Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/05/2017

Métaphysique du vampire / Lance (Jeanne-A Debats)

Métaphysique du vampire.jpgEn mission secrète pour le Vatican, Raphaël, vampire de son état depuis près de cinq siècles, souque ferme dans sa coque de noix prise dans la tempête. Il est en partance vers l'île d'Avalon. Il doit aller délivrer une très jeune princesse prisonnière d’un très méchant dragon. Mais auparavant, il se retrouve aux prises avec les sortilèges d’une bande de sirènes en folie dont il se débarrasse bien vite. Arrivé sur l’île, il retrouve le chevalier Lancelot endormi depuis deux millénaires. Il le sort de ce très long sommeil et l’emmène avec lui dans sa barque. L’ennui, c’est que le preux n’est pas bien réveillé, parle une langue amphigourique bien agaçante et souffre de préjugés qui n’ont plus cours en 1936.

« Métaphysique du vampire » est un court roman ou une longue nouvelle, en fait une novella, de fantaisie uchronique assez décalée. Beaucoup d’humour dans le ton et dans les situations en font une parodie bien agréable à lire ne serait-ce qu’à cause du style de qualité de l'auteur qui n'hésite pas à employer des termes raffinés et à imaginer des rebondissements tout à fait improbables. Son vampire est une sorte d’obsédé sexuel revenu de tout et son chevalier une brute épaisse qui ne sait ni nager ni grimper, que Raphaël doit porter sur le dos et auquel il doit tout expliquer ! Deux anti-héros dont on rit de bon cœur. Au total, un bon moment de divertissement offert par l'éditeur ActuSF. Aucune raison de s'en priver si on est fan du genre !

4/5

 

08:33 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

06/05/2017

Massimi Corti (Nouvelle)

Une nouvelle extraite de mon recueil "Ulla Sundström"

 

08:48 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

05/05/2017

Le coq, la mangouste et le serpent (Conte)

15:46 Publié dans Concept, Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

04/05/2017

Les hommes de la fraternité (Michel Clévenot)

Les hommes de la fraternité.jpgDe 20 avant J.C à 96 après J.C, que d’évènements dans le monde romain ! Avec Agrippa, le peuple supporte la peine et d’autres en recueillent le profit… Maure lui-même, Julia II participe à la romanisation de la Maurétanie… En Palestine, se produisent les premières révoltes zélotes… Par-delà le Rhin, trois légions romaines beaucoup trop avancées dans les terres sont totalement anéanties… Sans femmes, sans argent, sans amour, les Esséniens vivent une expérience monastique des plus radicales sur les rives de la Mer Morte… Octave, qui s’est approprié l’Egypte et en a fait son pré carré, l’exploite sans la moindre vergogne… À Jérusalem, une nouvelle secte juive commence à faire parler d’elle. Elle est surtout composée de rudes Galiléens, péquenots pas très raffinés qui ne jurent que par un certain Yeshoua, prophète crucifié et ressuscité le troisième jour…

« Les hommes de la fraternité » est un ouvrage historique de belle facture qui ne tente pas de raconter un chapitre de l’histoire du monde de manière classique c’est-à-dire comme une sorte de vaste fresque ou d’épopée mais préfère de brefs coups de projecteur sur des faits marquants, des tournants significatifs et même quelques anecdotes pittoresques. Il en ressort une immersion passionnante dans un monde en pleine mutation, traversé de mille courants et surtout ordonné en mille strates. Un monde si loin et si proche du nôtre, cela peut donner à réfléchir ! La plume de Michel Clévenot fait merveille au fil de ces trente épisodes qui raviront tous les amateurs d’Histoire authentique et non romancée. À remarquer en fin d’ouvrage, un important index de notes et d’indications de sources ainsi qu’une liste de tous les personnages historiques cités.

4/5

 

09:18 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1)

03/05/2017

Le mammouth m'a tué

09:03 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

02/05/2017

Le prêtre et le commissaire (Albert Stihlé)

le prêtre.jpgEn 1952, pendant la guerre française d’Indochine, Albert Stihlé, aumônier militaire, est fait prisonnier par les Viet-Minhs. Très vite, ses conditions de vie en captivité sont effroyables. Blessé, il n’est pas soigné. Dénutri, il risque la gangrène, le paludisme et la dysenterie. Pour ne rien arranger, ses tortionnaires l’entrainent avec ses camarades dans une interminable marche à travers la jungle qui sera jalonnée de dizaines de croix marquant les emplacements où sont enterrés tous ceux qui ne résistent pas aux maladies et aux mauvais traitements. Il restera deux années au camp N°1 dans des conditions terribles, face à un commissaire politique fanatique, à subir humiliations, autocritiques et lavage de cerveau avant d’être enfin libéré quand la paix sera signée peu après la chute de Dien Bien Phu.

« Le prêtre et le commissaire » est un témoignage émouvant et bouleversant qui met en lumière une période historique un peu tombée dans l’oubli, celle de la décolonisation du sud-est asiatique qui se fit au prix du sang, des larmes et de la honte. Un régime politique se jugeant à la manière dont il traite les plus faibles, le communisme de l’oncle Ho ne sort pas grandi de ces tragiques évènements. Bien au contraire. Ils mettent en lumière son côté totalitaire, son manque d’humanité, son racisme et son absolue cruauté. Le face à face entre Albert, l’homme de Dieu pétri de foi et de bienveillance, et Duong, son bourreau dogmatique et borné, est des plus passionnants. Un document pour l’Histoire et un sujet de réflexion toujours d’actualité même à plus d’un demi-siècle de distance. L’homme est, était et malheureusement restera d’autant plus un loup pour l’homme qu’il le fera par idéologie.

