Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/09/2022

Mougeons, moutruches et muselières (193)

Rentrée de merde.jpg

08:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

05/09/2022

Pensées plus ou moins correctes (276)

Gustave Le Bon.jpgVOLONTE

« Les volontés précaires se traduisent par des discours, les volontés fortes par des actes. »

(Gustave Le Bon)

« C’est par la volonté que l’intelligence voit se dérouler les phases de la vie. Si la volonté est saine, la vie est juste. »

(Hermès Trismégiste)

« La bonne volonté raccourcit le chemin. »

(Proverbe brésilien)

« Afin d’affirmer qu’un homme est ou a été heureux ou malheureux, sachez la direction qu’a suivi sa volonté. »

(Hermès Trismégiste)

« La volonté de l’homme juste est l’image de la volonté de Dieu, et à mesure qu’elle se fortifie, elle commande aux évènements. »

(Hermès Trismégiste)

« Plus la volonté surmonte d’obstacles, plus elle grandit en puissance. L’espérance doit donc s’unir sans cesse à la foi. »

(Hermès Trismégiste)

« Toute volonté qui lutte contre les décrets divins est réprouvée par l’éternelle raison. »

(Hermès Trismégiste)

« Nulle volonté consciente ne remplacera jamais, à long terme, l’instinct de vie. »

(Carl G. Jung)

« La volonté de créer une humanité unifiée déracinée et simple consommatrice en croyant que cela aplanirait les tensions mondiales est une des pires stupidités de l’occidentalisme capitaliste. »

(Vandana Shiva)

08:50 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

04/09/2022

Dernière nuit à Soho (Fiona Mozley)

Derniere-nuit-a-Soho_6585.jpgDe nos jours, dans le célèbre mais quelque peu louche quartier londonien de Soho, un vieil immeuble avec un restaurant « français », « Des Sables », avec sa spécialité d’escargots de Bourgogne, un pub, lieu de rattachement de la plupart des personnages, une maison close où travaillent Precious et Tabitha qui vivent et habitent ensemble au dernier étage et jardinent sur le toit alors qu’un couple de SDF, Debbie McGee et Paul Daniels, vivent au sous-sol en compagnie de l’Archevêque, prédicateur un brin illuminé. On peut croiser dans le coin Robert Kerr, ancien homme de main de l’ex-propriétaire des lieux, qui a la jouissance d’un des appartements et reçoit une petite pension pour services rendus, tout comme le distingué Lorenzo, ancien de Cambridge devenu acteur de séries télé, ou comme Jackie Rose, policière qui enquête sur les personnes disparues et les réseaux de trafics sexuels ou comme Bastian, Glenda ou Laura. Ce petit monde se trouve sous la coupe de la jeune Agatha, riche héritière, propriétaire de l’immeuble et de quelques autres, qui vit seule dans un grand manoir avec son Barzoï et le vieux Roster, ancien homme à tout faire de son père. Agatha ne cesse d’intriguer auprès du Maire pour arriver à faire expulser ses locataires et ainsi pouvoir réaliser une belle opération immobilière…

« Dernière nuit à Soho » se veut roman social sur le thème de la « gentrification », autrement dit « la boboïsation » d’un quartier populaire avec les dégâts que cela implique pour les petites gens dont on cherche à se débarrasser. Au fil de très courts chapitres (moins de dix pages environ), Fiona Mosley nous présente un à un toute une galerie de personnages bien pétris d’humanité dans des situations d’une absolue banalité. Elle use et abuse de dialogues assez vivants, mais sans grande originalité, qui peuvent donner une idée de la psychologie des personnages, mais sans vraiment faire avancer l’action. Car au fil de ces pages, il ne se passe quasiment rien, ce qui finit par agacer un brin, jusqu’au final aussi catastrophique que spectaculaire qui détonne complètement. En quatrième de couverture, le lecteur pourra découvrir cette appréciation dithyrambique, à limite de la publicité mensongère : « Un récit éblouissant à la Dickens » (The Guardian). On cherche encore ce qui peut y avoir d’éblouissant dans cette absence d’histoire. Quant au pauvre Dickens, il doit se retourner dans sa tombe ! Pour ne rien arranger, la qualité de l’objet-livre est déplorable. Rien ne tient, les pages se détachent, une à une ou par paquets, au fil de la lecture. Impression désagréable de se retrouver très vite avec un tas de feuilles dans la main au lieu d’un vrai livre ! L’éditrice s’est-elle laissée tenter par l’obsolescence programmée ? L’imprimeur a-t-il mégoté sur la colle ?

