Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/10/2017

Pensées plus ou moins correctes (101)

Cocteau.jpgLIVRE

« Apprenez qu’un livre ne donne jamais ce qu’on peut en attendre. Il ne saurait être une réponse à votre attente. Il doit vous hérisser de points d’interrogation. »

(Jean Cocteau)

« Vous aimez les livres ? Vous serez heureux pour la vie. »

(Jules Claretie)

« Si vous avez une entière confiance dans les livres, il vaudrait mieux ne pas avoir de livres du tout. »

(Mencius)

« J’ai la maladie de faire des livres et d’en être honteux quand je les ai faits. »

(Montesquieu)

« Il n’existe pas de livre moral ou immoral. Les livres sont bien ou mal écrits. C’est tout. »

(Oscar Wilde)

« Certains livres semblent avoir été écrits, non pour nous instruire, mais pour qu’on sache que l’auteur savait quelque chose. »

(Goethe)

« Un livre est un miroir. Si un singe s’y regarde, ce n’est évidemment pas l’image d’un apôtre qui apparaît. »

(G. C. Lichtenberg)

« Le livre est une bouteille jetée en pleine mer sur laquelle il faut coller cette étiquette : attrape qui peut. »

(Alfred de Vigny)

03/10/2017

L'enceinte concentrationnaire (Jérôme Lejeune)

l'enceinte.jpgÀ Maryville (Tennessee) se déroule un procès sans précédent dans l’histoire de l’humanité, celui de la mise à disposition de la mère, Mary Davis, de ses sept embryons congelés alors qu’elle est divorcée. Les époux Davis ont eu toutes les difficultés à créer une famille. Mary ayant multiplié les grossesses extra-utérines, ils ont eu recours aux fécondations in vitro, sans le moindre succès. Après une tentative d’adoption qui n’a pas été menée à bien, ils ont accepté de passer par la cryogénie. Neuf ovocytes ont été prélevés sur la mère. Tous ont été fécondés avec succès grâce au sperme du père. Les deux qui ont été implantés n’ont pas permis une grossesse viable. La mère voudrait maintenant disposer des sept restants. Le tribunal rendra-t-il un jugement de Salomon ? Jérôme Lejeune, éminent professeur de génétique fondamentale à l’Université René Descartes vient de sa propre initiative témoigner à la barre…

« L’enceinte concentrationnaire » est la transcription au mot près du procès-verbal et des minutes d’un procès qui eut lieu en 1989 et qui fut déterminant pour définir avec précision le moment où l’on peut parler d’un être humain même en devenir. Pour certains, il y aurait un stade de pré-embryon tant que le système nerveux ne serait pas mis en place. Pour Jérôme Lejeune, ce concept ne repose sur rien de sérieux car dès la fécondation tous les éléments constitutifs sont mis en présence et le processus enclenché n’aura plus jamais besoin de rien. Sitôt conçu, un homme est un homme et mérite le même respect aussi minuscule et démuni soit-il. Simple rappel de la sagesse des peuples et du serment d’Hippocrate. Un livre scientifique d’abord relativement facile. Un hymne à la vie, plein d’humanité et de bon sens, qui remet les choses en place.

4,5/5

08:08 Publié dans Livre, Science | Lien permanent | Commentaires (0)

02/10/2017

Dorian Evergreen

http://www.thebookedition.com/fr/dorian-evergreen-p-16900...

https://www.amazon.fr/DORIAN-EVERGREEN-Bernard-VIALLET-eb...

09:19 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

30/09/2017

SOS-Machos

Nouvelle extraite de mon recueil "Dorian Evergreen" disponible en version papier ou ebook :

08:26 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

28/09/2017

Ma mort et puis après (Lyne Léon)

ma mort.jpgVictime d’un très grave accident de la route, une jeune femme tombe dans un coma profond. Son esprit se détache de son corps et elle se retrouve dans une NDE (Near death expérience) assez longue. Quand elle reprend véritablement conscience, c’est pour découvrir qu’elle est défigurée, recousue de partout, incapable de se lever et qu’elle souffre le martyre. Un chirurgien classique et absolument pas spécialiste en esthétique rate son intervention sur ses paupières. Et ce n’est que le début du calvaire que doit endurer cette pauvre femme pour revenir vers la vie.

« Ma mort et puis après » est un témoignage qui malheureusement ne se cantonne pas au voyage aux confins de la mort. Celui-ci est d’ailleurs évoqué de façon totalement impressionniste, par petites touches qui ne donnent qu’une idée très vague de ce que doit être cette expérience. Très vite le livre tourne au drame et même au mélodrame. L’héroïne accumule les malheurs et les déboires. En plus de son calvaire personnel, autour d’elle c’est l’hécatombe : elle perd son mari suite à un cancer, puis sa mère et enfin la fille de son nouveau compagnon, elle aussi victime d’un accident de la route. Un livre assez intéressant malgré tout, bien écrit quoi qu’un peu confus, mais à déconseiller à celles et ceux qui n’ont déjà pas trop le moral !

