Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2017

Les thanatophores (Nouvelle extraite du recueil "Dorian Evergreen")

08:12 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

28/11/2017

À l'ombre des remparts (Michèle Foulain)

à l'ombre.jpgÀ Saint-Malo, au tout début du XXème siècle, Léopoldine, jolie blonde d’origine modeste, tombe amoureuse de Jean-Marie, dentiste issu de la bonne bourgeoisie. En dépit de l’hostilité de sa famille, il épouse Léopoldine et lui fait cinq enfants avant de partir à la guerre en 1916. Il n’en reviendra pas. Veuve et mère de famille sans aucune ressource, Léopoldine arrive à tirer quelques premiers revenus en tressant des nasses et des paniers. Sa petite affaire prend peu à peu de l’expansion jusqu’à devenir tout à fait prospère. Elle ouvre une boutique, puis deux et fait de nouvelles rencontres amoureuses. Mais jamais elle n’acceptera de se remarier, voulant rester éternellement fidèle à son premier amour.

« À l’ombre des remparts » est un roman qui aurait pu être historique et n’est malheureusement que sentimental. Deux êtres se marient, ont des enfants qui grandissent et à leur tour se marient et ont des enfants. Une vie simple et banale, mais parsemée de drames, perte du mari puis d’un fils. Et pourtant Léopoldine reste sereine, vaillante, courageuse comme une véritable Malouine. Un magnifique portrait de femme, même si cette histoire, bien racontée mais finalement peu originale, pêche également par un certain nombre d’invraisemblances surtout dans le domaine historique (incorporation en 1916, transfert en camions, etc.). Un premier roman qui tient plus de l’œuvrette que du coup de maître !

2,5/5

08:18 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

27/11/2017

Poèmes pour petits et grands (24)

vildrac.jpgLa pomme et l’escargot

 

Il y avait une pomme

À la cime d’un pommier;

Un grand coup de vent d’automne

La fit tomber sur le pré !

 

Pomme, pomme,

T’es-tu fait mal ?

J’ai le menton en marmelade

Le nez fendu

Et l’œil poché !

 

Elle tomba, quel dommage,

Sur un petit escargot

Qui s’en allait au village

Sa demeure sur le dos

 

Ah ! Stupide créature

Gémit l’animal cornu

T’as défoncé ma toiture

Et me voici faible et nu.

 

Dans la pomme à demi blette

L’escargot, comme un gros ver

Rongea, creusa sa chambrette

Afin d’y passer l’hiver.

 

Ah ! Mange-moi, dit la pomme,

Puisque c’est là mon destin;

Par testament je te nomme

Héritier de mes pépins.

 

Tu les mettras dans la terre

Vers le mois de février,

Il en sortira, j’espère,

De jolis petits pommiers.

 

Charles Vildrac)

19:27 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

25/11/2017

Pensées plus ou moins correctes (106)

avadanas.jpgMAL

« On oublie quelquefois le mal qu’on a souffert, jamais celui que l’on a fait. »

(Avâdanas)

« Il n’y a guère d’homme assez habile pour connaître tout le mal qu’il fait. »

(La Rochefoucauld)

« La route des enfers est facile à suivre ; on y va les yeux fermés. »

(Bion de Boristhène)

« Il vaut mieux bien faire le mal que mal faire le bien. »

(Ovide)

« Il n’y a aucun mal qui ne serve à quelque bien. »

« Le mal que font les hommes leur survit. Le bien est souvent enterré avec leurs os. »

(William Shakespeare)

« Ne te laisse pas vaincre par le mal, sois le vainqueur du mal par le bien. »

(Saint Paul)

« Vouloir le mal, c’est s’asservir à la mort. Une volonté perverse est un commencement de suicide. »

(Hermès Trismégiste)

« Dieu nous protège contre le mal qu’autrui nous attribue à tort. »

(Proverbe touareg)

« Paie le mal avec la justice, la bonté avec la bonté. »

(Tao Te King)

« Tout ce que le mal demande pour triompher, c’est que les hommes de bien ne fassent rien. »

(Salomon Burke)

« Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. »

(Albert Einstein)

« Dieu n’a pas créé le mal. Le mal est l’absence de Dieu dans le cœur des êtres humains. »

(Albert Einstein)

« Acceptez le mal relatif comme un moyen d’arriver au bien absolu, mais ne le veuillez ni ne le commettez jamais. »

(Hermès Trismégiste)

« Pour que le mal triomphe, il suffit que les personnes au grand cœur restent sans rien faire ».

(Martin Luther King)

« Sur vingt personnes qui parlent de nous, dix-neuf en disent du mal et la vingtième, qui en dit du bien, le dit mal. »

(Rivarol)

08:03 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

24/11/2017

Le jour du miracle (Larry Collins)

le jour du miracle.jpgSavez-vous que le nom de code du débarquement des alliés en Normandie devait d’abord être « Mothball » (boule de naphtaline) avant que Churchill le transforme en « Overlord » (suzerain), terme nettement plus évocateur et plus flatteur ? Savez-vous que les ports artificiels qu’il fallut mettre en place représentaient deux millions de tonnes de ciment et d’acier et qu’ils nécessitèrent de venir des Etats-Unis des remorqueurs car leurs homologues anglais n’étaient pas en nombre suffisant ? Savez-vous que le premier acte de résistance eut lieu le 11 novembre 1940 et qu’il fut le fait de jeunes lycéens et étudiants brandissant deux cannes à pêche (deux gaules, c’est-à-dire De Gaulle) et que les Allemands ouvrirent le feu pour disperser la manifestation ? Savez-vous que la moitié de l’effectif du prestigieux corps des troupes d’élite des SAS (Special Air Service) britannique était composé de jeunes Français ?

