique et le romancé), ce livre dense permet d'en apprendre beaucoup sur une période troublée de notre Histoire au travers d'une longue suite d'aventures, péripéties, rebondissements, coups tordus et trahisons. Choc des civilisations avant l'heure, affrontement orient-occident, colonisation, expansion du monde moderne (le projet de construction d'une ligne de chemin de fer dans le désert se révèle n'être qu'une folie). Deux approches différentes des notions d'honneur et d'esprit chevaleresque s'affrontent tout comme se percutent deux religions antagonistes, deux peuples et deux traditions. Dans son épilogue, Ball évoque le destin des Touaregs, ces anciens « rois du désert » qui ne sont « plus que l'ombre de leur magnificence disparue ». Un ouvrage à la fois divertissant et instructif. Bien écrit quoique très descriptif. A conseiller à tous ceux que l'Histoire du XIXème et celle des hommes du désert intéressent.

4/5

 

09:07 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

27/02/2016

Opération Baucent (Chapitre 1)

23:42 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Bienvenue sur Déliciosa (Chapitres 1/ 2ème partie)

09:00 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

25/02/2016

Pensées plus ou moins correctes (62)

images.jpg

GOÛT

« En fait de goût, chacun doit être maître chez soi. »

(Voltaire)

« Entre le bon sens et le bon goût, il y a la différence de la cause à l'effet. »

(La Bruyère)

« Le bon goût vient plus du jugement que de l'esprit. »

(La Rochefoucauld)

GOUVERNEMENT

« Le gouvernement est stationnaire. L'espèce humaine est progressive. Il faut que la puissance du gouvernement contrarie le moins possible la marche de l'espèce humaine. »

« Le gouvernement a un bras long et un bras court. Le long sert à prendre et arrive partout, le court sert à donner mais il n'atteint que les plus proches. »

(Coluche)

« Toute nation a le gouvernement qu'elle mérite. »

(Joseph de Maistre)

« Le gouvernement est une institution au sein de laquelle le son se propage plus vite que la lumière. »

« Je ne débite pas de plaisanterie. Je me contente d'observer le gouvernement et je rapporte les faits. »

(Will Rogers)

« Il y a des temps où le gouvernement perd la confiance du peuple mais je n'en connais pas où le gouvernement puisse se fier au peuple. »

(Rivarol)

 

08:56 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

23/02/2016

Hôtel Arcadia (Sunny Singh)

Hôtel Arcadia.jpgSam, photographe de presse, vient d'arriver à l'hôtel Arcadia, magnifique palace où elle compte bien passer une bonne nuit après avoir pris un bon bain. Mais voilà qu'elle est réveillée par des cris et des tirs d'armes automatiques. Son téléphone intérieur sonne. Le concierge la supplie de bien verrouiller sa porte et de n'ouvrir à personne sous aucun prétexte. Il raccroche immédiatement. Pendant ce temps, dans le grand hall d'entrée, Abhi, le patron de l'hôtel doit se cacher derrière le comptoir pour survivre aux rafales d'une bande de terroristes qui sont en train de prendre d'assaut son établissement...

Et la suite au prochain numéro. Cet épisode 1, offert pour d'évidentes raisons commerciales par les éditions Galaade, n'est qu'un teaser, un préquel, destiné à accrocher l'éventuel lecteur qui voudrait bien se laisser tenter par toute la série. Dans ce cas précis, le procédé semble particulièrement efficace. Quoi de plus dramatique que ce genre de situation qui nous rappelle d'ailleurs un tragique événement récent survenu dans un palace de Bombay. Le lecteur ne peut que trembler en suivant de braves gens aux prises avec des tueurs impitoyables. Le style de l'auteure est simple, efficace et percutant. On attend la suite avec impatience. Bien sûr.

4/5

 

08:31 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

22/02/2016

Objet culturel (Nouvelle)

 

09:12 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

21/02/2016

Un kimono pour linceul (Jean-Michel Leboulanger)

 

index.jpgGutxi, ancien membre de l'ETA militaire, débarque à Tokyo après huit années passées en prison à Madrid et douze autres d'exil en Argentine. Une fois libéré, un médecin lui a annoncé sans ménagement qu'il ne lui restait que fort peu de temps à vivre. Tamae, son épouse japonaise, est morte dans des circonstances troubles alors qu'il était encore incarcéré. Désireux de retrouver le cadre de son ancien bonheur, Gutxi n'aspire qu'à en terminer dans une certaine sérénité. L'ennui, c'est que dès son deuxième jour dans la capitale japonaise, il est contacté par des yakusa parfaitement au courant de son passé de terroriste. Il apprend également que Tamae a eu un enfant dont il serait le père et qui aurait une vingtaine d'années aujourd'hui.

