Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/07/2020

Neuf parfaits étrangers (Liane Moriarty)

Neuf parfaits étrangers.jpgAu plus profond du bush australien, Tranquillum House accueille un groupe pour un stage de retour au bien-être assez particulier. Les participants sont au nombre de neuf : Frances, auteure de roman à l’eau de rose en perte de vitesse, Ben et Jessica, deux gagnants au Loto, Napoléon, Heather et Zoé, famille d’enseignants ne se remettant pas de la perte de Zach, jumeau de Zoé, Tony, ancienne gloire du foot, Carmel, mère de quatre filles et Lars, avocat de renom. L’endroit, magnifique au demeurant, est tenu par Masha, émigrée russe, ancienne manager et rescapée d’une expérience de mort imminente. Prévu comme devant se dérouler sous les meilleurs auspices, ce séjour s’annonce plutôt bizarre dès le début : le domaine entouré de barbelés est clos par un énorme portail fermé à double tour et l’interphone ne fonctionne pas…

« Neuf parfaits étrangers » est un roman psychologique d’une grande finesse doublée d’un certain humour. Les personnages sont tous aussi intéressants qu’attachants car parfaitement pétris d’humanité. En dépit de quelques lourdeurs et redites, le style est fluide et agréable. L’intrigue est assez simple mais non simpliste. Tout le déroulé de ce stage mal barré dès le début puis finissant en apothéose est assez prévisible. Les derniers développements frisent légèrement l’invraisemblance. De même, la relative démence de Masha reste acceptable et compréhensible. Toute cette histoire repose en effet sur sa personnalité. Liane Moriarty a eu l’intelligence de ne pas trop en rajouter dans le « borderline », ce qui rend son ouvrage plaisant sans tomber dans la lourdeur de la caricature ou du pastiche grossier. Elle reste dans un humour léger voire sous-entendu quand elle se moque de ce genre de stages de ressourcement, d’amaigrissement ou de remise en forme dans lesquels les organisateurs usent de tous moyens (silence, jeûne, privation d’écrans) et même des moins conventionnels pour déstabiliser leurs patients/cobayes. Un bon moment de lecture.

4/5

08:55 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

13/07/2020

Des cons finis déconfinés (11)

Dessin-AP-humour-les-craignos-bill-gates-vaccins-covid-19-web-e31a2-c4f82.jpg

09:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

12/07/2020

Le mammouth m'a tué (Témoignage)

Ouvrage disponible

08:30 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

11/07/2020

Le manteau de neige (Nicolas Leclerc)

Le-manteau-de-neige_8239.jpgDans une ferme isolée du Jura, Étienne, un vieil agriculteur, vit dans un isolement sauvage avec sa femme léthargique qui passe toutes ses journées, immobile sur un fauteuil depuis une vingtaine d’années. Un jour, elle sort sans la moindre raison de cette torpeur et le prend par surprise. Elle se lève brusquement de son fauteuil, prend un couteau et tranche la jugulaire de son mari… La jeune Katia est haptophobe. Elle ne supporte aucun contact physique avec quiconque, même avec les membres de sa propre famille. Cette particularité lui vaut quolibets et sarcasmes de ses camarades de collège. Mais un jour, la souffre-douleur se rebiffe. Une grande violence s’empare d’elle et elle agresse une élève qui la persécutait. C’est la petite fille d’Etienne, lequel a fait d’elle son héritière…

« Le manteau de neige » est un roman d’horreur et de fantastique basé sur toutes sortes de phénomènes paranormaux comme les hantises, les esprits frappeurs, les fantômes et autres revenants. Trois générations de drôles de loustics se succèdent dans ce récit très sombre. La haine, la perversité et le mal sont omniprésents du début à la fin. Les cadavres s’accumulent au fil d’une intrigue assez bien tournée quoi que pas mal controuvée. La clé de l’affaire remontant à la seconde guerre mondiale (avec juifs, résistants et collabos) manque totalement d’originalité. Ce genre d’histoire a déjà été racontée des centaines et peut-être des milliers de fois. Nicolas Leclerc y rajoute une sorte de « fatum », de malédiction de transmission de père en fils de l’instinct et de la jouissance de tueur tortionnaire. L’ensemble laisse une impression assez malsaine. Le lecteur peine à croire que pareils monstres aient pu exister dans la réalité et sévir pendant des dizaines d’années sans jamais se faire prendre ! Trop c’est trop. On patauge dans l’invraisemblable et on finit par ne même plus y croire. Âmes sensibles et cartésiens s’abstenir !

2,5/5

08:52 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

10/07/2020

Recyclage (Nouvelle)

Ouvrage disponible version papier et e-book

https://www.amazon.fr/Lollyblog-Nouvelles-Bernard-Viallet...

08:33 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

09/07/2020

Des cons finis déconfinés (10)

Dessin-AB-humour-covid-19-Lancet-VERAN-web-281a7-dfed7.jpg

09:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

08/07/2020

Osez l'optimisme ! (Catherine Testa)

Osez l'otimisme.jpgEn 2015, Catherine Testa avait un job intéressant à New York et une carrière prometteuse devant elle à moins de trente ans. Mais elle ne se sentait pas bien dans sa peau. Le meilleur en soi n’était peut-être pas le meilleur pour elle. Elle décida de tout plaquer pour créer un site internet sur l’optimisme qui rencontra un joli succès rien que par le bouche à oreille. De son expérience et de celle des internautes, elle tira un ouvrage. Aujourd’hui, elle est formatrice et coach et intervient sur une célèbre radio.

