Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2017

Pensées plus ou moins correctes (99)

LION

« Le lion et l'agneau peuvent dormir côte à côte. Mais l’un des deux aura un sommeil agité. »

(Proverbe hindou)

« Bravez le lion et le lion vous craindra. Sachez commander à la douleur et la douleur se changera en bonheur. »

(Hermès Trismégiste)

voltaire.jpg

LIRE

« Peu de gens lisent ; et parmi ceux qui lisent, il y en a beaucoup qui ne se servent que de leurs yeux. »

(Voltaire)

« Personne ne lit plus, aujourd’hui, sauf ceux qui écrivent. »

(Henry Bordeaux)

LIT

« Le lit est l’endroit le plus dangereux du monde. En effet, 99% des gens y meurent. »

(Mark Twain)

14/09/2017

La passion des Chrétiens du Liban (Dominique Baudis)

la passion des chrétiens.jpgToute l’histoire du Liban a été marquée par les affrontements confessionnels entre Musulmans et Chrétiens depuis l’expansion de l’Islam au VIIIème siècle jusqu’à nos jours où, sur une même terre, cohabitent difficilement Chrétiens maronites et Musulmans sunnites, chiites ou druzes. Les périodes de paix et d’harmonie ont malheureusement bien souvent été entrecoupées d’intermèdes de persécutions barbares frisant le génocide. Ainsi, en 1860, les Druzes se lancèrent-ils dans de terribles massacres de Chrétiens à Beyrouth, sur le Mont Liban et jusqu’en Syrie. Les Turcs sensés faire régner l’ordre se rendirent d’ailleurs complices de toutes ces atrocités. À Damas, où d'autres tueries religieuses eurent lieu, seul l’émir Abd-el-Kader sut se montrer charitable. Et il fallut que Napoléon III se décide enfin à intervenir par l’envoi d’un corps expéditionnaire pour faire cesser cette folie sanguinaire. Le calvaire se reproduisit en 1914-18 sous forme d’une monstrueuse famine cyniquement organisée qui fit périr à nouveau des milliers de Maronites. D’autres troubles eurent encore lieu en 1943, période qui vit la fin du protectorat français. Et en 1975, éclata une très longue guerre civile qui ravagea à nouveau la pauvre petite « Suisse » du Moyen-Orient.

« La passion des Chrétiens du Liban » est un ouvrage historique de belle facture qui nous rappelle quelques épisodes de l’histoire douloureuse d’une communauté multi-culturelle et multi-religieuse qui eut toujours les pires difficultés à maintenir un équilibre précaire entre les diverses forces en présence. On transigea avec un président maronite et un premier ministre sunnite, principe démocratique reposant sur l’importance numérique de chaque religion. On sait ce qu’il en est devenu. Livre souvent dur à lire en raison de la description par des témoins oculaires de véritables pogroms d’une cruauté féroce. La populace druze égorgeant à tout-va, n’épargnant ni femme, ni enfant, ni vieillard. Incendies, vols, viols et pillages furent à chaque fois systématiquement pratiqués. Mais livre indispensable pour qui veut garder un regard lucide sur des réalités religieuses et ethniques qu’on aimerait relever d’un autre temps.

4,5/5

08:35 Publié dans Histoire, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

12/09/2017

Ulla Sundström

08:32 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

10/09/2017

Queen Latifa (Nouvelle)

Nouvelle extraite de mon recueil "Dorian Evergreen"

08:16 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

09/09/2017

La différence créatrice (Jacques de Bourbon-Busset)

la différence.jpgAimer c’est faire confiance, c’est accepter qu’un autre m’altère… Je me suis débattu contre l’amour comme on se débat contre Dieu… Chacun aime l’autre pour l’autre et non pour soi… Le mal, c’est le refus du droit à la différence et donc l’esprit de domination… Malheureusement, la société marchande n’adore qu’un dieu, le dieu fric… J’apprends que la fidélité est une création perpétuelle, que l’amour peut vaincre le temps, que l’intelligence du cœur est au cœur de l’intelligence… Ce livre étant impossible à résumer, j’ai préféré noter ses quelques pépites qui illustrent parfaitement le propos de l’auteur.

« La différence créatrice » est un double recueil philosophique : celui de sept textes personnels de Jacques de Bourbon-Busset et dans une seconde partie celui d’une vingtaine d’autres de grands auteurs, saints, poètes ou philosophes (comme Saint Jean, Saint Bernard, Charles Péguy, Paul Valéry, Rainer Maria Rilke, Descartes, Pascal, Spinoza, Rousseau, Alain, Heidegger, etc.) Tous semblent convoqués ici pour illustrer les réflexions de l’auteur sur l’amour, la mort, le divin, l’humain, l’âme, la puissance et la gloire, le respect de la nature. Les sujets ne manquent pas, les interrogations non plus. À moins de servir d’introduction voire d’initiation, l’ensemble qui a quelque chose d’hétéroclite et d’un peu superficiel. Laisse le lecteur sur sa faim Mais une authentique philosophie n’est-elle pas une perpétuelle recherche ?

3/5

07/09/2017

Poèmes pour petits et grands (16)

larronde.jpgLe grenier

 

Il est noir, l’escalier,

L’escalier qui monte au grenier,

Au grenier ou le plancher craque.

