Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/03/2020

Poèmes pour petits et grands (105)

Louis foucher.jpgAnna de Hore

 

Anna Piccola de Hore

La femme du consul de Xante

Habite un château de verre

Nageant au fil des savanes.

 

— Monsieur le Consul de Xante

Votre femme dans la savane

Au jour dormant j’ai pris sa main de verre

Et sur mon cœur je l’ai posée et dans un songe

Depuis lors je vais errant.

 

Anna Piccola de Hore

La femme du consul de Xante

A dans son parc deux chevreuils

Tout cousus de perles rouges.

 

— Monsieur le Consul de Xante

Votre femme au cou de chevreuil

Pleurant criant de vives perles rouges

Brillaient dans l’herbe je les portai à mes lèvres

Et j’eus la mort sur la bouche.

 

Anna Piccola de Hore

La femme du consul de Xante

A dans une coupe d’eau morte

Trois iris noirs et trois pies.

 

— Monsieur le Consul de Xante

Votre femme entre les iris

Nue et riant j’ai roulé dans l’eau morte

De mes désirs ses grands soupirs de jonc tranquille

Les pies n’ont pas soufflé mot.

 

Anna Piccola de Hore

La femme du consul de Xante

A treize gants de faïence

Sertis de cils et d’or vert.

 

— Monsieur le Consul de Xante

Votre femme aux yeux de faïence

Sifflant ses chiens j’ai coupé dans l’or vert

Un doigt de sang d’un coup de dents nous nous battîmes

Sur le lit défait vint l’aube.

 

Anna Piccola de Hore

La femme du consul de Xante

A de beaux miroirs couchants

De grands chiens bleus de Suède.

 

— Monsieur le Consul de Xante

Votre femme dans un miroir

S’effaça toute et les chiens de Suède

Grondant montrant les crocs lui léchaient le visage

J’ouvris une porte blanche

 

Non, tu ne m’auras pas, Anna de Hore…

 

(Louis Foucher)

08:53 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

05/03/2020

Pensées plus ou moins correctes (186)

baudelaire.jpgPUBLIC

« Le public est, relativement au génie, une horloge qui retarde. »

(Charles Baudelaire)

« Le public ne croit point à la pureté de certaines vertus et de certains sentiments : en général, le public ne peut guère s’élever qu’à des idées basses. »

(Chamfort)

« Le public est prodigieusement tolérant, il pardonne tout sauf le génie. »

(Oscar Wilde)

« Le public n’a le droit de savoir que ce qu’on lui raconte »

(Jean Dutourd)

PUBLICITE

« La publicité, c’est l’art de proposer des mensonges intégraux à partir de demi-vérités. »

(E.A. Shoaf)

PUBLIER

« Publier un livre, c’est parler à table devant les domestiques. »

(Henry de Montherlant)

PUISSANTS

« Autrefois les puissants s’efforçaient de tromper l'ennemi. Aujourd’hui, ils trompent leur propre population. »

(Pierre Scholl-Latour)

« Il est de l’intérêt des puissants que de faire croire au peuple qu’il est en démocratie. »

(Hervé Kempf)

08:33 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

02/03/2020

Les Faux As (Roman)

09:04 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

29/02/2020

Un nouveau départ (Nouvelle)

Nouvelle extraite du recueil "Lollyblog" Ouvrage disponible version papier et e-book

https://www.amazon.fr/Lollyblog-Nouvelles-Bernard-Viallet...

08:39 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

27/02/2020

Poèmes pour petits et grands (104)

Labé.jpgBaise m'encor'

 

Baise m'encor, rebaise-moi et baise ;

Donne-m’en un de tes plus savoureux,

Donne-m’en un de tes plus amoureux :

Je t’en rendrai quatre plus chauds que braise.

 

Las ! te plains-tu ? Ça, que ce mal j’apaise,

En t’en donnant dix autres doucereux.

Ainsi, mêlant nos baisers tant heureux,

Jouissons-nous l’un de l’autre à notre aise.

 

Lors double vie à chacun en suivra.

Chacun en soi et son ami vivra.

Permets m’Amour penser quelque folie :

 

Toujours suis mal, vivant discrètement,

Et ne me puis donner contentement

Si hors de moi ne fais quelque saillie.

 

Louise Labé

09:14 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

25/02/2020

Pensées plus ou moins correctes (185)

PROVERBE

« Les proverbes ressemblent aux papillons. On en attrape quelques-uns et les autres s’envolent. »

(W.Wander)

« Un proverbe est l’esprit d’un seul et la sagesse de tous. »

(John Russell)

Montesquieu.jpgPROUVER

« Quand il s’agit de prouver des choses si claires, on est sûr de ne pas convaincre. »

(Montesquieu)

PROVISOIRE

« Je me suis installé définitivement dans le provisoire. »

(Paul Léautaud)

PRUDENCE

« Prudence est mère de sûreté. »

(Jean de La Fontaine)

PSYCHIATRE

« Un névrosé c’est quelqu’un qui construit un château dans les nuages. Le psychotique, c’est celui qui vit dedans. Le psychiatre, c’est la personne qui touche le loyer. »

(Jérôme Lawrence)

« Le psychiatre, c’est l’homme qui va aux Folies-Bergère et qui regarde le public. »

(Dr. Merwyn Stockwood)

08:57 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

22/02/2020

Opération Baucent (Roman)

09:19 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

20/02/2020

Les animaux malades de la taxe (Fable)

08:35 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

17/02/2020

Poèmes pour petits et grands (103)

Dubost.jpgLibellule

 

Demoiselle légère

Au vol immobile

 

Demoiselle légère

Au vol supersonique

 

Demoiselle légère

Preste, effarouchée

 

Demoiselle court-vêtue

D’un lambeau de soleil

 

Demoiselle qui fuit

La bise de septembre

 

Quelle grâce inquiète

Te hante, libellule ?

 

 

(Louis Dubost)

09:07 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

15/02/2020

Pensées plus ou moins correctes (184)

Dostoievski.jpgPROSTERNER

« Un homme qui ne se prosterne devant rien ne peut supporter son propre poids. »

(Dostoïevski)

PROSTITUTION

« Il n’y a, pour les nobles, qu’un moyen de faire fortune, et de même pour tous ceux qui ne veulent rien faire : ce moyen, c’est la prostitution. La Cour l’appelle galanterie. »

(P.-L. Courier)

« Partout où le corps se livre avant que le cœur se donne, dans un palais comme dans un bouge, il y a prostitution et tout mariage sans amour est la prostitution consacrée. »

(Charles Lemesle)

« Pour la femme, il n’y a qu’un seul point d’honneur : elle doit croire aimer davantage qu’elle n'est aimée. Au-delà de ce point, commence sans transition la prostitution. »

(Franz Nietzsche)

« La prospérité montre les heureux, l’adversité révèle les grands. »

(Pline le Jeune)

08:52 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)