3/5

08:20 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

27/09/2017

Poèmes pour petits et grands (18)

baudelaire.jpgL’invitation au voyage

 

Mon enfant, ma sœur,

Songe à la douceur

D’aller là-bas vivre ensemble !

Aimer à loisir,

Aimer et mourir

Au pays qui te ressemble !

Les soleils mouillés

De ces ciels brouillés

Pour mon esprit ont les charmes

Si mystérieux

De tes traîtres yeux,

Brillant à travers leurs larmes.

 

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,

Luxe, calme et volupté.

 

Des meubles luisants,

Polis par les ans,

Décoreraient notre chambre ;

Les plus rares fleurs

Mêlant leurs odeurs

Aux vagues senteurs de l’ambre,

Les riches plafonds,

Les miroirs profonds,

La splendeur orientale,

Tout y parlerait

À l’âme en secret

Sa douce langue natale.

 

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,

Luxe, calme et volupté.

 

Vois sur ces canaux

Dormir ces vaisseaux

Dont l’humeur est vagabonde ;

C’est pour assouvir

Ton moindre désir

Qu’ils viennent du bout du monde.

Les soleils couchants

Revêtent les champs,

Les canaux, la ville entière,

D’hyacinthe et d’or ;

Le monde s’endort

Dans une chaude lumière.

 

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,

Luxe, calme et volupté.

 

(Charles Baudelaire)

09:09 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

25/09/2017

Pensées plus ou moins correctes (100)

breton.jpgLITTERATURE

« Dîtes-vous bien que la littérature est un des plus tristes chemins qui mènent à tout. »

(André Breton)

« C’est avec les beaux sentiments qu’on fait de la mauvaise littérature. »

(André Gide)

« En littérature, le plus sûr moyen d’avoir raison, c’est d’être mort. »

(Victor Hugo)

« Seule la littérature ne puise en elle-même aucun secours, ne loge pas en elle-même, est à la fois jeu et désespoir. »

(Franz Kafka)

23/09/2017

Marianne et le pot au lait (Philippe Alexandre & Roger Priouret)

marianne et le pot au lait.jpgC’est la crise, le marasme. Et pas depuis hier. Il suffit de lire ce livre pour le réaliser. Le citoyen a l’impression de n’en plus jamais espérer voir la fin. Gouvernants et économistes devraient faire preuve de plus d’humilité dans leurs déclarations et dans leurs initiatives. Ils aiment bien nous faire prendre leurs hasardeux paris pour des certitudes. Quand ils annoncent que leur politique produira tel ou tel résultat, ils mentent effrontément. Aucun économiste ne peut vraiment dire comment les hommes, les collectivités, les peuples réagiront à telle ou telle mesure. C’est pour cette raison fondamentale que l’économie est une science inexacte, largement soumise aux caprices et aux aléas des évènements. Notre vieux pays est sclérosé, crispé sur ses vieux concepts, arcbouté sur ses acquis sociaux et depuis longtemps irréformable. Si on y ajoute des gouvernants peu portés sur l’économie ou tentés par toutes sortes de coquecigrues comme l’obsession de « faire payer les riches », comme la sottise du « c’est gratuit, c’est l’Etat » qui paie ou par les potions magiques du protectionnisme ou du colbertisme, on comprend que notre pays est fort mal barré et depuis fort longtemps…

« Marianne et le pot au lait » est un essai économique axé sur les années Mitterrand qui commencèrent par une relance ruineuse et des nationalisations idiotes pour déboucher, une année plus tard, sur une rigueur digne de Raymond Barre. Il est très instructif de lire aujourd’hui cet ouvrage bien écrit et bien documenté. L’analyse de la situation économique hexagonale est fine, intelligente et bien documentée. Il en ressort que depuis presque un demi siècle rien n’a vraiment changé. Les mêmes causes ont créé les mêmes effets. Les politiques continuent à patauger dans les mêmes marigots, proférer les mêmes calembredaines. Ce qui fut écrit à l’époque est malheureusement toujours valable aujourd’hui. Chômage, délocalisation, désindustrialisation, endettement, déficit de la balance commerciale, tous ces maux n’ont fait que croître et empirer. Un livre essentiel qui ne tombe pas dans les excès du pamphlet mais fait œuvre didactique, même à long terme.

4/5

08:25 Publié dans Economie, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

22/09/2017

G-Warriors

Roman disponible sur Amazon.fr version papier et ebook (cliquez sur le lien ci-dessous)

08:34 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

20/09/2017

Dorian Evergreen

08:21 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)