Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/06/2021

Bienvenue sur Déliciosa (Roman)

08:33 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

21/06/2021

Adolf Hitler ou la vengeance de la planche à billets (Pierre Jovanovic)

Adolf-Hitler-ou-la-vengeance-de-la-planche-a-bille_5198.jpgComment un personnage aussi obscur qu’Adolf Hitler, peintre sans talent et quasi clochard, a pu se hisser jusqu’aux plus hautes sphères du pouvoir grâce aux banquiers qui ont fabriqué sans interruption de la fausse monnaie et comment l’Histoire officielle a été ré-écrite pour effacer leur rôle dans le déclenchement de la seconde guerre mondiale et de l’Holocauste. Le traité de Versailles ayant obligé l’Allemagne à indemniser les vainqueurs pour dommages de guerre, très vite les montants demandés en or devinrent insupportables. Les banques se mirent alors à faire fonctionner la planche à billets, ce qui entraina une inflation record (le dollar passa de 4 marks à 176 000 marks et plus), un chômage de masse, la misère généralisée, les suicides et le désespoir de toute une population. Alors qu’il aurait fallu arrêter tout de suite ce système pernicieux, les banquiers continuèrent sans se soucier des conséquences, ce qui permit de prolonger de plusieurs années aussi bien la première que la seconde guerre mondiale, juste par avidité, devenant de ce fait les plus grands criminels de guerre de tous les temps. Les banquiers suisses qui « blanchirent » l’or volé par les nazis ne furent pas les derniers à la manœuvre !

Cet ouvrage historique est composé de deux parties, une enquête bien sourcée menée par le journaliste économique Pierre Jovanovic sur le rôle des banques et de l’économie en général dans la montée du petit caporal et un document de l’OSS américain (ancêtre de la CIA) composé de plusieurs études datant de 1942/43 portant sur le caractère et la personnalité d’Hitler finement analysés dans le but de mieux gérer le personnage. Cette partie n’est pas la moins inintéressante dans la mesure où on apprend beaucoup de choses sur sa psychologie. Il souffrait de schizophrénie paranoïaque, entendait des voix, un peu comme Jeanne d’Arc et était une sorte de composite de Lord Byron et d’Al Capone. Obsédé par la force, la violence et domination, il trainait le complexe de sa propre faiblesse physique, de son absence de testicule droit, de relations difficiles voire inexistantes avec les femmes et de son origine douteuse. De son père bâtard, il aurait hérité d'une part de sang juif, d’où son obsession de la pureté raciale. Il haïssait son père, violent et alcoolique et adorait sa mère qu’il identifiait à la mère patrie, l’Allemagne. Il était végétarien. Il ne fumait ni ne buvait. Fait très étrange, pendant la guerre de 14, il aurait pu être tué 5 fois, puis il échappa à rien moins qu’à 42 tentatives d’assassinat. Fléau de Dieu ? Ange exterminateur ? En tout cas, cet ouvrage mérite tout notre intérêt ne serait-ce que dans la mesure où il replace magistralement cette affaire dans son véritable contexte socio-économique. Sans cette maudite planche à billets, Hitler n’aurait fait que peindre ses aquarelles en HP…

4,5/5

09:06 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

20/06/2021

Un enfant sage (Nouvelle)

Nouvelle extraite du recueil "Lollyblog". Ouvrage disponible version papier et e-book

https://www.amazon.fr/Lollyblog-Nouvelles-Bernard-Viallet...

08:40 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

18/06/2021

Mougeons, moutruches et muselières (59)

ProjetKO-incendie-vaccin-web-94f85-028ed.jpg

08:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

17/06/2021

Poèmes pour petits et grands (151)

Marbeuf.jpgLe sein d'Amaranthe

 

Mon esprit qui toujours d’un vain espoir s’apaise,

Compare votre sein, dont je suis envieux,

À des jeunes boutons, puis il dit à mes yeux :

Si vous les pouviez voir, ne mourriez-vous point d’aise ?

