Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/08/2014

Pensées plus ou moins correctes (36)

Cicéron.jpgDROIT

« L'application excessive du droit conduit à l'injustice. »

(Cicéron)

DROIT DES MINORITES

«En Russie, vivent les russes. Les minorités quelles qu’elles soient, d’où qu’elles viennent, si elles souhaitent vivre en Russie, travailler et se nourrir en Russie, doivent parler le russe et respecter les lois russes. Si elles préfèrent la Charia, alors nous leur conseillons de se rendre dans les endroits où elle est appliquée et reconnue comme loi par l’état. La Russie n’a pas besoin des minorités. Les minorités ont besoin de la Russie, et nous ne leur accorderons aucun privilège spécial ni ne changeront nos lois pour satisfaire leurs désirs, même si elles venaient à crier à la « discrimination » de plus en plus fort.

 Nous ferions mieux de tirer les leçons du suicide de l’Amérique, de l’Angleterre, de la Hollande et de la France, si nous voulons survivre en tant que nation.

 Les traditions et les coutumes russes ne sont pas compatibles avec le manque de culture et les manières primitives de la plupart des minorités. Lorsque cette honorable assemblée songe à créer de nouvelles lois, elle devrait d’abord avoir à cœur de servir l’intérêt national, en comprenant que les minorités ne sont pas des russes. »

(Vladimir Poutine)

DROITE

« L'homme de droite est un pessimiste joyeux. L'homme de gauche est un optimiste triste. »

23/08/2014

EXPRESSO LOVE (Chapitre 3)

08:34 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

19/08/2014

Pensées en chemin (Axel Kahn)

Pensées en chemin.jpgDu 8 mai au 1er août 2013, le médecin, généticien et, dans une moindre mesure, politicien Axel Kahn a traversé la France à pied du nord au sud, de Givet dans les Ardennes à Ascain au Pays Basque. Il en a profité pour arpenter toute la partie française du chemin de Saint Jacques de Compostelle du Poy en Velay à Saint Jean Pied de Port, mais en prenant soin d'éviter les hébergements collectifs et en se sustentant dans des auberges et des restaurants. Dans de nombreuses villes, des délégations d'élus et de journalistes locaux ou nationaux l'attendent. Il donne des conférences très suivies et informe chaque soir ses « followers » de sa progression grâce aux photos prises par son smartphone dernier cri et à l'aide de compte-rendus envoyés depuis sa tablette tactile. Ni véritable pèlerin, ni randonneur de base, Axel Khan, qui se déclare ouvertement agnostique, marche pour rencontrer la France d'en bas. Ce qu'il découvre au fil de sa lente progression le fera-t-il changer d'avis sur ce qu'il appelle « sa France », celle qu'il aime et qui ne ressemble pas tout à fait à l'image qu'il s'en était faite au départ ?

« Pensées en chemin » est un peu le journal de bord ou le carnet de route de cette traversée originale de la France. Axel Kahn ne cache pas avoir trouvé l'idée chez Jacques Lacarrière en lisant « Chemin faisant », magnifique ouvrage qui marqua son époque. Si l'inspiration et l'itinéraire sont voisins, l'esprit et la réalisation en sont assez éloignés. Près d'un demi-siècle sépare les deux « intellectuels », le pays a bien changé, les mentalités également. Les friches industrielles abondent maintenant, les villes sinistrées également. Dans chaque bassin d'emploi, la mondialisation a entraîné des délocalisations, des fermetures d'usines et de sites de production et au bout du compte du chômage. Même la filière bois nous a échappé. Les arbres de nos forêts sont abattus pour être transformés en parquets ou en meubles en Chine avant d'être revendus chez nous ! Kahn cherche désespérément les fameuses « destructions constructives » et ne trouve que les destructions, les créations étant réservées aux pays émergents et peu susceptibles de revenir là où elles ont disparu. Pour ne rien arranger, le mois de mai 2013 voit une météo particulièrement défavorable pour le marcheur : pluie, froid, vent, neige ou glace. Mais rien n'arrête le vaillant narrateur qui aligne les étapes avec un courage remarquable. Bien que moins charmant et moins poétique que « Chemin faisant », cet ouvrage est néanmoins fort agréable et fort intéressant à lire. Le passionné de voyages à pied le dévorera sans aucun problème.

