Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/01/2022

Opération Baucent (Roman)

08:27 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

21/01/2022

Covid-19, enquête sur un virus (Philippe Aimar)

Enquête sur un virus.jpgLe 15 décembre 2017, au Canada, les époux Sherman sont retrouvés assassinés par étranglement. Ils étaient les propriétaires du laboratoire Apotex, un des principaux fabricants de l'hydroxychloroquine. Le 8 octobre 2019, Agnès Buzyn, ministre de la santé, fait classer ce médicament, connu et utilisé dans le monde entier depuis 80 ans, comme « produit vénéneux ». Suit une très longue série de morts suspectes de médecins et de lanceurs d’alerte aux quatre coins du monde. (Les docteurs Mouzoko-Kibourg, Salama, Plummer, Li-Wenliang, Bing-Lin, Gita Rampee, Lebedova, Nepemnyah-Chaya, Choulepov, Vaughan, Kaganski, plus 13 médecins de l’hôpital de Wu-Han disparus sans laisser de trace…) Le 20 décembre 2020, la plus grande usine du monde qui fabriquait les composants de l’hydroxychloroquine explose sans raison à Taïwan. Et l’Event 201, curieuse répétition en petit comité d’une pandémie mondiale, a lieu en même temps que les jeux militaires de Wu-Han (18 au 27 octobre 2019) où de nombreux athlètes furent contaminés et ramenèrent le virus un peu partout…

« Covid-18, enquête sur un virus » représente un véritable travail d’investigation comportant toutes les sources en note ainsi que tous les principaux documents inclus dans le texte. Philippe Aimar ne s’est pas encombré de théories. Il n’a fait qu’accumuler des faits, rien que des faits indiscutables, travail que nos médias se gardent bien d’effectuer. La question cruciale de l’origine du virus occupe une grande place dans ce livre. La longue interview du responsable de la santé chinois laisse rêveur. Pour lui, le virus est d’origine parfaitement naturelle (chauve-souris et pangolin). Son pays n’est en aucune façon responsable de la pandémie. Il n’en est que victime. Il n’a fait qu’alerter en premier. Les autres thèses sont également présentées (virus échappé d’un laboratoire P4, virus bricolé pour le rendre plus dangereux, etc.), mais sans en favoriser aucune. Au lecteur de se faire une idée. Il découvrira énormément de faits troublants, peu connus du grand public, comme cette décision datant de 2018 d’instaurer un pass sanitaire de vaccination au niveau de l’Europe, ou comme la subvention européenne accordée en 2012 à la BD « Infected », laquelle relate en gros ce qui va se passer sept ans plus tard, sans parler d’un sondage européen de grande ampleur sur les vaccins ni du fameux rapport de la fondation Rockefeller de 2010. Ouvrage passionnant qui ne donne jamais dans le complotisme, mais laisse chacun tirer les conclusions qu’il veut de cette accumulation de faits bizarres.

4,5/5

08:19 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

20/01/2022

Week-end inoubliable en Sylvanie (Nouvelle)

08:34 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

19/01/2022

Un éléphant, ça trompe (San Antonio)

Un éléphant, ça trompe.jpgPrêt à partir en vacances d’été, San Antonio tombe par hasard sur son adjoint Bérurier installé à la terrasse d’un café en compagnie de son cousin Evariste Plantin. Béru envisage un petit séjour à Embourbe le Petit, village dont Evariste est le maire. Mais pas question de s’installer chez son cousin vu qu’il doit héberger une délégation de Britanniques venus pour un jumelage. Alors Béru trouve un prétexte imparable pour s’imposer quand même : il prétend causer couramment le british. Quelque temps plus tard, à la cérémonie d’accueil, alors que le Gros pérore dans un anglais plus qu’approximatif, tombent deux nouvelles surprenantes : Kiki la vinasse, la clocharde du village vient d’accoucher de jumeaux dans le hangar de la pompe à incendie, performance devenue rarissime dans le coin, et Moïse Assombersaut, directeur du service des eaux de la région, a été retrouvé assassiné d’une balle de révolver dans son petit pavillon de pierres meulières…

« Un éléphant ça trompe » est un des innombrables romans policiers picaresques, parodiques et décalés dont nous gratifia pendant des années le très regretté Frédéric Dard, alias San Antonio. Même à un demi-siècle de distance, c’est toujours un plaisir de lire ou de relire une des aventures du célèbre commissaire et de son peu reluisant adjoint. L’intrigue, basée sur un complot de néo-nazis tentant de stériliser la population en empoisonnant l’eau de la ville, est bien menée et toujours d’actualité. Mais le plus intéressant reste quand même le style de l’auteur, cette langue verte, pleine de tournures argotiques ou inventées, de jeux de mots, de trouvailles et d’humour goguenard. Le vrai esprit français fait d’ironie, d’intelligence, de dérision et de légèreté. On s’amuse beaucoup à lire cet ouvrage, comme tous les autres San Antonio d’ailleurs. Un excellent dérivatif, sans prétention, pétillant et amusant à souhait. À consommer sans modération, pour se détendre entre deux ouvrages sérieux ou pour oublier la noirceur ambiante…

4,5/5

08:57 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

18/01/2022

Mougeons, moutruches et muselières (127)

Le nom de la dose.jpg

08:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

17/01/2022

Poèmes pour petits et grands (172)

Desnos.jpgC’était un bon copain

 

Il avait le cœur sur la main

Et la cervelle dans la lune

C’était un bon copain

Il avait l’estomac dans les talons

Et les yeux dans nos yeux

C’était un triste copain.

