Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2020

Mougeons, moutruches et muselières (8)

media = vaccin.jpg

09:07 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

13/09/2020

Mougeons, moutruches et muselières (7)

Hydroxichloroquine.jpg

09:06 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

03/09/2020

Mougeons, moutruches et muselières (6)

mougeons.jpg

REVEILLEZ-VOUS LES MOUGEONS !

muselière chien.jpg

DEBOUT LES MOUTRUCHES !

SINON, CE SERA…

vaccin.jpg

LE VACCIN (avec nanoparticules et puce ID) !

ET…

chaines.jpg

L'ESCLAVAGE POUR MILLE ANS !

08:54 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

11/08/2020

Mougeons, moutruches et muselières (1)

Krapo_cheval_democratie-2-66304-2c0f5.jpg

08:55 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

10/03/2019

Régimes, régimes (Sketch)

08:19 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

01/12/2018

Des pensées sans compter (Philippe Bouvard)

Des pensées sans compter.jpg« Le métier d’homme politique repose sur l’art de se rappeler périodiquement au bon souvenir de concitoyens dont on tire ses revenus en écornant les leurs. »

« La vie : ce dérisoire et prétentieux ballet dansé par des condamnés à mort. »

« Les affaires d’abus de biens sociaux : on ne divise pas pour régner, on additionne pour nuire. »

« Travaille qui veut. Travaille qui peut. Travaille qui ne sera pas remplacé par un robot. Travaille qui ne pense pas à ses impôts. »

« Le népotisme constitue la seule arme absolue contre le chômage de certains jeunes. »

« Des pensées sans compter » est un recueil de bons mots, de maximes, d’aphorismes, de traits d’esprit et autres trouvailles langagières surgies de l’esprit malicieux et observateur de leur auteur, un certain Philippe Bouvard, plus connu comme présentateur-animateur télé que comme écrivain. Tous sont marqués au coin de l’humour, de la dérision, de l’auto-dérision et du bon sens. Quel plaisir de pouvoir se régaler de ces petites pépites d’intelligence et de finesse digne des plus grands (Courteline, Allais ou Guitry) ! Le délicieux auteur, esprit brillant et ironique porte un regard aigu et parfois désabusé sur la réalité de notre société, sur les travers de nos contemporains et sur ses propres faiblesses ou incertitudes. Un ouvrage à lire, relire, consulter, picorer avec toujours autant d’appétit. Comme quoi la sagesse et l’acuité de l’analyse peuvent aussi se nicher dans les couloirs de l’abêtissant média boursoufflé.

4,5/5

08:22 Publié dans Humour, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

02/12/2017

L'évasion des Dalton (Morris & Goscinny)

L'évasion des dalton.jpgEnfermés au bagne de Watta Gulch, les quatre Dalton, condamnés rien moins qu’à 367 années de prison compte tenu d’une remise de peine pour bonne conduite, n’ont qu’une seule et unique obsession : se venger de l’homme qui les a conduits là, c’est-à-dire Luke Luke. Les quatre desperados de l’Ouest, encore plus bêtes qu’ils ne sont méchants vont tout faire pour faire tourner en bourrique le héros de la série. Ils iront jusqu’à faire imprimer de fausses affiches où Lucky Luke est présenté comme « voleur, incendiaire, meurtrier, faussaire et cannibale » !

Oeuvre de jeunesse de Morris et Goscinny et quinzième titre de la série, l'épisode « L’évasion des Dalton » permet au duo composé de l’humoriste génial et du dessinateur remarquable de bien rôder leur association. Le scénario de Goscinny est aussi un prétexte permettant au dessinateur de multiplier les effets graphiques. Ainsi Morris dynamise avec audace ses cadrages et ses compositions très cinématographiques. Avec deux peu de moyens mais beaucoup d'inventivité, il signe des planches truffées d’action et de trouvailles narratives pour notre plus grand plaisir. Editée pour la première fois en janvier 1960, cette histoire qui n'a pas pris la moindre ride se déguste avec autant gourmandise aujourd’hui qu’hier. C’est à cela qu’on reconnaît un chef-d’œuvre me semble-t-il.

5/5

08:50 Publié dans Film, Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

25/06/2017

Propos de ville et propos de théâtre (Henry Murger)

propos de ville.jpgUn journaliste n’ayant rien à proposer à son chef a l’idée de jeter dans la Seine un chapeau trouvé sur un banc et de hurler à la noyade. Les passants s’attroupent, croient à une noyade et alertent les autorités. Pour le plumitif en manque de matière, ce sera un de ses meilleurs « papiers »… Savez-vous ce que Montaigne disait des hommes qui épousent leur maîtresse ? « Ce sont des gens qui crachent dans leur verre avant que de boire »… Le Français sait le mieux faire l’amour ; l'Italien le fait mieux agir ; le Russe le fait agir et parler également bien ; l’Allemand l’endort ; le Polonais le ruine…

« Propos de ville et propos de théâtre » est un recueil de petits articles, d’anecdotes, d’historiettes, de traits d’esprit et de chroniques de pièces de théâtre. Une sorte de fourre-tout pétri d’humour et d’ironie plus ou moins grinçante. Une sorte de concentré de l’esprit français et même parisien. Bien que datant de 1853, cet ouvrage reste d’une lecture agréable. C’est pétillant, corrosif, parfois poétique, philosophique, même si certaines références sont perdues et même si l’auteur a des femmes une vision désenchantée et frôlant la misogynie. Certains textes ont plus d’intérêt que d’autres. Ainsi sort du lot celui sur le temps trop doux du mois de janvier qui permet toutes sortes d’extravagances et une incursion dans le fantastique désopilant très proche du surréalisme. Idem pour la série de portraits archétypaux de toutes sortes de piètres personnages gravitant autour du théâtre et de la littérature. Il y a du Saint-Simon chez Murger, auteur qui ne mérite le détour.

4,5/5

 

08:21 Publié dans Humour, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

05/05/2017

Le coq, la mangouste et le serpent (Conte)

15:46 Publié dans Concept, Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

10/02/2017

Le voyage promotionnel (Sketch)

08:45 Publié dans Concept, Humour | Lien permanent | Commentaires (0)