Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/04/2019

Meurtre en Périgord (Martin Walker)

meurtre en périgord.jpgDans le paisible petit village périgourdin de Saint-Denis, Benoît Courrèges dit « Bruno », ancien militaire ayant opéré en Bosnie, exerce les fonctions de policier municipal. Pour la première fois de sa nouvelle carrière, il se trouve confronté à un crime lui qui, d’habitude, ne doit traiter que des affaires mineures comme celle de ces pneus crevés sur les voitures de fonctionnaires trop tracassiers de l’Union Européenne. Hamid Al Bakr, ancien sergent de l’armée française s’étant illustré en Indochine et en Algérie, décoré de la médaille militaire, a été retrouvé par son petit-fils, ligoté, éventré et lacéré de nombreux coups de couteaux. Et comble de l’abomination, une croix gammée a été gravée sur son torse dénudé. Ainsi débute pour Bruno une enquête délicate qui va se révéler beaucoup moins évidente qu’elle pouvait sembler au premier abord avec une trop évidente double arrestation dans les milieux d’extrême droite…

« Meurtre en Périgord » se présente au premier abord comme un roman policier classique. Un mort. Une enquête. Deux suspects pour une fausse piste. Mais en réalité l’intrigue dérive très vite sur tout autre chose. Le lecteur comprend vite que Martin Walker est plus intéressé par la description des mœurs d’un petit village périgourdin. L’ennui c’est que l’auteur n’assume pas vraiment le côté terroir de son propos dans la mesure où tous les lieux géographiques et tous les personnages sont imaginaires. La caricature, les clichés, les idées reçues de même que l’approximation historique ne sont pas loin. Si on y ajoute un très (trop) grand intérêt pour la cuisine locale, la gastronomie périgourdine, truffes, foies gras et magrets de canard, ainsi qu’un agaçant parti pris de supériorité britannique tous azimuts, il apparaît que l’intrigue policière au dénouement décevant car invraisemblable et convenu sert de prétexte à un autre récit finalement assez peu passionnant.

2,5/5

08:42 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

05/04/2019

Pensées plus ou moins correctes (153)

PATIENCE

« Avec le temps et la patience, la feuille du murier devient de la soie. »

(Proverbe chinois)

La Fontaine.jpg« Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage. »

(Jean de La Fontaine)

« Rien ne fait autant honneur à une femme que sa patience et rien ne lui fait si peu honneur que la patience de son mari. »

(Joseph Joubert)

PATIENT

« L’homme vraiment patient n’est pas celui qui garde son calme quand il a appelé trois fois sans réponse, mais celui qu’on a appelé trois fois sans qu’il réponde… »

(Proverbe mauritanien)

08:23 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

02/04/2019

L'aéronaute embourbé

L'aéronaute embourbé by CCRIDER77280 on Scribd

"L’aéronaute embourbé" est disponible

version papier

https://www.amazon.fr/Laeronaute-embourbe-Bernard-Viallet...

version ebook

https://www.amazon.fr/La%C3%A9ronaute-embourb%C3%A9-Berna...

09:10 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

01/04/2019

Le secret de l'Atlantide (Jürgen Spanuth)

Le secret de l'atlantide.jpgQue sait-on d’autre de l’Atlantide que l’histoire d’une terre engloutie et d’une civilisation disparue dans les ténèbres d’un très lointain passé ? Le récit de Solon et les descriptions de la « Phéacie » d’Homère sont pourtant très précises et concordantes. Ces auteurs nous ont transmis des histoires vivantes venues du cercle de civilisation nordique de l’âge du bronze, quelque part dans les confins de l’hyper Borée, aux limites du monde connu des Grecs et des Egyptiens. Cette histoire d’île engloutie par les flots repose certainement, en dépit de ses côtés légendaires, sur une réalité historique. Avec la découverte du site de Troie par Schliemann, celle des décombres de l’Atlantide à quelques encablures du Jutland (Heligoland) au Danemark peut aisément faire pièce aux précédentes théories fumeuses la situant à Santorin, en Crête, à Tartessos, aux Açores ou aux Canaries…

