Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/05/2018

Poèmes pour petits et grands (42)

Ponge.jpgConception de l’amour en 1928

 

Je doute que le véritable amour comporte du désir ; de la ferveur, de la passion. Je ne doute pas qu’il ne puisse naître que d’une disposition à approuver quoi que ce soit, puis d’un abandon amical au hasard, ou aux usages du monde, pour vous conduire à telles ou telles rencontres ; vivre que d’une application extrême dans chacune de ces rencontres à ne pas gêner l’objet de vos regards et à le laisser vivre comme s’il ne vous avait jamais rencontré ; se satisfaire que d’une approbation aussi secrète qu’absolue, d’une adaptation si totale et si détaillée que vos paroles à jamais traitent tout le monde comme le traite cet objet par la place qu’il occupe, ses ressemblances, ses différences, toutes ses qualités; mourir enfin que par l’effet prolongé de cet effacement, de cette disparition complète à ses yeux — et par l’effet aussi de l’abandon confiant au hasard dont je parlais d’abord, qu’il vous conduise à telles ou telles rencontres ou vous en sépare aussi bien.

 

(Francis Ponge)

08:53 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

25/05/2018

Pensées plus ou moins correctes (123)

poulet.jpgMONDIALISME

« Le mondialisme, invention de l’abstraite pensée bourgeoise, ouvrira tôt ou tard vers la guerre des races. »

(Robert Poulet)

MONOPOLE

« Savez-vous ce que c’est que le monopole d’enseignement de l’Etat tel qu’il s’est exercé jusqu’à nos jours ? Rien d’autre que le communisme intellectuel. C’est opérer dans le domaine de la conscience et de l’esprit, précisément ce que le communisme veut faire dans le plan matériel. Qu’est-ce en effet que le communisme ? C’est la doctrine par laquelle l’Etat se substitue aux propriétaires pour gouverner et diriger la propriété. Eh bien, le monopole de l’enseignement, c’est la doctrine par laquelle l’Etat se substitue au père de famille pour enseigner, pour élever ses enfants. Eh ! Quoi, Messieurs ! Vous croyez que lorsque vous aurez détruit cette forteresse de la liberté individuelle dans le cœur et l’esprit de l’homme vous pourrez maintenir dans l’ordre matériel cette forteresse de la liberté qu’est la propriété ? (…) C’est toujours la même idée fatale qui proclame l’omnipotence de l’Etat et le sacrifice de l’individu à la société. »

(Montalembert)

09:05 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

22/05/2018

G-Warriors (Roman)

09:15 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

20/05/2018

Filiation (Nouvelle)

08:28 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

17/05/2018

Poèmes pour petits et grands (41)

jammes.jpgLa salle à manger

 

Il y a une armoire à peine luisante

Qui a entendu les voix de mes grand-tantes

Qui a entendu la voix de mon grand-père,

Qui a entendu la voix de mon père.

À ces souvenirs l’armoire est fidèle.

On a tort de croire qu’elle ne sait que se taire,

Car je cause avec elle.

 

Il y a aussi un coucou en bois.
Je ne sais pourquoi il n’a plus de voix.
Je ne peux pas le lui demander.
Peut-être bien qu’elle est cassée,
La voix qui était dans son ressort,
Tout bonnement comme celle des morts.
Il y a aussi un vieux buffet
Qui sent la cire, la confiture,
La viande, le pain et les poires mûres.
C’est un serviteur fidèle qui sait
Qu’il ne doit rien nous voler.
Il est venu chez moi bien des hommes et des femmes
Qui n’ont pas cru à ces petites âmes.
Et je souris que l’on me pense seul vivant
Quand un visiteur me dit en entrant :
— Comment allez-vous, monsieur Jammes ?
(Francis Jammes)

08:51 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

15/05/2018

Pensées plus ou moins correctes (122)

tristan bernard.jpg« C’est Dieu qui a créé le monde mais c’est le diable qui le fait vivre. »

(Tristan Bernard)

« Avant notre venue, rien ne manquait au monde. Après notre départ, rien ne lui manquera. »

(Omar Kheyyam)

« N’attends rien de ce que le monde décevant t’a promis. La terre est une courtisane qui fut la maîtresse de milliers d’amants. »

(Hafiz)

« Le monde n’est ni signifiant ni absurde. Il est. »

(Alain Robbe-Grillet)

« Si le monde a un futur, il est ascétique. »

(Arkady)

« L’homme du monde est celui qui a assez d’argent pour faire ce que feraient tous les sots, s’ils avaient les moyens : c’est-à-dire consommer sans produire. »

(George-Bernard Shaw)

« Le monde est dangereux à vivre non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. »

(Albert Einstein)

« Le monde ici-bas n’est pas une plaisanterie, ni une vallée de larmes, ni l’asile avant le passage dans un monde meilleur, mais un des mondes éternel, beau, joyeux et que nous pouvons et devons, par nos efforts, rendre plus beau et plus joyeux encore pour ceux qui vivent avec nous et pour tous ceux qui y vivront après nous. »

(Léon Tolstoï)

« Ce monde n’est qu’une immense entreprise à se foutre du monde. »

(Céline)

« Il y a ceux qui voient le monde tel qu’il est et qui demandent : pourquoi ? Et il y a ceux qui voient le monde tel qu’il pourrait être et qui disent pourquoi pas ? »

(George-Bernard Shaw)

« Le monde se divise en trois catégories de gens : un très petit nombre qui fait se produire les événements, un groupe un peu plus important qui veille à leur exécution et les regarde s’accomplir, et enfin une vaste majorité qui ne sait jamais ce qui s’est produit en réalité. »

(Nicholas Murray)

08:59 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (1)

12/05/2018

Le dernier des Spartians (roman)

09:10 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

10/05/2018

Queen Latifa (Nouvelle)

Nouvelle extraite du recueil "Dorian Evergreen"

version papier

http://www.thebookedition.com/fr/dorian-evergreen-p-16900...

version ebook

 

https://www.amazon.fr/DORIAN-EVERGREEN-Bernard-VIALLET-eb...

08:22 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

07/05/2018

Poèmes pour petits et grands (40)

Carco.jpgMortefontaine

 

C’est le pays de Gérard de Nerval

Avec ses bois, ses sources, ses prairies,

Ses horizons chargés de rêveries

Où le cerf brame et fait, de val en val,

Comme un caillou ricoche au clair de lune

Sur l’eau qui dort, retentir tantôt l'une

Tantôt l’autre des voix que l’écho multiplie.

 

On tire encore à l’arc dans le village.

Mortefontaine, est-il un nom plus doux ?

Mais on entend gémir la tourterelle

Au lent refrain que chante la plus belle :

« Beau chevalier, quand nous reviendrez-vous ? »

 

(Francis Carco)

08:40 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

01/05/2018

Filiation (Nouvelle)

09:04 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)