Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2018

Les Faux As (Roman)

09:01 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

10/12/2018

Carlito (Nouvelle)

09:18 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

07/12/2018

Poèmes pour petits et grands (60)

Guy Charles Cros.jpgDans la clairière

 

Pour plus d’agilité, pour le loyal duel,

Les témoins ont jugé, qu’elles se battraient nues.

Les causes du combat resteront inconnues.

Les deux ont dit : Motif tout individuel.

 

La blonde a le corps blanc, plantureux, sensuel ;

Le sang rougit ses seins et ses lèvres charnues.

La brune a le corps d’ambre et des formes ténues ;

Les cheveux noirs-bleus font ombre au regard cruel.

 

Cette haie où l’on a jeté chemise et robe,

Ce corps qui tour à tour s’avance ou se dérobe,

Ces seins dont la fureur fait se dresser les bouts,

 

Ces battements de fer, ces sifflantes caresses,

Tout paraît amuser ce jeune homme à l’oeil doux

Qui fume en regardant se tuer ses maîtresses.

 

(Guy-Charles Cros)

08:45 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

02/12/2018

Le dernier des Spartians (roman)

08:28 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

30/11/2018

Dorian Evergreen (Nouvelle)

Nouvelle extraite du recueil "Dorian Evergreen" disponible

19:40 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

27/11/2018

Poèmes pour petits et grands (59)

apollinaire.jpgAutomne malade

 

Automne malade et adoré

Tu mourras quand l’ouragan soufflera

Dans les roseraies

Quand il aura neigé

Dans les vergers.

 

Pauvre automne

Meurs en blancheur et en richesse

De neige et de fruits mûrs

Au fond du ciel

Des éperviers planent…

 

Sur les nixes nicettes aux cheveux verts et naines

Qui n’ont jamais aimé

Aux lisières lointaines

Les cerfs ont bramé

Et que j’aime ô saison que j’aime tes rumeurs !

 

Les fruits tombant sans qu’on les cueille

Le vent et la forêt qui pleurent

Toutes leurs larmes en automne feuille à feuille

Les feuilles

Qu’on foule

Un train

Qui roule

La vie

S’écoule.

 

(Guillaume Apollinaire)

09:30 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

25/11/2018

Pensées plus ou moins correctes (140)

OFFENSIVE

« Celui qui l’emporte le mieux sur son ennemi, c’est celui qui ne prend jamais l’offensive. »

kafka.jpgOISIVETE

« L’oisiveté est le commencement de tous les vices, le couronnement de toutes les vertus. »

(Franz Kafka)

OPINION

« Je défendrai mes opinions jusqu’à ma mort, mais je donnerai ma vie pour que vous puissiez défendre les vôtres. »

(Voltaire)

« L’opinion française de droite ne pense nullement à renaître, elle veut durer, elle veut se survivre. Elle ne consentira jamais les sacrifices nécessaires à une renaissance. (…) Tout son dessein ne va pas au-delà de se justifier. »

(Georges Bernanos)

« Toutes les opinions sont respectables. Bon, c’est vous qui le dîtes. Moi, je dis le contraire. C’est mon opinion : respectez-la. »

(Jacques Prévert)

« Que lui reproche-t-on ?

Ses idées politiques.

En voilà une idée ! Alors qu’il est déjà si difficile de croire aux opinions politiques des hommes politiques. »

(Sacha Guitry)

« L’opinion est la reine du monde parce que la sottise est la reine des sots. »

(Chamfort)

« L’opinion publique n’existe que là où il n’y a pas d’idées. »

(Oscar Wilde)

« L’opinion est quelque chose d’intermédiaire entre la connaissance et l’ignorance. »

(Platon)

« C’est mon opinion et je la partage. »

(Henri Monnier)

« Une opinion n’est choquante que lorsqu’elle est une conviction. »

(Rémy de Gourmont)

« Le mensonge et la crédulité s’accouplent et engendrent l’opinion. »

(Paul Valéry)

« Avec l’opinion publique, rien ne peut échouer. Sans elle, rien ne peut réussir. »

(Abraham Lincoln)

« Je suis contre l’opinion commune qui veut que le peuple lorsqu’il domine soit léger, inconstant, ingrat et je soutiens que ces défauts ne sont pas plus le fait des peuples que celui des princes. »

(Machiavel)

09:06 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

22/11/2018

G-Warriors (Roman)

Ouvrage disponible ici

08:51 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

20/11/2018

Ulla Sundström (Nouvelle)

Nouvelle extraite du recueil "Ulla Sundström" disponible

09:32 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

17/11/2018

Poèmes pour petits et grands (58)

grand corps.jpgJe connaissais pas Paris le matin

 

J’ai pris mon réveil de vitesse et ça c’est assez rare,

Je me suis levé sans lui sans stress, pourtant je m’étais couché tard,

J’ai mis Morphée à l’amende en plus dehors y a un pur temps,

Pas question que la vie m’attende, j’ai un rendez-vous important.