« Le secret de l’Atlantide » est un ouvrage archéologique d’une importance capitale dans la mesure où il établit les bases et l’héritage de la civilisation occidentale et démontre que contrairement à ce que nous avons toujours cru, l’Histoire des peuples n’est ni linéaire ni évolutive, mais que, suite à des catastrophes naturelles, l’humanité a pu atteindre des apogées, des âges d’or et repartir quasiment de zéro. Ce livre est passionnant, tout ce qui y est présenté est appuyé et prouvé par les dernières découvertes sous-marines des archéologues et tout concorde enfin avec les textes anciens. Oui, il y eut bien une civilisation aussi brillante que prospère au nord grâce au commerce de l’orichalque, l’ambre aussi prisé que l’or. Oui, les Atlantes étaient de grands navigateurs, mais également de brillants astronomes et mathématiciens. Leurs constructions monumentales (Stonehenge, alignements de Carnac et autres constructions mégalithiques) en apportent la preuve. On apprend que ces sites sont antérieurs aux pyramides d’Egypte vu qu’ils ont été datés de 2900 avant J.C. On ne sait d’ailleurs pas comment furent érigés des piliers de 26 600 kg ou posés des blocs de 200 tonnes et plus. Mais un passage trop rapproché de la comète de Halley sonna la fin de la domination de l’Atlantide. Il déclencha des incendies gigantesques, des tsunamis et des tremblements de terre. Les rescapés de ces cataclysmes dignes d'une fin du monde (ragnarok) n’eurent d’autre perspective que de se lancer dans une grande migration vers le sud qui les mena jusqu’au Moyen-Orient et en Egypte. Livre majeur pour qui s’intéresse à ce sujet particulier.

4,5/5

08:52 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

30/03/2019

Les thanatophores (Nouvelle)

Nouvelle extraite du recueil "Dorian Evergreen" disponible version papier

http://www.thebookedition.com/fr/dorian-evergreen-p-16900...

version ebook

 

https://www.amazon.fr/DORIAN-EVERGREEN-Bernard-VIALLET-eb...

19:08 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

27/03/2019

Poèmes pour petits et grands (71)

Le père Mathieu

 

C’était un vieux

Un très vieux travailleur

Avec un front rude comme sa peine.

Avec un regard simple comme son histoire.

Avec des épaules lasses comme sa fatigue.

C’était un vieux

Un très vieux travailleur.

 

Avec des mains dures comme son métier

Avec des yeux clairs comme l’honnêteté

Et quand il vous disait les mots

Compagnon travail salut,

Ces mots étaient plus beaux

Que tous les mots d’amour

Pour qui sait comprendre

La vie d’un vieux

D’un très vieux travailleur.

 

(Jacques Urbain)

08:42 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

26/03/2019

Sérotonine (Michel Houellebecq)

Sérotonine.jpgFlorent-Claude Labrouste, 46 ans, ingénieur agronome chargé des dossiers européens au ministère de l’Agriculture, est un être désenchanté et même dépressif qui ne croit pas en grand-chose, même pas en lui-même. Il ne survit que grâce à l’alcool et au Captorix 10 mg, tranquillisant qui a un effet négatif sur sa libido déjà en berne. Sa dernière compagne, Yuzu, froide beauté japonaise, l’a trompé en participant à des partouzes et même en pratiquant la zoophilie canine. Pour échapper à cette relation toxique, Florent prend la décision de disparaître sans laisser d’adresse. Il plaque tout et vivra d’hôtel en gîte à la ferme, tel un SDF de luxe, grâce à un bel héritage…