« Osez l'optimisme » est un charmant petit traité sur une qualité que l’on a un peu tendance à négliger, focalisés que nous sommes sur tout ce qui va mal dans le monde et/ou dans nos vies. Catherine Testa nous propose une voie totalement différente de manière parfaitement pratique et pragmatique. Pas de blabla ni de considérations psychologiques ou philosophiques mais plein de conseils pratiques regroupés en dix chapitres commençant tous par un verbe : s’aimer-bouger-créer-donner-positiver-projeter-remercier-remercier-sourire- vivre l'instant présent). De nombreuses citations illustrent le propos, certaines occupent une page entière. Un ensemble bien sympathique qui surfe évidemment sur la vague « recherche et coaching bien-être ». Guère étonnant dans une société schizophrène, anxiogène et de plus en plus intolérante. À conseiller pour son côté concret et pratique. Et si l’optimisme était la clé du bonheur ?

4/5

08:25 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

07/07/2020

Poèmes pour petits et grands (117)

Bouchor.jpgLe petit chaperon rouge

Fort gentille elle est coiffée

D’un mignon coquelicot,

On croirait voir une fée

Qui trottine en fins sabots.

 

Où vas-tu Petit Chaperon Rouge,

Sans quenouille ni fuseau ?

Où vas-tu petit chaperon rouge,

Gazouillant comme un oiseau ?

 

Je m’en vais au bois seulette

Sous l’ombrage murmurant,

Et j’apporte une galette

À ma bonne Mère-grand.

 

Méfie-toi Petit Chaperon Rouge

Maître loup t’a fait causer,

Méfie-toi Petit Chaperon Rouge

C’est trop rire et s’amuser.

 

Dédaignant la fleur nouvelle

Et l’abeille au vol errant,

Maitre Loup court devant elle

Pour manger la Mère-grand.

 

Chante et rit, Petit Chaperon Rouge,

La noisette abonde ici,

Chante et rit Petit Chaperon Rouge,

Tu seras croquée aussi.

(Maurice Bouchor)

08:54 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

06/07/2020

Le maître des illusions (Donna Tartt)

Le maître des illusions.jpgIssu d’un milieu modeste, Richard Papen quitte sa petite ville de Californie pour intégrer l’université de Hampden dans le Vermont. Il y fait la connaissance d’un petit groupe d’étudiants issus de milieux plus privilégiés. Henry et Bunny font figure de meneurs, Francis, Camilla et Charles, les deux jumeaux, celle de suiveurs. Ils se livrent à toutes sortes de défis dont une bacchanale au cours de laquelle, sous l’influence de l’alcool et de diverses substances prohibées, ils assassinent plus ou moins accidentellement un paysan du coin qui se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment. N’y ayant pas participé, Richard, mis dans la confidence, se retrouve complice du groupe sans vraiment le vouloir. Lequel commence à perdre confiance dans l’un des leurs, Bunny. Pour éviter qu’il ne les dénonce d’une manière ou d’une autre, ils se retrouvent dans l’obligation de devoir le supprimer. Mais comment faire pour que ce nouvel assassinat passe pour un accident ?

« Le maître des illusions » est un roman fleuve (plus de 700 pages) aussi dramatique que psychologique. L’intrigue est simple et digne des grandes tragédies grecques dont elle s’inspire d’ailleurs ouvertement. Ces étudiants de lettres classiques sont fascinés par les coutumes et la philosophie grecques au point de vouloir les imiter principalement dans leurs dérives. Le peu d’épaisseur du sujet est compensé par un style de narration qu’on pourrait qualifier de maximaliste (par opposition au minimalisme qui tente d’en dire un maximum avec un minimum de mots). Le style littéraire de Tartt est pointilliste, repose sur une accumulation de détails plus ou moins importants voire révélateurs. Malgré une certaine lenteur, lourdeur et une impression de pléthore descriptive, (il faut attendre 200 pages pour entrer dans le vif du sujet !) le lecteur s’attache néanmoins au destin de cette bande d’étudiants arrogants et/ou paumés sur laquelle une sorte de « fatum » s’acharne. Ouvrage qui fait réfléchir sur l’illusion de la complicité, le poids de la culpabilité et la réalité d’une sorte de justice immanente. Il y a quelque chose de Dostoïevski chez Tartt.

4/5

08:20 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

05/07/2020

Pensées plus ou moins correctes (198)

La Rochefoucauld.jpgRESOLUTION

« Il faut tenir une résolution parce qu’elle est bonne et non parce qu’on l'a prise. »

(La Rochefoucauld)

« Les résolutions sont comme les anguilles ; on les prend aisément. Le diable est de les tenir. »

(Alexandre Dumas fils)

« Les bonnes résolutions sont des chèques tirés sur une banque où l’on n’a pas de compte ouvert. »

(Oscar Wilde)

RESPIRER

« Il est des pensées qui, comme certaines fleurs, doivent se respirer lentement, en osant prendre le temps de ralentir le temps. »

(Jacques Salomé)

RESPONSABILITE

« Le sens des responsabilités chez les gens de la finance envers les gens en général n’est pas mince ; il est presque nul. »

(J.K.Galbraith)

« Il en va de la responsabilité de chaque citoyen de questionner l’Autorité. »

(Benjamin Franklin)

RESSEMBLER

« Qui se ressemble s’assemble. »

RETARD

« Mieux vaut arriver en retard qu’arriver en corbillard. »

08:41 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)