Ce matin mon tout petit dej' n’a pas vraiment la même odeur,

Ce matin mon parking tout gris n’a pas vraiment la même couleur,

Je sors pour une occasion spéciale que je ne dois pas rater,

Ce matin j’ai un rencard avec un moment de liberté.

C’est qu’après pas mal d’études et 4 ans de taf à plein temps,

Je me suis permis le luxe de m’offrir un peu de bon temps,

Plus d’horaires à respecter, finies les semaines de 40 heures,

Finies les journées enfermé, adieu la gueule des directeurs.

J’ai rendez-vous avec personne, à aucun endroit précis,

Et c’est bien ça qui cartonne écoute la suite de mon récit,

Aujourd’hui, j’ai rien à faire et pourtant je me suis levé tôt,

À mon ancienne vie d’affaires, j’ai posé un droit de véto.

C’est un parcours fait de virages, de mirages, j'ai pris de l’âge,

Je nage vers d’autres rivages, d’une vie tracée je serai pas un otage,

Un auteur de textes, après un point je tourne la page,

Pour apprécier demain et mettre les habitudes en cage.

Je sais pas où je vais aller je me laisse guider par mon instinct,

Fasciné par cette idée je kiffe tout seul c’est mon instant,

Le soleil me montre la direction, ne crois pas que j’enjolive,

C’est un moment plein d'émotion… Attends j’avale ma salive.

Je veux checker les éboueurs et aux pervenches rouler des pelles,

Y a du bon son dans la voiture quand j’arrive Porte de La Chapelle,

Alors je m’enfonce dans Paris comme si c’était la première fois,

Je découvre des paysages que j’ai pourtant vus 500 fois.

Je crois que mon lieu de rendez-vous sera cette table en terrasse,

Café-croissant-stylo-papier, ça y est tout est en place,

Je vois plein de gens autour de moi qui accélèrent le pas,

Ils sont pressés et je souris car moi je ne le suis pas.

Je connaissais pas Paris le matin et son printemps sur les pavés,

Ma vie redémarre pourtant on peut pas dire que j'en ai bavé,

La route est sinueuse, je veux être l’acteur de ses tournants,

C’est mon moment de liberté, je laisserai pas passer mon tour, non.

C’est un parcours fait de virages, de mirages, j’ai pris de l'âge,

Je nage vers d’autres rivages, d’une vie tracée je serai pas un otage,

Un auteur de textes, après un point je tourne la page,

Pour apprécier demain et mettre les habitudes en cage.

Puis je vois passer une charmante dans un beau petit tailleur,

Elle me regarde comme on regarde un beau petit chômeur,

Quand je la vois elle m'esquive et fait celle qui ne m'a pas calculé,

Je réalise avec plaisir que socialement j’ai basculé.

Il est lundi 10h et j’ai le droit de prendre mon temps,

Mon teint, mon ton sont du matin et y'a personne qui m’attend,

Y a tellement de soleil qu'y a que le ciment qui fleurit pas,

Il est lundi 11h et moi je traîne dans Ris-Pa.

Loin de moi l’envie de faire l’apologie de l’oisiveté,

Mais elle peut aider à se construire, laisse-moi cette naïveté,

Puis de toute façon j’ai mieux à faire que me balader dans Paname,

Dès demain je vois des enfants pour leur apprendre à faire du slam.

Je connaissais pas Paris le matin, voilà une chose de réparée,

Je sais pas trop ce qui m’attend, mais ce sera loin d’une vie carrée,

Moi j’ai choisi une voie chelou, on dirait presque une vie de bohème,

Mais je suis sûr que ça vaut le coup, moi j’ai choisi une vie de poèmes.

 

(Grand Corps Malade)

09:23 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)