Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/01/2019

Poèmes pour petits et grands (63)

Chantavoine.jpgLa petite Seine

 

L’humble rivière de chez nous

Ne mène pas un grand tapage ;

Avec un bruit paisible et doux

Elle fait le tour du village.

 

Des saules et des peupliers

Qui sont à peu près du même âge,

Comme des voisins familiers,

Bruissent le long du rivage ;

 

Et le chuchotement des eaux

Accompagne la voix légère

De la fauvette des roseaux

Qui fait son nid sur la rivière.

 

Ainsi coule de son air doux,

Sans aventure et sans tapage,

En faisant le tour du village,

L’humble rivière de chez nous.

 

(Henri Chantavoine)

09:22 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

06/01/2019

La Flèche rouge (Yves Viollier)

La flèche rouge.jpgEn 1937, Pierre Métayer, jeune mineur vendéen membre du parti communiste est sélectionné pour participer à un voyage en URSS, en compagnie d’autres jeunes mineurs, ouvriers ou employés agricoles, tous enthousiastes à l’idée de découvrir le merveilleux « paradis » communiste du petit père Joseph Staline. Après un long périple en chemin de fer, ils visitent Léningrad et doivent reprendre un train soviétique, « La Flèche rouge », qui se retrouve bloqué par une tempête de neige pendant cinq jours au milieu de nulle part. Pierre y fait la connaissance de Maïa, seize ans, danseuse du Kirov qui doit se produire avec sa troupe sur la scène du Bolchoï. Les deux jeunes tombent éperdument amoureux l’un de l’autre. Maïa rêve de fuir un régime dictatorial qui a déjà broyé sa famille. Pierre voudrait pouvoir s’installer un jour dans ce nouvel eldorado. Le contexte le permettra-t-il ?

« La flèche rouge » est à la fois un roman historique et un roman de terroir. Le lecteur y découvrira à la fois la réalité de la vie des mineurs sur un territoire pas particulièrement célèbre pour ses terrils et ses corons ainsi que le choc de la réalité quand Pierre découvre la véritable vie des Soviétiques à mille lieues de ce qu’il imaginait avant de partir : présence policière permanente, pauvreté omniprésente, délation, espionnage et répression aussi sauvage qu’injuste. Les parents de Maïa ont été déportés au goulag puis exécutés comme « ennemis de classe » simplement parce que le père, professeur, apitoyé par le sort cruel des paysans mourant de faim, avait voulu les secourir. Livre très agréable à lire, Viollier est un des meilleurs dans ce genre de littérature. Une histoire romantique et émouvante à souhait mais qui pêche par une fin un brin décevante. Jamais de « happy end » avec Staline…

4/5

09:06 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

05/01/2019

Pensées plus ou moins correctes (144)

ORIGINE

« L’origine de toute joie en ce monde

Est la quête du bonheur d’autrui ;

L’origine de toute souffrance en ce monde

Est la quête de mon propre bonheur. »

(Shantideva)

Kierkegaard.jpgOSER

« Oser, c’est perdre pied momentanément, ne pas oser, c’est se perdre soi-même. »

(Kierkegaard)

OURS

« Il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant de l'avoir tué. »

OUVRAGE

« Rien n’est pire au monde qu’un ouvrage médiocre qui fait semblant d’être excellent. »

(Joseph Joubert)

« Un ouvrage original en fait presque toujours construire cinq ou six cents autres ; ces derniers se servent du premier à peu près comme les géomètres se servent de leurs formules. »

(Montesquieu)

04/01/2019

Sous la ville rouge (René Frégni)

Sous-la-ville-rouge_5632.jpgUn été à Marseille. Le soleil brille. Il fait chaud dans la cité phocéenne. Un tueur en série accumule les assassinats, répandant la terreur dans la ville… Un écrivain, Charlie Hasard vit en solitaire dans un modeste appartement rue Barthélemy, ne voyant quasiment personne. Il se veut écrivain mais n’arrive pas à faire publier ses textes. Tous reviennent par la poste avec la fameuse formule « ne cadre pas avec la ligne éditoriale de nos collections ». Pour se défouler, il fréquente une salle de boxe où il évacue sa rage en frappant sur des sacs de son. Sa vie bascule quand enfin un éditeur daigne s’intéresser à ce qu’il écrit…

« Sous la ville rouge » est un court roman avec un double sujet : la condition de l’écrivain en herbe, ses difficultés pour ne pas dire son impossibilité à entrer dans le cercle des élus et en parallèle la ville de Marseille, ses quartiers populaires ou non, sa population bigarrée. Si le style de l'auteur est de très belle qualité, son inspiration est nettement moins originale. Cette histoire de « wannabee » n’arrivant pas à se faire éditer, se faisant humilier et pétant un câble a été traitée bien des fois et parfois de meilleure manière. L’intrigue manque un peu d’épaisseur et de tenue. On se demande par exemple ce que le tueur en série vient faire dans l’histoire de Charlie. Quant à la fin ouverte, elle est plutôt décevante. Au total, un ouvrage qui ne tient que par son style et par quelques descriptions ou observations. C’est un peu léger… Mais, consolation, l’auteur s’est contenté de 124 pages qui se lisent très vite. Qu’il en soit remercié !

2,5/5

09:18 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

03/01/2019

L'aéronaute embourbé

Ouvrage disponible version papier

https://www.amazon.fr/Laeronaute-embourbe-Bernard-Viallet...

version ebook

https://www.amazon.fr/La%C3%A9ronaute-embourb%C3%A9-Berna...

