Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/04/2010

No impact man (Colin Beavan)

 

Inquiet des effets néfastes occasionnés par son mode de vie sur l'environnement (réchauffement climatique, déforestation, pénurie d'eau, pollutions diverses et variées), Colin Beavan, écrivain et bobo new-yorkais décide de prendre le taureau par les cornes et de tenter une expérience extrême : vivre pendant un an avec sa famille en rejetant le moins possible de déchets et de CO2. Réduire à quasi zéro son empreinte sur l'environnement, devenir « No Impact Man ». Il doit donc renoncer au jetable, aux emballages, à utiliser la voiture et même l'ascenseur. Au début tout se passe relativement bien, il roule à vélo, monte et descend de dizaines d'escaliers, ce qui le remet en forme et lui permet de mincir, mais graduellement, il franchit divers paliers : renoncer au papier WC, aux couches plastique pour enfant, aux produits chimiques, à tout produit de la terre non cultivé au-delà d'un périmètre de 400 km et même à la viande. Et ce n'est pas fini, il lui reste à se passer d'électricité. Parviendra-t-il à ses fins ? Comment lui et sa famille ressortiront-ils de cette expérience peu commune.

Livre beaucoup plus sérieux qu'il n'y paraît au premier abord. Ce concept est tellement poussé qu'il aurait pu être amusant si la description de ce mode de vie l'avait été avec humour. Mais il n'en est rien. Beavan est un environnementaliste convaincu. Il veut prêcher par l'exemple et nous faire réfléchir sur notre mode de vie basé sur une consommation à outrance et un gaspillage éhonté des ressources (limitées) de notre planète. Ses arguments sont sérieux, étayés et convaincant. Le buzz occasionné par son livre et par son expérience relayée d'abord par un blog puis par les médias du monde entier, semble aussi important que ne le fut la parution en son temps du « Printemps silencieux » de Rachel Carson. Cette affaire ne peut que donner à réfléchir et qu'entrainer une prise de conscience chez le lecteur. Certains pensent que rien ne se fera en dehors de l'action collective. Beavan répond que cette action collective ne sera que la résultante de milliers d'actions individuelles, sans doute moins radicales que la sienne. Si vous êtes sensibilisé aux problèmes environnementaux, lisez ce livre surprenant, dérangeant et utile, c'est une mine...

4,5/5

 

 

08:49 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ecologie

10/04/2010

Polybe a dit, il y a fort longtemps...

 

polybe.jpgLes mêmes causes produisent les mêmes effets, la nature humaine ayant beaucoup moins évolué au fil des siècles que nos contemporains le croient. Voici, pour enrichir la réflexion de nos contemporains sur notre situation, un texte de Polybe, mort en 124 avant Jésus-Christ et témoin consterné de la décadence de la Grèce :

« Nous n'avons eu à subir ni épidémies, ni guerres prolongées, et pourtant les villes sont désertes et les terres stériles. Nous manquons d'hommes parce que nous manquons d'enfants. On aime trop l'argent et le bien-être, pas assez le travail. Par suite, on ne veut plus se marier, ou, si l'on se marie, on tâche de n'avoir pas plus d'un ou deux enfants, afin de les élever dans le luxe et de leur laisser un plus bel héritage. »

 

 

09:04 Publié dans Philosophie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : décadence