Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/05/2020

Quel est cet arbre ? (Tony Russell)

Quel est cet arbre?.jpgConnaissons-nous vraiment tous les arbres qui nous entourent ? Savons-nous tous les reconnaître ? Savons-nous que les arbres sont les plantes les plus grandes et les plus anciennes présentes sur la terre ? Apparus il y a plus de 350 millions d’années, ils couvrent presque le tiers de la surface de notre planète. Il en existe plus de 80 000 espèces différentes. Sans eux pas de fruits, pas de graines, pas d’ombre l’été, pas d’abri pour la faune et pas d’atmosphère respirable. C’est dire l’importance de ces géants débonnaires.

« Quel est cet arbre ? » est un petit manuel particulièrement bien illustré (pas moins de 400 photos et 180 dessins) permettant à son possesseur de bien reconnaître tous les arbres. L’identification est principalement basée sur la forme des feuilles (lisse, ondulée, dentée, lobée, crénelée, épineuse, etc), mais aussi sur leur disposition (isolées, en verticilles, en ramules, en feuilles opposées ou alternes), leur écorce (très reconnaissable comme celles du bouleau ou du chêne), leurs fleurs ou leurs graines. En fin d’ouvrage, l’auteur propose un panorama récapitulatif permettant de s’y retrouver plus facilement ainsi qu’une liste des noms scientifiques (latins) et un glossaire expliquant les termes difficiles ou techniques employés. Ouvrage agréable à consulter, facile à emporter dans sa poche de blouson, donc à conseiller pour sa grande utilité.

4,5/5

08:37 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

02/05/2020

L'aéronaute embourbé

08:57 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

01/05/2020

Faites pousser vos noyaux ! (Holly Farrel)

Faîtes pousser des noyaux.jpgRien de plus simple et de plus ludique que de récupérer des noyaux ou des graines de fruits ou légumes et de s’amuser à les faire germer dans l'espoir d’obtenir un jeune arbre ou une plantule et peut-être, avec beaucoup de patience, de nouveaux fruits ou légumes. Du gros noyau d’avocat que l'on hérisse de trois allumettes pour le placer au-dessus d’un verre d’eau aux pépins de pomme, citron ou raisin qui germent dans le coton humide en passant par les graines de tomates, melon ou litchi, ce sont une vingtaine de plantes qu’il est possible de reproduire en allant tout bêtement les chercher dans nos cuisines !

« Faites pousser des noyaux ! » est un petit opuscule bien illustré (de très jolies photos) plutôt destiné au jeune public. Pour chaque plante, une fiche détaillée montre comment prélever les graines ou noyaux, comment dépasser la dormance (en les plaçant au réfrigérateur un certain temps), comment les faire germer et comment mener à bien leur culture. Holly Farrel propose également d’évaluer deux critères, un de facilité et un de patience. En effet, à première vue facile et amusante, cette pratique peut en effet rencontrer quelques difficultés comme avec la datte, la figue ou l’olive. Autant la germination de la tomate, du melon ou de la pastèque est aisée, autant quelques autres sont aléatoires voire difficiles et donc sources de déception pour les enfants. Petit ouvrage utile et intéressant pour jardiniers en herbe !

4/5

08:18 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

30/04/2020

Justine (Nouvelle)

Nouvelle extraite du recueil "LOLLYBLOG"

Ouvrage disponible version papier et e-book

https://www.amazon.fr/Lollyblog-Nouvelles-Bernard-Viallet...

09:10 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

29/04/2020

Sur les chemins noirs (Sylvain Tesson)

Sur les chemins noirs.jpgAprès une vie aventureuse passée à courir le monde des sommets de l’Himalaya aux steppes de la Sibérie en passant par les déserts et les rizières de l’Asie, Sylvain Tesson a fini par se retrouver à un tournant de sa vie. Ayant abusé des boissons plus ou moins fortes, il entreprit d’escalader la façade du chalet d’un ami et fit une chute qui lui occasionna de multiples fractures ainsi qu’une paralysie de la moitié du visage. Après un long temps de coma et des mois d’hospitalisation, il décida d’une manière originale de rééducation : la traversée de la France du sud-est au nord-ouest c’est-à-dire du col de Tende à la frontière italienne à la pointe de La Hague, extrémité du Cotentin. Une randonnée pédestre de plus de deux mois entre le 24 août et le 8 novembre 2015.

« Sur les chemins noirs » est un récit de voyage doublé de réflexions philosophiques, politiques ou artistiques diverses et variées. Se voulant à la pointe du progrès et de la nouveauté, Tesson se découvre une aversion pour le goudron (il s’efforce de ne suivre que les chemins « noirs », les tracés fins des cartes IGN au 25 000e, sentiers, sentes, allées, drailles impraticables pour les engins motorisés), pour la manie du déplacement à tout prix, pour le tourisme de masse alternant ski l’hiver et plage l’été, pour les centres commerciaux, les ronds-points, les autoroutes, les téléphones portables autant de symboles d’un modernisme et d’un mondialisme envahissants. Il plaint cette France du désert rural, ces paysans qui se suicident de se retrouver sans avenir et sans espoir. Une réflexion de parfait réactionnaire… Ce livre charmant se dévore comme un roman. Il est court mais dense ne serait-ce que par toutes les allusions littéraires ou picturales. Qu’on y cherche pas un guide de randonnée ou un journal de bord. Tesson suit trop les voies de traverse, les sentiers de fantaisie. Il dort à la belle étoile tout en fréquentant les petits hôtels chaque fois que c’est possible. Il marche parfois en solitaire, mais est souvent escorté d’amis (Cédric Gras, Humann et autres) ou de Daphné, sa propre sœur sur certains tronçons. Au rythme lent de ses pas, l’ex-explorateur des horizons lointains découvre que l’aventure peut aussi se nicher dans un humble sentier de grande randonnée bien franchouillard !