3/5

09:04 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

03/09/2022

Mougeons, moutruches et muselières (192)

Passif judiciaire Pfizer.jpg

08:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

02/09/2022

Assoual (Roman)

Ouvrage disponible version papier et e-book

https://www.thebookedition.com/fr/assoual-p-377414.html

08:24 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

01/09/2022

Une rose au paradis (René Barjavel)

Une rose au paradis.jpgM et Mme Jonas et leurs deux enfants, Jim et Jif, vivent dans l’Arche, sorte d’immense abri anti-atomique souterrain où ils se sont réfugiés pour tenter de survivre encore pendant une dizaine d’années, aux conséquences des explosions de bombes U ayant ravagé la terre et détruit toute l’humanité. Il s’agit dans un premier temps d’attendre que notre planète se régénère elle-même. Puis, à l’aide des animaux cryogénés et des graines de toutes sortes qu’ils ont avec eux, de tenter de faire revivre notre planète quand ils ressortiront. La petite famille est sous la coupe du concepteur du lieu, le mystérieux Monsieur Gé, être qui leur semble tout-puissant, car il voit tout et entend tout, oligarque plus riche que bien des pays du monde qui a mis des millards dans ce projet. Dans cet environnement artificiel, Jim et Jif, les deux adolescents nés dans l’Arche ignorent tout du ciel, de la terre et même des réalités de la vie naturelle. La puberté aidant, les voilà qui s’initient mutuellement aux jeux de l’amour en toute innocence. Jusqu’au jour où Monsieur Gé convoque la famille pour lui annoncer qu’il y a un gros problème : l’Arche conçue et programmée pour faire vivre cinq personnes va bientôt devoir en supporter six, vu que Jil est tombée enceinte. Va-t-il falloir ouvrir les portes plus tôt que prévu ? Va-t-on devoir liquider quelqu’un ? Et qui choisir ?

« Une rose au paradis » est un roman de science-fiction en forme de parabole inspirée de thèmes bibliques bien connus comme l’Arche de Noé, et le bannissement d’Adam et Eve du jardin d’Eden. D’une manière à la fois ironique et tendre, Barjavel invite son lecteur à réfléchir sur toutes sortes de problématiques posées par le monde moderne. Sera-t-il possible de recréer toute une humanité et toute une civilisation à partir de rien, quand l’homme disposant d’un pouvoir de nuisance absolu aura lui-même entièrement détruit son biotope ? Un monde aussi artificiel que cette Arche ne peut-il se révéler qu’extrêmement fragile ? Il suffit qu’un petit incident se produise quelque part pour que peu à peu tout se dégrade d’une façon inéluctable et d’ailleurs impeccablement décrite. On ne peut que conseiller la lecture de cet ouvrage visionnaire aussi instructif que divertissant, au style vif et agréable, plein de rythme, de rebondissements, d’humour et d’humanité. Un des meilleurs textes du très grand René Barjavel !

4,5/5

08:56 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

30/08/2022

Les godasses (Sketch)

08:40 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

29/08/2022

Mougeons, moutruches et muselières (192)

Bénéfice Risque.jpg

08:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

28/08/2022

La quatrième révolution industrielle (Klaus Schwab)

La quatrième révolution.jpgLa quatrième révolution industrielle sera celle d’un monde totalement informatisé, connecté et même hyper-connecté. L’informatique sera partout, dans nos maisons (domotique), dans nos villes (smart towns) et jusque sous notre peau (puce RFID) ou dans notre cerveau (ajouts de mémoire, de capacités physiques ou intellectuelles). L’être humain devra réinventer sa manière de vivre, de travailler, de consommer et même de penser. L’ensemble de la société dans laquelle nous évoluerons sera différente de celle que nous connaissons aujourd’hui. Parti du statut préhistorique de chasseur-cueilleur, l’être humain est devenu sédentaire et agriculteur avant de voir arriver la révolution de la vapeur, puis celle de l’électricité. Il se retrouve devant la « fabuleuse » perspective du tout numérique. Mais tout bouleversement de ce genre entraine obligatoirement des destructions d’emplois. Ainsi, à la fin du XIXᵉ siècle, l’agriculture américaine employait environ 90% de la population active alors que de nos jours, elle ne représente plus que 2% des emplois. Il produit également des restructurations sociétales avec la désertification des campagnes et l’afflux des populations dans les villes. Schwab nous annonce benoîtement que très rapidement des tâches professionnelles aussi différentes que celle des avocats, des analystes financiers, des enseignants, des médecins, des pharmaciens, des journalistes, des comptables, des assureurs et des bibliothécaires seront totalement ou partiellement automatisés. Soit 47% d’emplois menacés au total. Le numérique créera des emplois, mais en beaucoup moins grand nombre…