Tous ces faits peu connus et bien d’autres constituent la matière du « Jour du miracle », livre basé sur les coulisses de l’événement le plus déterminant de la seconde guerre mondiale. En effet, ce jour-là et les suivants, tout se joua sur le fil du rasoir. La météo, la chance, les actions de la Résistance qui ralentirent la progression des Panzers allemands et surtout l’obstination d’Hitler, intoxiqué par l’illusion des divisions fantômes de l’Opération « Fortitude » s’apprêtant à débarquer pour un « vrai » débarquement dans le Pas-de-Calais, décidèrent du sort des armes. Sans parler de la périlleuse attaque de la pointe du Hoc pour neutraliser des batteries de canons qui n’avaient pas été installés tout comme les destructions de villes normandes et leurs milliers de morts civils pour bloquer des divisions qui ne vinrent jamais. Un livre passionnant, bien écrit, agréable à lire. De l’Histoire passionnante et à la portée de tous.

4/5

08:11 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

22/11/2017

Le mammouth m'a tué

08:46 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

20/11/2017

Chat perché (Nouvelle extraite du recueil "Dorian Evergreen")

08:07 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

18/11/2017

Ce qu'ils nous apprennent (Michel Klein)

Ce qu'ils nous apprennent.jpgLa maison du Docteur Michel Klein ressemble à une sympathique arche de Noé. Après avoir cohabité avec lionceaux, guenon et autres guépards, le célèbre vétérinaire et sa famille hébergent également deux bergers allemands, un chow-chow, un caniche, une chatte de gouttière et un chat birman, sans oublier tous leurs hôtes occasionnels, animaux malades, en instance d’intervention chirurgicale ou en convalescence. C’est dire jusqu’où va l’amour de l’auteur et de sa femme pour les animaux en général et pour les animaux domestiques en particulier. Cependant une question turlupine Michel Klein. Pourquoi pratiquement tous ces animaux, à l’exception de son chat birman, semble systématiquement préférer son épouse Michèle ?

« Ce qu’ils nous apprennent » est un charmant recueil d’anecdotes animalières. Tout le propos du vétérinaire tourne autant du thème contenu dans le titre de cet ouvrage. Oui, pour lui, les animaux pourraient être nos maîtres. Ils pourraient nous apprendre bien des choses, vu que leur comportement est souvent plus doux, plus aimant, plus compréhensif que le nôtre. Nous aurions donc bien des leçons à prendre d’eux. Il va sans dire qu’on se perd un peu beaucoup dans l’anthropomorphisme. Ceci mis à part, les anecdotes sont touchantes, particulièrement celles concernant les chiens guides d’aveugle au dévouement sans faille. Un petit reproche : trop de coquilles, fautes d’orthographe et autres lourdeurs grammaticales entachent ces pages. Les correcteurs feraient-ils la grève du zèle chez Laffont ?

3,5/5

08:20 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

17/11/2017

Poèmes pour petits et grands (23)

van lerberghe.jpgMa sœur la pluie

 

Ma sœur la Pluie,

La belle et tiède pluie d’été,

Doucement vole, doucement fuit,

À travers les airs mouillés.

Tout son collier de blanches perles

Dans le ciel bleu s’est délié.

 

Chantez les merles,

Dansez les pies !

Parmi les branches qu’elle plie,

Dansez les fleurs, chantez les nids

Tout ce qui vient du ciel est béni.

 

De ma bouche elle approche

Ses lèvres humides de fraises des bois ;

Rit, et me touche,

Partout à la fois,

De ses milliers de petits doigts.

 

Sur des tapis de fleurs sonores,

De l’aurore jusqu’au soir,

Et du soir jusqu’à l’aurore,

Elle pleut et pleut encore,

Autant qu’elle peut pleuvoir.

 

Puis, vient le soleil qui essuie,

De ses cheveux d’or,

Les pieds de la Pluie.

(Charles Van Lerberghe)

08:25 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

15/11/2017

Pensées plus ou moins correctes (105)

de gaulle.jpgMAÎTRE

« Pour pouvoir devenir le maître le politicien se fait passer pour le servant. »

(Charles de Gaulle)

MAJORITE

« L’avis de la majorité ne peut être que l’expression de l’incompétence. »

(René Guénon)

« L’immense majorité d’entre nous est contrainte à une duplicité constante érigée en système. On ne peut, sans nuire à sa santé, manifester jour après jour le contraire de ce que l’on ressent réellement, se faire crucifier pour ce que l’on aime pas, se réjouir de ce qui vous apporte le malheur. Notre système nerveux n’est pas un vain mot ni une invention. C’est un corps physique composé de fibres. Notre âme est située dans l’espace et se place en nous comme les dents dans la bouche. On ne peut pas sans cesse la violenter impunément. »

(Boris Pasternak)

08:55 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)