4/5

08:32 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

27/04/2020

Poèmes pour petits et grands (110)

Desnoues.jpgMarché en Provence

 

Ici, mon pas se régale

Mieux que sur le sable frais

Ou le terreau des forêts

Se fondant sous la sandale,

Oliviers, cyprès, yeuses,

Je prends part à vos repas

Quand je croque d’un bon pas

La pierraille radieuse.

Écraser les thyms, les brandes,

C’est du pain chaud pour l’orteil,

Du craquelin de soleil,

Mon plaisir et ma Provence ;

Marcher sur l’ocre et l’albâtre,

C’est mâcher du vin blanc sec,

C’est casser la croûte avec

Les dieux, les vents et les pâtres.

 

(Lucienne Desnoues)

08:52 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

26/04/2020

Le dernier vol du faucon (Axel Aylwen)

Le dernier vol du faucon.jpgEn 1688, au royaume du Siam, le roi Naraï le grand, âgé de 60 ans et souffrant de crises d’asthme de plus en plus violentes sent sa fin arriver à grands pas. Comme il ne dispose pas de successeur valable dans sa famille, il envisage de demander à Pra Piya, son fils adoptif, de prendre sa suite. Mais pour cela, il faudrait que Yotatep, sa propre fille accepte de l’épouser, histoire de l’anoblir et de le rattacher ainsi à la lignée royale. L’ennui, c’est que celle-ci refuse catégoriquement, car elle en aime un autre et ne veut pas entendre parler d’une union avec un roturier sorti de rien et soupçonné de vouloir se convertir au catholicisme… Une dame anglaise, Nellie Tucker, accompagnée de son fils Mark, 16 ans, débarque au port de Mergui. Elle demande au gouverneur Ivatt l’autorisation de se rendre à la capitale Ayuthia. Ivatt remarque tout de suite que Mark ressemble étrangement à son ami Phaulcon… Sa mère l’a bien eu du Barcalon qui, à l’époque n’était qu’un jeune marin en partance pour l’Asie. Nellie, après Sunida et Maria. Trois femmes pour un seul homme : la situation se complique…

« Le dernier vol du faucon » est le troisième volet de la saga d’aventures exotiques et plus ou moins historiques du héros gréco-anglo-siamois. Parvenu au sommet de l’Etat et au comble des honneurs, le héros a accumulé haines et rancœurs autour de lui. Le général Petraja n’a de cesse de monter des complots et des intrigues pour se débarrasser de lui et des autres « farangs » qu’il soupçonne de vouloir coloniser son pays. Il est aidé par le cruel Sorasak, prince débauché et sadique, ainsi que par la faiblesse du roi qui n’a plus que de très brefs instants de lucidité. La fin de cette histoire où la roche tarpéenne est très proche du Capitole, est truffée de rebondissements plus ou moins invraisemblables. On échange les rôles, on se déguise, on se grime, on vous colle des masques sur la figure, on vous fait passer pour quelqu’un d’autre pour finalement parvenir à une fin controuvée et pas spécialement « happy », les méchants remportant la mise. Bilan final : un ouvrage divertissant et dépaysant, mais sans plus.

3,5/5

08:48 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

25/04/2020

Pensées plus ou moins correctes (191)

gomez.jpgREACTIONNAIRE

« Si le réactionnaire n’a aucun pouvoir à notre époque, sa condition l’oblige à témoigner de son écœurement. »

(Nicolas Gomez Davila)

« Je veux bien passer pour réactionnaire, car toutes les occasions de se rendre antipathique aux progressistes sont bonnes. »

(Philippe Muray)

REALISTE

« Soyez réalistes, tentez l’impossible. »

(Slogan de mai 68)

REBELLE

« Rebelle (n) : celui qui propose un désordre nouveau et n’a pas réussi à l’établir. »

(Ambrose Bierce)

« On est rebelle quand on est vaincu. Les victorieux ne sont jamais rebelles. »

(Anatole France)

RECONCILIATION

« La réconciliation avec nos ennemis n’est qu’un désir de rendre notre condition meilleure, une lassitude de la guerre et une crainte de quelque mauvais événement. »

(La Rochefoucauld)

08:32 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

24/04/2020

Le grand enfermement (6)

Rico-dessin-humour-amendes-confinement-promesse-tenue-web-39e87-dfd96.jpg

08:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

22/04/2020

Bienvenue sur Déliciosa (Roman)

08:56 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)