4/5

09:10 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

16/08/2014

Pensées plus ou moins correctes (35)

Benjamin Franklin.jpgDOCTEUR

« C'est Dieu qui guérit mais c'est le docteur qui empoche les honoraires. »

(Benjamin Franklin)

DON

« Sans technique, un don n'est qu'une sale manie. »

(Georges Brassens)

DONNER

« Si tu as de nombreuses richesses, donne de ton bien. Si tu possèdes peu, donne de ton coeur. »

(Proverbe arabe)

« Tout ce que tu donnes t'appartient à jamais. Tout ce que tu gardes pour toi est perdu pour toujours. »

(Proverbe hindou)

« Il y a du plaisir à rencontrer les yeux de celui à qui l'on vient de donner. »

(La Bruyère)

« Qui donne ne doit jamais s'en souvenir. Qui reçoit ne doit jamais oublier. »

(Proverbe hébreu)

DOS

« Ce n'est pas en tournant le dos aux choses qu'on leur fait face. »

(Pierre Dac)

DOULEUR

« L'homme est un apprenti, la douleur est son maître. »

(Alfred de Musset)

« Bravez le lion et le lion vous craindra. Sachez commander à la douleur et la douleur se changera en bonheur. »

(Hermès Trismégiste)

« Les grandes douleurs sont muettes. »

(Sénèque)

« La glaise ne devient terre à mouler qu'après avoir été pétrie. »

(Proverbe grec)

« Il n'y a rien de si infortuné qu'un homme qui n'a jamais souffert. »

(Joseph de Maistre)

DOUTE

« Dans le doute, abstiens-toi. »

11/08/2014

L'effroyable tragédie (Marie-Pierre Rey)

L'effroyable tragédie.jpgEn 1812, alors que presque toute l'Europe continentale est sous sa domination, Napoléon 1er rassemble la Grande Armée qu'il a renforcée par de nombreux contingents venus de Pologne, Suisse, Autriche, Allemagne et autres lieux et se lance à l'assaut de la Russie. Face à lui, le tsar Alexandre 1er organise la résistance avec des forces comparables en nombre sous les ordres de Barclay de Tolly, de l'impétueux prince Bagration et surtout du vieux général Koutousov. Mis à part la sanglante et inutile bataille de Borodino, peu de véritables affrontements titanesques mais plutôt une guerre d'usure et de partisans faite de replis stratégiques et surtout de l'emploi systématique de la terre brûlée. Alexandre 1er profite de l'immensité de son territoire pour prendre peu à peu le dessus sur son adversaire avancé loin de ses bases et confronté à d'insolubles problèmes de logistique et de ravitaillement. Il organise l'incendie gigantesque de Moscou, sa sainte capitale, qui marque le point d'arrêt de la campagne de Russie et le début de la fin de l'Empire français.

« L'effroyable tragédie » est un document de recherche historique qui mérite bien son titre. On y découvre que cette campagne peu glorieuse dépassa en horreur toutes les précédentes. Des centaines de milliers de braves grognards partis vers l'est ne revinrent de cet enfer glacé que quelques pauvres milliers d'éclopés et de traumatisés. On assista aux plus abjectes manifestations de la méchanceté humaine, le froid, la faim, la peur ou la haine poussant les gens aux pires extrémités : anthropophagie, torture, exécutions sommaires, lynchages, viols, incendies, pillages et autres. Bien que décrivant indifféremment les deux camps en présence la plupart du temps au plus haut niveau (grâce à un remarquable travail de recherche dans les archives, les pages de notes et la riche bibliographie en attestent), l'auteur arrive également, grâce à des témoignages émouvants, à faire partager les souffrances incroyables des combattants. La campagne de Russie fut peut-être la première des guerres vraiment modernes, car elle fut totale, sans pitié aucune, elle tua autant de civils que de militaires et elle utilisa tous les moyens de destruction possible. Ouvrage sérieux, bien construit et intéressant pour qui se passionne pour cette période de l'histoire qui vit la fin du long et douloureux cycle des guerres révolutionnaires. En conclusion, le lecteur découvrira les conséquences proches et lointaines de cette cruelle et folle expédition. Il y apprendra également qu'Alexandre 1er se montra plus humain, plus magnanime et peut-être plus démocrate (en paroles et sans doute en intentions) que son adversaire plus soucieux de sa gloire et de son pouvoir...