 

Ainsi dans mon esprit s’allume une fournaise,

Et son feu se nourrit d’un objet gracieux,

Qui me fait concevoir en tout et en tous lieux,

L’enflure de ce marbre où fleurit une fraise.

 

Enfin si votre amour demeure le vainqueur,

Et si jusqu’à la mort vous poursuivez mon cœur,

Mon Amaranthe, au moins donnez-lui sépulture.

 

Que si vous voulez suivre en cela mon dessein,

Son tombeau n’aura pas une autre couverture

Que du marbre qu’on voit qui blanchit votre sein.

 

(Pierre de Marbeuf)

08:12 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

16/06/2021

Dieudonné, la parole est à la défense (Zohra Mahi)

Dieudonné la parole est à la défense.jpgDieudonné, de son nom complet Dieudonné M’Bala M’Bala, est un humoriste, acteur et militant politique français, né le 11 février 1966 à Fontenay-aux-Roses. Il se fait d’abord connaître, dans les années 1990, en formant, avec Élie Semoun, le duo comique Élie et Dieudonné. Il se produit ensuite en solo, tout en menant une carrière au cinéma. Parallèlement, à la fin des années 1990, il s’engage en politique. Il s’attache dès lors à faire transparaître son militantisme dans ses one-man-shows. Alors qu’il est initialement marqué à gauche, plusieurs de ses déclarations lui valent ses premières accusations d’antisémitisme et déclenchent de vives polémiques. Entre 2013 et 2014, l’un de ses one-man-shows est l’occasion d’un bras de fer particulièrement médiatisé avec le gouvernement français ; finalement, une ordonnance du Conseil d’État valide l’interdiction du spectacle.

« Dieudonné, la parole est à la défense » est un plaidoyer écrit par une de ses avocates, elle-même militante de la cause palestinienne. Car au fond tout le problème est là. Dieudonné est-il anti-sioniste ou anti-sémite ? Ses détracteurs veulent confondre les deux définitions et y ajouter de la haine raciale. L’auteur démolit ces arguments vu que beaucoup de Juifs ne sont pas sémites, tout comme beaucoup d’Arabes lesquels ne sont pas tous musulmans d’ailleurs. Elle va même jusqu’à dire que Dieudonné, demi-Camerounais, descend de Cham et est donc tout aussi sémite que ses accusateurs. Ce genre d’argument semble à la limite, voire borderline. Peut-on rire de tout et sur n’importe qui semble une question beaucoup plus importante. La liberté d’expression n’est-elle pas devenue une chimère à géométrie variable ? Après tout Coluche et Desproges (« Y a-t-il des Juifs dans la salle ?) s’en sont permis autant sinon plus sans être inquiétés par Thémis. L’intérêt du livre est amoindri du fait qu’il date de 2013 et que la situation a beaucoup empiré par rapport à l’époque. Le comique ne peut plus se produire dans aucune salle, on lui a confisqué son « Dieudobus », les procès se sont multiplié, les amendes aussi et les peines de prison ferme ne vont pas tarder. Il semble même qu’il soit sur le point de s’exiler en Turquie. Triste époque.

3,5/5

09:03 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

15/06/2021

Pensées plus ou moins correctes (232)

Montesquieu.jpgSUFFRAGE

« Le suffrage par le sort est de la nature de la démocratie, le suffrage par le choix est de celle de l’aristocratie. »

(Montesquieu)

« Je ne crains pas le suffrage universel : les gens voteront comme on leur dira. »

(Alexis de Tocqueville)

« Nous avons conquis le suffrage universel. Il nous reste à conquérir la souveraineté populaire. »

(Jean Jaurès)

« Le suffrage universel est une institution excellente pour faire dire au peuple non ce qu’il pense, mais ce qu’on veut de lui. »

(Proudhon)