« Un kimono pour linceul » est un authentique thriller dans la mesure où les cadavres s'accumulent au fil de cette sombre et douloureuse histoire. Il a néanmoins la particularité d'être atypique tout d'abord pour son cadre exotique (l'auteur semble avoir une connaissance approfondie de la société japonaise en général et de la mafia en particulier) et ensuite pour son personnage principal, un basque, ancien complice des terroristes de l'ETA, qui ressort broyé de la machine répressive espagnole et auquel la vie n'a pas fait de cadeau. D'où une empathie immédiate pour son destin tragique. L'intrigue de qualité est menée habilement. On y trouve du suspens, des rebondissements et des questions pendantes qui ménagent l'intérêt tout au long du livre et jusqu'à une fin assez surprenante. Le style est souvent descriptif et parfois un peu lent mais ce n'est pas vraiment un défaut vu que cela permet d'apprendre tant de choses sur un Japon peu connu et une réalité yakusa plutôt terrifiante.

4/5

 

08:23 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

20/02/2016

Le retour du petit homme (Chapitres 1 à 9)

08:42 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

19/02/2016

Le premier homme sur Mars sera une blonde (G.M.Giudicelli)

cover150x250.jpegDivorcé il y a huit mois, Matsya tient un blog dans lequel elle raconte qu'elle a brunché avec le très populaire Peter Kering. Tout le petit monde des médias en a conclu qu'ils étaient devenus amants alors qu'il ne s'est rien passé vu que Peter est un des ex de Matsya. Selon une autre rumeur, si son mariage n'a pas tenu un an, ce serait en raison de ses irrépressibles tendances lesbiennes. Elle laisse dire car l'important c'est qu'on parle d'elle. Pour l'heure, cette pop-star américaine multi-millionnaire et assez allumée est en route pour le Khazakstan en compagnie d'une dizaine de top-models, de deux grands couturiers hyperbranchés et d'une cohorte de journalistes et de photographes de la presse people internationale...

Ce charmant petit opus qui ne représente que les deux premiers épisodes d'une sorte de roman feuilleton chick-lit et branchouille se lit avec plaisir et sans la moindre prise de tête. Le style en est simple, naturel et bien rythmé. Du langage parlé de people sans complexe. L'intrigue ou plutôt le début d'intrigue accroche bien autant par la description du milieu impitoyable du show-biz à l'américaine que par l'originalité du propos : une idole de la pop music veut s'offrir un voyage sur Mars, excusez du peu. Au bout du compte, l'ensemble est amusant et divertissant. Nul doute qu'arrivés(ées) au terme de ces deux épisodes, les amateurs (trices) de ce genre de littérature aussi légère que futile seront suffisamment accrochés(ées) pour se précipiter sur la suite. Diabolique opération de marketing que ce système de préquel offert !

4/5

 

09:06 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

18/02/2016

Contes populaires et légendes de Provence (Collectif)

index.jpgUn paysan veut aller vendre une peau de vache à la ville. En chemin, il découvre un trésor abandonné par des voleurs effrayés... Personne n'a jamais pu tromper le diable à l'exception de la femme du savetier... Vers 980, les Maures Sarrasins qui occupaient la Provence repartent en abandonnant dans des grottes et des souterrains d'immenses richesses fruits de leurs vols et de leurs rapines. Ils espèrent revenir un jour pour les récupérer. Une chèvre d'or en reste la fidèle gardienne... A Arles, une terrible Tarasque, sorte de dragon mythique des âges anciens, ravage toute la région. La très sainte Marthe arrive à l'enchaîner avec de simples rubans comme si elle n'était qu'un petit agneau...

Ce recueil bien fourni et de belle facture comporte une bonne soixantaine de contes, légendes, historiettes, récits, fabliaux ou poésies, en un mot, toute une mémoire folklorique de la Provence. L'étrange et le merveilleux côtoient la sorcellerie et la diablerie tout comme la vie des petites gens celle des bourgeois, des nobles et des rois. On y rencontre monstres, fées, magiciens et sorciers tout aussi bien que laboureurs, savetiers ou marchands, sans oublier les curés, les ermites, Saint Pierre et même le diable et le Bon Dieu ! L'ensemble donne une impression de fourre-tout sympathique bien que tout soit classé par thèmes. Certains textes sont de véritables petits chefs d’œuvre qui méritent à eux seuls le détour (« Le fin voleur », « L'ingratitude », « Le médecin de Cucugnan », « La chèvre », « Le Bon Dieu et Saint Pierre » ou « Le coq »), d'autres sont d'un intérêt un peu moindre car souvent trop connus comme la fameuse histoire du poisson qui bouchait le port de Marseille. L'ensemble est néanmoins fort agréable à lire pour qui veut se replonger dans l'ambiance naïve et bon enfant qui régnait il y a bien longtemps sous le beau ciel de Provence.

4/5

 

08:22 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)