C’est un endroit que l’on aime beaucoup

La nuit s’y attarde ; on y trouve de tout :

Vieux livres, souvenirs, chapeaux à claque

Et des rats sortant de leur trou.

On a peur ; il fait noir ; le plancher craque

C’est bon d’être là, sous les tuiles,

Seul et tranquille,

Pour avoir peur et pour penser.

La lucarne est garnie de vitres bien ternes

Avec des toiles d’araignées.

On l’ouvre sur la campagne moderne,

Quand on ne veut plus vivre avec le passé.

 

(Carlos Larronde)

08:53 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

06/09/2017

Les aveux infidèles (Jacques de Bourbon-Busset)

aveux.jpgUn homme, écrivain et diplomate, sorte de double de l’auteur, s’interroge sur le sens de sa vie, sur l’amour, la mort, l’amitié, la transcendance, entre autres choses. Pris dans le tourbillon de la vie, se préoccupe-t-on si l’âme meurt avec le corps ou si quelque principe supérieur la sauve de l’anéantissement ? Il faut dire que la mort rôde autour de lui. Il vient de perdre J., une amie très chère, suite à une longue et douloureuse maladie. Son frère est mort pendant une escarmouche au début de la guerre, sa mère également victime d’une rafale de mitraillette en août 44 et son père pour achever la série. Sa vie ne trouve un sens qu’auprès de sa compagne et dans le calme de la nature. Il songe même à tout quitter pour ne plus se consacrer qu’à son art.

« Les aveux infidèles » se présentent comme des confidences décousues, qu’on dirait écrites au fil de la plume dans une série de courts chapitres sans véritable lien les uns avec les autres. Une suite d’impressions introspectives, une auto-analyse et même une autobiographie spirituelle. Jacques de Bourbon-Busset, qui est loin d’être un mystique, est parti d’un rejet de la transcendance pour lentement y revenir sous l’influence de sa compagne. En chemin, il s’est interrogé sur tous les grands thèmes de la philosophie. Le lecteur y trouvera les influences d’Alain, de Kant et de quelques autres ainsi que de Paul Valéry en ce qui concerne la poésie. Ces aveux « infidèles » (au sens que les mots peuvent souvent trahir la pensée) laissent au lecteur une impression de légèreté pour ne pas dire de futilité. Ils restent la plupart du temps à la surface des choses sans jamais les approfondir vraiment. Ils posent plus de questions qu’ils ne proposent de réponses. Mais la vie n’est-elle pas ainsi ?

3/5

05/09/2017

Pensées plus ou moins correctes (98)

condorcet.jpgLIBRE

« Les hommes ne sont vraiment libres que lorsqu’ils sont instruits. »

(Condorcet)

« On ne change pas la vie à soi seul et ce n’est rien d’être libre en rêve. Le problème de la liberté intéresse tout le troupeau. Tout le troupeau sera libre ou pas une bête ne le sera. »

(Jean Guéhenno)

« Les hommes n’étant pas dotés des mêmes capacités, s’ils sont libres, ils ne seront pas égaux ; et s’ils sont égaux, c’est qu’ils ne sont pas libres. »

(Alexandre Soljenitsyne)

LIBRE-ECHANGE

« Abolissez les douanes et soutenez le libre-échange : alors dans tous les domaines de l’économie, nos ouvriers seront ramenés au niveau de serfs et de pouilleux comme en Europe. »

(Abraham Lincoln)

04/09/2017

Les innocents de Paris (Gilbert Cesbron)

les innocents.jpgEn 1923, à Paris, les anciennes fortifications avec leurs terrains vagues, leurs jardinets et autres cabanes en bois servent de terrain de jeu à une bande de gamins pauvres et plus ou moins livrés à eux-mêmes. Ces petits « Poulbots » se sont accaparés une vieille cabane dans laquelle ils se retrouvent et cachent leurs pauvres trésors, une boussole, quelques albums et diverses babioles. Il y a également un perroquet, un chat et un chien. Les enfants ne rêvent que d’aventures et d’expéditions plus ou moins risquées. Ainsi, l’un d’eux se perd dans un des souterrains de la petite Ceinture et y découvre un vieux wagon abandonné autrefois réservé aux voyages princiers. Leur soif d’aventures les pousse à se lancer à l’assaut du lointain Parc Monceau pour y affronter les gosses de riches. Mais l’aventure tourne court. Un des gamins placé un temps en garde à vue attire l’attention d’un véritable voyou…

« Les innocents de Paris » est un joli roman sur l’enfance et sur un monde disparu celui du vieux Paname, des fortifs et des titis parisiens. Nombre de personnages hauts en couleurs comme l’employé de l’octroi, le gardien du square ou l’ancien vétéran de la Commune, égayent cette histoire qui rappelle par moment la fameuse « Guerre des boutons » de Louis Pergaud. Le style de Gilbert Cesbron, finement descriptif, n’a pas pris une ride et est toujours agréable à lire. Même si cet ouvrage n’est pas le meilleur de l’auteur, il mérite néanmoins notre intérêt ne serait-ce que pour la connaissance du monde de l’enfance perdue et surtout pour la description glaçante des terribles évènements de la « Commune de Paris », page d’Histoire de France terrible au point d’être soigneusement édulcorée dans les manuels. C’est tout à l’honneur de Gilbert Cesbron de l’avoir évoquée de cette manière.

4/5

08:55 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

02/09/2017

Montburgonde

08:26 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)