4/5

08:15 Publié dans Histoire, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

08/08/2014

Pensée inique (nouvelle extraite du recueil "Dorian Evergreen")

<a href="http://www.youscribe.com/catalogue/tous/litterature/romans-et-nouvelles/pensee-inique-1981225" title="Pens

08:42 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (2)

04/08/2014

Pensées plus ou moins correctes (34)

Blaise Pascal.jpgDISCRETION

« La première règle est de parler avec vérité, la seconde est de parler avec discrétion. »

(Blaise Pascal)

« La discrétion est la seule vertu qui souffre l'excès, sans en souffrir. »

(Marcel Jouhandeau)

« La sincérité est de verre ; la discrétion est de diamant. »

(André Maurois)

DISCUSSION

« Le but de la discussion ne doit pas être la victoire mais l'amélioration. »

(Joseph Joubert)

« Je déteste les discussions. Elles vous font parfois changer d'avis. »

(Oscar Wilde)

DISTRIBUTION

« L'inégale distribution des richesses est le vice originel du capitalisme. L'égale répartition de la misère, celui du socialisme. »

(Winston Churchill)

DIVIN

« Le divin dort dans la pierre, respire dans la plante et s'éveille dans l'homme. »

(Proverbe scandinave)

02/08/2014

Compte à rebours (Alan Weisman)

Compte à rebours.jpgSous-titré « Jusqu'où pourrons-nous être trop nombreux ? », cet essai-reportage annonce ouvertement la couleur. La population de notre planète en est à 7 milliards d'habitants, ce qui représente déjà un record unique dans son histoire ainsi que le résultat d'une croissance exponentielle qui fait froid dans le dos. Toutes les projections des démographes tendent à prouver que nous nous acheminerons assez rapidement vers les 10 milliards de terriens et même plus. Il semble que cette perspective proche (entre 2050 et 2100) ne soit pas supportable eu égard aux ressources limitées de la Terre. L'eau potable, les terres arables, les capacités halieutiques vont se révéler insuffisantes pour un tel afflux de population. Déjà aujourd'hui, plus d'un milliard d'humains ne mange pas à sa faim. L'eau commence à manquer dans plusieurs régions (Sahel, Inde, Pakistan et même aux Etats-Unis avec le triste bilan du Colorado). Du fait de la monoculture extensive, des intrants chimiques, insecticides et autres pesticides, des milliers d'hectares de terres agricoles sont devenus stériles et retournent peu à peu au désert. Qu'en sera-t-il demain ? Famines, guerres, migrations, émeutes de la faim. Si nous ne faisons rien, tout est envisageable et surtout le pire.

Pour étayer ce triste constat, l'auteur fait voyager son lecteur d'Israël, une terre « lasse », surpeuplée au bord de l'explosion ou de l'épuisement, en Inde en passant par le Pakistan, les Philippines, le Japon, l'Iran, les Etats-Unis, la Thaïlande, le Royaume-Uni et quelques autres. Un tour du monde des problèmes, des aberrations, des folies qui pose toujours les mêmes questions : Comment convaincre les gens qu'il est de leur intérêt bien compris de limiter les naissances au strict renouvellement des générations ? Comment faire évoluer notre mode de vie et de consommation pour ne pas épuiser les ressources de notre planète et qu'un avenir soit possible pour la race humaine ? Si les découvertes sont la plupart du temps dramatiques à un point tel que le lecteur se demande s'il n'est pas déjà trop tard, (L'Inde va dépasser la Chine. L'Afrique noire est en route pour le milliard de bouches à nourrir etc... ), quelques embryons de solution apparaissent ici où là. La meilleure prévention de la démographie galopante reste toujours l'éducation des petites filles. L'abandon de la consommation de viande permettrait de nourrir deux fois plus de monde. Pour ne citer que deux exemples. Un livre important, un brin aride et déprimant, mais indispensable car il montre à quel point la situation est grave... mais peut-être pas désespérée...

3,5/5

08:30 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)