4,5/5

 

09:02 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

30/04/2017

Mon best of poèmes (4)

anna.jpgLes boutiques

 

La boulangerie est énorme ;

Il entre et sort de larges pains,

Couleur de bois blanc des sapins,

Et ronds comme des chats qui dorment.

 

Le libraire a quelques volumes

Qui vieillissent sur ses rayons,

Il en vend moins que de crayons,

De cahiers et de porte-plumes.

 

L’épicerie a un auvent,

Un banc, un air de bonne chance,

Elle a sa table et sa balance,

Ses tiroirs qu’on ouvre souvent.

 

Et la fleuriste aux primevères

Respire, assise entre ses pots,

Une moiteur de terre et d’eau

Et vit dans sa maison de verre…

 

(Anna de Noailles)

 

08:55 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

28/04/2017

Survivre (Jean-François Deniau)

Survivre.jpgUn peu oublié de nos jours, Jean-François Deniau, (né le 31 octobre 1928 et décédé le 24 janvier 2007), est un homme politique atypique, un aventurier et un écrivain. Il a été co-rédacteur du Traité de Rome, ambassadeur, six fois ministre, commissaire européen, député, président du Conseil général du Cher, essayiste et romancier. Il fut aussi un navigateur émérite. De santé fragile, il dut subir de nombreuses interventions chirurgicales (poumons, cœur), fut un habitué des services de réanimation et n’eut plusieurs fois la vie sauve que par la grâce de la science médicale…

« Survivre » ne se présente pas comme une autobiographie classique. Point de récit circonstancié suivant une chronologie bien définie, mais une suite d’anecdotes tirées d’une vie hors norme et racontées au fil de la plume comme des bulles remontant à la surface de l’étang de ses souvenirs. Deniau, présenté comme un « aventurier de la générosité » fut une sorte de chevalier d’un autre temps, cherchant toujours à se rendre utile. Ainsi apprend-on que c’est grâce à son intervention que les Soviétiques purent évacuer d’Afghanistan de façon digne. Il intervint dans nombre de pays en conflit (Darfour, Afghanistan, Yougoslavie, Bosnie, Kossovo, etc.), côtoya et conseilla les grands de ce monde qui souvent se trompaient dans leur évaluation de la situation sur place. Un livre qui, sans être d’actualité, n’en demeure pas moins passionnant à lire ne serait-ce qu’à titre de témoignage historique. Une écriture impeccable, ce regretté touche à tout de génie était également membre de l’Académie Française quand même !

4/5

 

08:33 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

26/04/2017

Pensées plus ou moins correctes (86)

coluche.jpgINUTILE

« Si un jour tu te sens inutile et déprimé, souviens-toi qu’un jour tu as été le spermatozoïde le plus rapide de tous. »

(Coluche)

INVITER

« Quand l’invité parle de son honneur, l’hôte doit compter ses petites cuillères. »

IRONIE

« L’ironie est un génie qui dispense de tous les autres et même de ce dont tous les autres ne sont pas dispensés, c’est-à-dire de cœur et de bon sens. »

(Barbey d'Aurevilly)

« L’ironie n’est souvent qu’une pudeur de la tendresse. »

(Etienne Rey)

« L’ironie, c’est quand tu entres en prison pour vol de voiture et que tu en sors pour bonne conduite. »

IRONISTE

« Tout ironiste vise un lecteur prétentieux où il se mire. »

(Paul Valéry)

 

23/04/2017

Un prisonnier de guerre nommé Jeanne d'Arc (Pierre Rocolle)

 

jeanne d'arc.jpgLe 23 mai 1430, suite à une tentative de sortie pour dégager la ville de Compiègne assiégée, Jeanne d’Arc est capturée en compagnie de son frère, de son écuyer et de quelques fidèles par les soldats de Lionel de Wandomme. La « Pucelle » se retrouve donc aux mains de leur chef Jean de Luxembourg lui-même vassal de Jean le Bon, duc de Bourgogne. C’est une prise de choix : son armure est évaluée à 200 livres, son cheval à autant et la captive à dix fois plus. Elle connaîtra quinze lieux de détention différents (châteaux, maisons fortes) de Margny à Rouen (dans la tour-prison du château de Bouvreuil) en passant par Le Crotoy et Saint Valéry en Caux.

« Un prisonnier de guerre nommé Jeanne d’Arc » se présente comme un essai historique d’excellente qualité s’attachant à ne traiter que l’année de captivité, les tractations de l’évêque Cauchon avec les Anglais, les procès et bien sûr le supplice final sur la place du Vieux Marché de Rouen. Il laisse de côté les faits d’armes de l’héroïne, les victoires militaires (prise d’Orléans) et les succès politiques comme le sacre de Charles VII à Reims. Le texte est illustré de nombreux croquis, cartes et schémas permettant de bien comprendre les évènements. Il est également terminé par un important index de notes. Au total, un ouvrage de qualité, reposant sur un travail d’enquête minutieux et ceci en dépit d’un manque de documents. Par exemple, nous ne disposons d’aucun portrait de Jeanne exécuté de son vivant.

4/5

 

08:34 Publié dans Histoire, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)