08:40 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

02/01/2019

Etrange cadavre en pays coutançais (Michel Hébert)

Etrange cadavre.jpgUn lundi matin, jour de grand calme en province, un cadavre est découvert par un passant sur le parvis de la cathédrale de Coutances. Il s’agit de celui d’un plombier bien connu dans le coin et de très bonne réputation. Personne n’a rien remarqué alors que l’homme a pris plusieurs balles dans la tête. De plus, sa position semble indiquer qu’il sortait du lieu de culte alors que celui-ci était fermé. Autant dire une enquête qui s’annonce fort compliquée pour l’inspecteur Vebert de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières…

« Etrange cadavre en pays coutançais » se présente comme un roman policier de facture et de structure tout à fait classique. Le lecteur suit pas à pas une piste qui mène le héros sur la trace d’un terrible gang de trafiquants d’œuvre d’art helvète (original !). Dès le début, il se demande ce que vient faire ce gabelou de haut vol dans cette histoire de meurtre de plombier. L’auteur résout cette difficulté par une pirouette en provenance de la haute administration. Ce démarrage un peu laborieux mis à part, la narration est agréable, bien rythmée, vivante, (beaucoup de dialogues) et la fin bien construite avec un faux coupable (obligatoire dans ce registre) et une poursuite en apothéose. Le style de l’auteur est honnête sans plus (à noter quelques coquilles et lourdeurs). Il ne lui manque qu’une chose : un peu plus d’humour lequel permettrait de rendre encore plus agréable la lecture de ce gentil ouvrage de divertissement. Un seul trait au dernier paragraphe : « La montre, à elle seule, paierait les frais dus à l’État, ce grand gourmand qui n’était jamais rassasié ! », c'est maigre !

3/5

 

09:08 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

31/12/2018

Bonne et heureuse année

Bonne année.jpg

Que nous souhaiter pour cette nouvelle année ? Les vœux habituels et récurrents, santé, amour, prospérité, réussite… Plein de bonnes choses et de bonnes résolutions… qui seront obtenues, tenues peut-être…

Permettez-moi d'en profiter pour remercier de leur présence régulière ou épisodique les lectrices et lecteurs de ce blog. Près de 97000 jusqu'à aujourd'hui. Souhaitons de franchir le cap des 100000 cette année. Bonne lecture !

23:34 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

30/12/2018

Les animaux malades de la taxe (Fable)

08:23 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

28/12/2018

Le pape dictateur (Henry Sire)

Le pape dictateur.pngJorge Mario Bergoglio, né le 17 décembre 1936 à Buenos-Aires, a été élu évêque de Rome sous le nom de François le 13 mars 2013. Il était auparavant archevêque et cardinal de Buenos Aires. Il est le premier pape issu des rangs de la Compagnie de Jésus, le premier pape non européen depuis le pape syrien Grégoire III au VIIIe siècle ainsi que le premier issu du continent américain. Il est également le premier pape à prendre le nom de François, nom choisi en mémoire de saint François d’Assise. Le premier à ne pas habiter dans les appartements pontificaux mais à la maison Santa Marta. Son rejet de l’apparat pontifical, un déplacement en métro et une réputation de modestie lui permirent de se faire très vite attribuer le titre de « Pape des pauvres » par les médias du monde entier. Mais qu’en est-il réellement ? Qui est vraiment ce personnage au bout du compte assez ambigu ?

« Le pape dictateur » est, en dépit de son titre, une enquête sourcée, renseignée, ne se basant que sur des faits et non pas un simple pamphlet dirigé contre une personne publique pour le moins ambivalente. Le lecteur y découvre bien des choses fort dérangeantes sur cet étrange personnage. Sait-on que Bergoglio participa généreusement au financement de la campagne électorale d’Hillary Clinton ? Qu’il n’est progressiste que de très fraîche date vu qu’il se montra plus que favorable au régime des colonels ? Qu’élu pour nettoyer les « écuries d'Augias » (corruption galopante, banque vaticane blanchissant l’argent de la mafia, évêques et prêtres impliqués ou couvrant de sinistres affaires de pédomanie), il ne fit rien pour améliorer la situation et trancha souvent en faveur des corrompus et des malfaisants alors qu’il se montrait d’une sévérité intraitable envers quiconque demandait une simple explication au sujet de ces décisions incompréhensibles. Un livre sérieux, passionnant qui démontre sans discussion possible qu’avec ce personnage plus politique que religieux, les fumées de soufre se diffusent maintenant bien largement au sommet de l’Eglise Catholique, ce qui n’est pas sans inquiéter les fidèles.

4/5

08:50 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

27/12/2018

Poèmes pour petits et grands (62)

bauchau.jpgMalgré

 

Malgré, malgré tout,

Malgré tout le mal

Tout le mal qu’on nous a fait

Tout le mal que j’ai fait

Tout ce que j’ai subi et fait subir

Malgré

Malgré toutes les catastrophes,

Les horreurs, les enfants

Martyrisés, mutilés

Malgré, malgré tout

En face du mal

De l’enfer que tant de gens s’infligent

Je ne dresse pas le bien

Pas le mal et le bien face à face

Car ils sont ensemble

Toujours ensemble

Dans le cours aventureux des siècles.

En face du mal, en face du bien

Ensemble

Je ne vois que la vie

Ensemble

Bien plus vaste que tout ce que je puis

Connaître et penser.

 

(Henri Bauchau)

09:01 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)