SUIVRE

« Si j’avance, suivez-moi. Si je meurs, vengez-moi. Si je recule, tuez-moi. »

(Henri de la Rochejacquelein)

SUPERSTITION

« La superstition est la seule religion dont soient capables les âmes basses. »

(Joseph Joubert)

08:57 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

14/06/2021

Mougeons, moutruches et muselières (58)

Nedjmeddine-B-dessin-humour-vaccin-hypnose-covid-web-4f11c-ce005.jpg

08:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

13/06/2021

Divertir pour dominer (Collectif Offensive)

Divertir-pour-dominer--La-culture-de-masse-contre_3076.jpegDéjà, à l’époque romaine, le pouvoir avait compris qu’il fallait offrir au peuple du pain et des jeux (panem et circenses) pour bien le tenir sous le joug. Rien n’a vraiment changé depuis ces temps lointains. Ventre plein et vautré dans son canapé devant son téléviseur l’homme moderne reçoit chaque jour sa dose de divertissement. Il subit son effet hypnotique et anesthésiant et par la même occasion un pur et simple lavage de cerveau. Il entre dans un état second dans lequel il est possible de le manipuler quasiment à son insu. Les narratifs les plus improbables deviennent plausibles et parfaitement acceptables. Tout ce qui a été « vu à la télé » devient vrai et même plus réel que le réel !… Des premiers encarts publicitaires vendus par Emile de Girardin en 1836 dans son quotidien « La Presse », des premières réclames (« Dubon, Dubonnet… ») à la radio d’avant-guerre, on est passé au bombardement publicitaire, aux tunnels de pubs interminables et même aux interruptions à l’américaine de films, séries ou émissions. On n’en est maintenant parvenu à ne produire de contenu « culturel » que pour « laisser du temps de cerveau disponible pour Coca-Cola » (dixit Lelay, PDG de TF1), Nestlé, MacDo, et autres. Mais sait-on que ce n’est qu’en 1968 que Pompidou autorisa la diffusion du premier spot sur la chaine publique ?

« Divertir pour dominer » est un essai de sociologie politique composé d’une compilation d’articles parus dans la revue trimestrielle « Offensive » qui se présente comme libertaire et sociale. L’étude de ces « divertissements » qui permettent aux classes supérieures de « dominer » les inférieures est répartie en quatre grands chapitres, la télévision, la publicité, le sport de compétition (à ne pas confondre avec l’exercice physique genre randonnée pédestre, footing ou yoga, sans enjeux monétaires) et le tourisme de masse (à ne pas confondre avec le voyage ou l’exploration). « Convertir l’or de l’itinérance en plomb touristique », lit-on. Tous ces articles et ces interviews d’auteurs ayant travaillé sur le sujet sont plus ou moins pertinents, plus ou moins intéressants. C’est toujours un peu le cas dans les recueils collectifs. Si les analyses sont fondées et peu discutables (notre monde ne va pas bien et l’individu frustré et aliéné à une tendance naturelle à se divertir pour oublier un temps sa condition, les propositions alternatives concrètes (surtout présentées dans le dernier très court chapitre) ne sont guère convaincantes. S’il est certain qu’il semble indispensable de développer une contre-culture pour battre en brèche ce « divertissement » illusoire et mortifère, les moyens pour y parvenir (bourses du travail, universités populaires) ne sont guère évidents. On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif. Petite critique sur la forme : le plaisir de la lecture est fortement amoindri par l’utilisation de la nouvelle très laide et très idiote orthographe inclusive.

4/5

08:34 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

12/06/2021

L'aéronaute embourbé (Témoignage)

L'aéronaute embourbé by CCRIDER77280 on Scribd

Ouvrage disponible version papier

https://www.amazon.fr/Laeronaute-embourbe-Bernard-Viallet...

version ebook

https://www.amazon.fr/La%C3%A9ronaute-embourb%C3%A9-Berna...

 

08:25 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)