« Sérotonine », roman désabusé sur un quinqua en perte de vitesse, autofiction un peu sinistre (Florent-Claude étant à l’évidence un avatar de Michel Houellebecq), ne déroge pas aux thèmes habituellement traités par l’auteur. Sexe et dépression en sont les deux pôles principaux. Le héros en fin de course, devenu quasiment impuissant, passe son temps à ruminer sur ses « exploits » avec ses anciennes conquêtes : Kate, la danoise surdouée, Claire, la comédienne alcoolique toujours en quête d’un rôle, Marie-Hélène, bipolaire ou schizophrène au choix, Camille, jeune stagiaire à la DRAF ou Tam, blackette délurée… L’amour n’étant que sexuel, il ne dure que le temps de la passion, autant dire fort peu et finit en général assez mal. Pas mal de pages sur le blues, la déprime, le mal de vivre. Là, rien de nouveau dans le petit monde glauque de l’auteur. Seule originalité de cet opus : une intéressante description de la ruine programmée des petits agriculteurs au travers du personnage d’Aymeric. Une fois de plus, Houellebecq se révèle fin observateur d’une société en pleine décadence et déliquescence. Au total, un bon cru, mais pas le meilleur du maître !

4/5

09:10 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

25/03/2019

Pensées plus ou moins correctes (152)

orwell.jpgPASSE

« Celui qui contrôle le passé contrôle l’avenir. Celui qui contrôle le présent contrôle le passé. »

(Georges Orwell)

« Le passé est soldé, le présent vous échappe, soyez à l’avenir. »

(G. de Lévis)

« Ceux qui ne peuvent se rappeler le passé sont condamnés à le répéter. »

(Santayana)

« J’ai réinventé le passé pour voir la beauté de l’avenir. »

(Louis Aragon)

« Un pays qui renie son passé n’a pas d’avenir. »

(Friedrich Nietzsche)

PASSION

« Les passions sont les vents qui enflent les voiles du navire. Elles le submergent parfois, mais sans elles il ne pourrait voguer. »

(Voltaire)

« La passion des sots, c’est d’enseigner et celle des sages, c’est d’apprendre. »

(La Rochefoucauld)

« Rien de grand ne s’est accompli dans le monde sans passion. »

(Hegel)

« Il est difficile de vaincre ses passions et impossible de les satisfaire. »

(Mme de la Sablière)

« La passion s’accroît en raison des obstacles qu’on lui oppose. »

(William Shakespeare)

24/03/2019

Les tombeaux de l'Antarctique (George-Jean Arnaud)

Les tombeaux de l'Antarctique.jpgLe caudillo Herandez a placé face à un dilemme terrible le malheureux Jdrien maintenu prisonnier dans des geôles blindées pour qu’il ne puisse pas communiquer par télépathie avec quiconque. Ou il arrive à obtenir que les Roux cessent leur guerre de sape ou il est condamné à mort par pendaison. Aucune des conditions demandées pour sa libération n’étant acceptable par Yeuse, son demi-frère Liensun va tenter de le libérer d’une manière pour le moins originale. Il pourra profiter de la collaboration d’une baleine géante, volante et habitée par de nouveaux Jonas. Il est presque sur le point d’y parvenir. Il réussit à sortir Jdrien de sa cellule, mais au moment de remonter en altitude, la pauvre baleine se retrouve coincée, ce qui compromet fortement la réussite de cette action spectaculaire d’autant plus que les gardiens un moment surpris réagissent très vite en usant de mini-missiles aussi puissants que dévastateurs…

« Les tombeaux de l’Antarctique », 60e tome de la saga-fleuve « La compagnie des glaces » continue dans la lancée science-fiction, rétro-futurisme et steampunk de l'œuvre, avec pour cet épisode une plus forte connotation dramatique. En dépit de tous les efforts de Gus, le Bulb n’en finit pas d’agoniser, hypothéquant les possibilités de survie des habitants de cet étrange satellite. Et tout se conclut devant trois tombes quelque part dans les immensités glacées de l’Antarctique. La figure émouvante de Jdriele, le très vieux Roux au grand cœur se détache de cette histoire. Son dévouement, sa ténacité et son courage nous laissent une belle leçon de fidélité à méditer. Style de qualité toujours aussi agréable à lire pour la détente et le divertissement bien sûr !

4/5

08:43 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

22/03/2019

Bienvenue sur Déliciosa (Roman)

08:30 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)