« La quatrième révolution industrielle » est un essai de prospective technologique bien documenté et relativement honnête. Le gourou de Davos, le Monsieur Loyal du mondialisme triomphant, s’est livré au difficile exercice du devin, celui d’imaginer l’avenir en prolongeant les courbes des tendances actuelles. Pour chaque avancée technique (IA, internet des objets, blockchain, imprimante 3D, homme augmenté, etc.), il a tenu à présenter les aspects positifs, mais aussi les aspects négatifs, toute découverte étant biface par nature. Il reconnaît que 1% de la population détient la moitié de la richesse mondiale alors que la moitié de la partie la plus pauvre de la population ne possède collectivement que moins de 1% de la richesse mondiale. Et avec les destructions d’emplois à grande échelle, le monde va se retrouver avec une montée en flèche des inégalités sociales pour ne pas dire à une explosion de pauvreté et de violence. C’est un des défis majeur, reconnait-il sans préciser quelles sont les solutions à y apporter. Le lecteur devinera que tout cet édifice reposera sur un traçage total des individus (contrôle social à la chinoise) et sans doute une chute drastique de la démographie. Pour lui, l’alternative sera soit de robotiser l’humain, détruire l’identité, la famille, la communauté et le travail soit accéder à « une conscience collective nouvelle ». Celle de la fourmilière sans doute. Il faut lire cet ouvrage si l’on veut comprendre en quoi consiste la « disruption » (horrible néologisme globish que l’on peut traduire par « chaos ») que nos maîtres nous préparent. Tout en se rappelant que « science sans conscience n’est que ruine de l’âme » et que jamais l’humain ne pourra se résumer à une suite de données numériques. En fin de compte, la machine sera-t-elle au service de l’homme ou l’inverse ? That’s the question !

3/5

08:50 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

27/08/2022

Poèmes pour petits et grands (194)

Duteil.jpgÊtre et avoir

 

Loin des vieux livres de grammaire,

Écoutez comment un beau soir,

Ma mère m’enseigna les mystères

Du verbe être et du verbe avoir.

 

Parmi mes meilleurs auxiliaires,

Il est deux verbes originaux.

Avoir et Être étaient deux frères

Que j’ai connus dès le berceau.

 

Bien qu’opposés de caractère,

On pouvait les croire jumeaux,

Tant leur histoire est singulière.

Mais ces deux frères étaient rivaux.

 

Ce qu’Avoir aurait voulu être

Être voulait toujours l’avoir.

À ne vouloir ni Dieu ni maître,

Le verbe Être s’est fait avoir.

 

Son frère Avoir était en banque

Et faisait un grand numéro,

Alors qu’Être, toujours en manque.

Souffrait beaucoup dans son ego.

 

Pendant qu’Être apprenait à lire

Et faisait ses humanités,

De son côté sans rien lui dire

Avoir apprenait à compter.

 

Et il amassait des fortunes

En avoirs, en liquidités,

Pendant qu’Être, un peu dans la lune

S’était laissé déposséder.

 

Avoir était ostentatoire

Lorsqu’il se montrait généreux,

Être en revanche, et c’est notoire,

Est bien souvent présomptueux.

 

Avoir voyage en classe Affaires.

Il met tous ses titres à l’abri.

Alors qu’Être est plus débonnaire,

Il ne gardera rien pour lui.

 

Sa richesse est tout intérieure,

Ce sont les choses de l’esprit.

Le verbe Être est tout en pudeur,

Et sa noblesse est à ce prix.

 

Un jour à force de chimères

Pour parvenir à un accord,

Entre verbes ça peut se faire,

Ils conjuguèrent leurs efforts.

 

Et pour ne pas perdre la face

Au milieu des mots rassemblés,

Ils se sont répartis les tâches

Pour enfin se réconcilier.

 

Le verbe Avoir a besoin d’Être

Parce qu’être, c’est exister.

Le verbe Être a besoin d’avoirs

Pour enrichir ses bons côtés.

 

Et de palabres interminables

En arguties alambiquées,

Nos deux frères inséparables

Ont pu être et avoir été.

 

…Oublie ton passé, qu’il soit simple ou composé,

Participe à ton Présent pour que ton Futur

Soit Plus que Parfait…

 

(Yves Duteil)

08:17 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)