Il avait la tête à l’envers

Et le feu là où vous pensez.

Mais non quoi il avait le feu au derrière.

C’était un drôle de copain

Quand il prenait ses jambes à son cou

Il mettait son nez partout

C’était un charmant copain

Il avait une dent contre Étienne

À la tienne Étienne à la tienne mon vieux.

C’était un amour de copain

Il n’avait pas sa langue dans la poche

Ni la main dans la poche du voisin.

Il ne pleurait jamais dans mon gilet

C’était un copain,

C’était un bon copain.

 

(Robert Desnos)

09:07 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

16/01/2022

Mougeons, moutruches et muselières (126)

Vaxx entrée sortie.jpg

09:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

15/01/2022

Pensées plus ou moins correctes (253)

UNION

« L’union fait la force. »

La Fontaine.jpgUNIR

« Toute puissance est faible à moins d’être unie. »

(Jean de La Fontaine)

UNIVERS

« Vous créez votre propre Univers au fur et à mesure que vous avancez dans la vie. »

(Winston Churchill).

UNIVERSITE

« L’université développe toutes les facultés, entre autres la bêtise. »

(Anton Tchekov)

URNE

« Dans les urnes, le suffrage d’une femme de ménage vaut exactement le bulletin de madame Catherine Deneuve alors que la première en sait davantage que la seconde sur les difficultés de l’époque. »

(Philippe Bouvard)

08:51 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

14/01/2022

Mougeons, moutruches et muselières (125)

Chers vaccinés.jpg

08:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

13/01/2022

L'affaire Epstein (Dylan Howard)

L'affaire Epstein.jpgLe 23 juillet 2019, Jeffrey Epstein, milliardaire sulfureux, confident de Bill Clinton, ami de célébrités, de chefs d’Etats et même du Prince Andrew, est retrouvé mort dans sa cellule, pendu par le cou à l’aide d’un drap de lit. Meurtre ? Suicide ? Nul ne le sait. Il était officiellement accusé d’avoir organisé le plus vaste réseau de prostitution de mineures de l’Histoire. Issu d’un milieu modeste de Brooklyn, il commença comme prof de maths vite renvoyé d’un collège huppé (Dalton). Grâce à ses relations, il se recycla dans le milieu bancaire (chez Bear Stearns) d’abord comme assistant trader, avant de monter les échelons et de réaliser quelques beaux coups qui lui permirent d’empocher ses premiers millions de dollars. Il monta des pyramides de Ponzi style Madoff et travailla avec la CIA ainsi qu’avec Adnan Khashoggi, trafiquant d’armes et de drogue, avant de se rapprocher de Robert Maxwell, père de sa bonne amie Ghislaine, magnat de la presse et espion qui lui fit intégrer les rangs du Mossad. À sa mort, sa fortune était estimée à plus de 500 millions de dollars. Il possédait de nombreuses propriétés, à Palm Beach, New-York, Paris, et même un immense ranch dans l’Ouest. Il disposait d’un Boing 727 aménagé, appelé le « Lolita Express » qui lui permettait d’amener ses puissants amis et de très jeunes filles sur son île des plaisirs des Caraïbes, « Little Saint-James ». Tous les ébats étaient filmés en permanence par des caméras cachées. Les enquêteurs retrouvèrent des milliers de photos et de vidéos dans son palace new-yorkais.

« L’affaire Epstein » est une enquête de longue haleine menée par trois journalistes américains qui se lit ou plutôt se dévore comme un bon roman policier. Que ne découvre-t-on pas au cours de cette lecture ? Comment ce sinistre individu attirait chez lui de pauvres gamines en leur promettant de l’argent en échange de massages qui se transformaient bien vite en autre chose de nettement plus lubrique. Comment il a piégé pendant plus de vingt ans pour le compte des services secrets américains et israéliens, des milliers d’hommes politiques, de présidents, d’hommes d’affaires, de journalistes, de stars du show-biz, de célébrités de la jet-set avec son réseau de prostitution très particulier. Et comment un homme aussi respectable que Bill Gates a pu reprendre place dans le « Lolita Express » à quatre reprises et cela bien après qu’Epstein soit sorti de prison une première fois. Bien entendu, le lecteur ne peut que ressentir dégoût et écœurement devant tant de turpitudes accumulées. Tous ces gens si hauts placés, toujours prêts à faire la morale au bon peuple, ne seraient-ils donc que des vicieux et des pervers sans vergogne tant qu’ils sont assurés de l’impunité. Combien étaient tenus et le sont encore ? Combien ont craché au bassinet ? On ne le sait toujours pas. Idem pour les implications avec la France, via un certain Brunet, louche imprésario de top models, et via Ghislaine Maxwell, principale pourvoyeuse du monstre, qui ne parlera sans doute pas à son procès. Passionnant, mais un peu frustrant, la liste des « clients » du fameux « carnet noir » n’étant que très partiellement révélée.

4/5

09:10 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)