Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2019

SOS Machos (Nouvelle)

Nouvelle extraite du recueil "Dorian Evergreen" disponible

09:25 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

27/02/2019

Poèmes pour petits et grands (68)

brel.jpgLe moribond

 

Adieu l’Emile je t’aimais bien

Adieu l’Emile je t’aimais bien tu sais

On a chanté les mêmes vins

On a chanté les même filles

On a chanté les même chagrins

Adieu l’Emile je vais mourir

C’est dur de mourir au printemps tu sais

Mais je pars aux fleurs la paix dans l’âme

Car vu que tu es bon comme du pain blanc

Je sais qu’tu prendras soin de ma femme

refrain:

Et je veux qu’on rie

Je veux qu’on danse

Je veux qu’on s’amuse comme des fous

Je veux qu’on rie

Je veux qu’on danse

Quand c’est qu’on me mettra dans le trou

 

Adieu Curé je t’aimais bien

Adieu Curé je t’aimais bien tu sais

On n’était pas du même bord

On n’était pas du même chemin

Mais on cherchait le même port

Adieu Curé je vais mourir

C’est dur de mourir au printemps tu sais

Mais je pars aux fleurs la paix dans l’âme

Car vu que tu étais son confident

Je sais qu’tu prendras soin de ma femme

refrain

 

Adieu l’Antoine je t’aimais pas bien

Adieu l’Antoine je t’aimais pas bien tu sais

J’en crève de crever aujourd’hui

Alors que toi tu es bien vivant

Et même plus solide que l’ennui

Adieu l’Antoine je vais mourir

C’est dur de mourir au printemps tu sais

Mais je pars aux fleurs la paix dans l’âme

Car vu que tu étais son amant

Je sais qu’tu prendras soin de ma femme

Adieu ma femme je t’aimais bien

Adieu ma femme je t’aimais bien tu sais

Mais je prends le train pour le Bon Dieu

Je prends le train qui est avant le tien

Mais on prend tous le train qu’on peut

Adieu ma femme je vais mourir

C’est dur de mourir au printemps tu sais

Mais je pars aux fleurs les yeux fermés ma femme

Car vu que j'les laissais fermés souvent

Je sais qu’tu prendras soin mon âme

 

(Jacques Brel)

08:35 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

26/02/2019

Le professeur Mortimer (Pierre Boulle)

Le professeur Mortimer.jpgSommité du milieu médical britannique, cancérologue de renommée internationale, Sir Richard Mortimer a décidé de quitter son service dans un des plus prestigieux hôpitaux de Londres pour aller s’installer à son compte sur une île perdue. Il y fait construire une clinique ultra-moderne, un laboratoire d’analyses muni des appareillages les plus performants et toutes sortes de bâtiments pour accueillir ses patients et les animaux qui lui servent de cobayes pour ses recherches. Apprenant cela, Miss Bridget, vieille fille passionnée par la défense des animaux, soupçonne le professeur de s’être ainsi retiré loin des regards pour mieux torturer souris, guenons, chiennes et même louves. Elle décide d’envoyer sur l’île sa secrétaire, Monique Sorel, comme cuisinière des Mortimer. Elle pourra ainsi s’introduire dans les services et espionner le professeur. Tout se complique quand Mortimer, très attaché à sa chienne Rosetta, découvre que celle-ci souffre d’un cancer de la mamelle.

« Le professeur Mortimer » est un roman relevant du registre étrange et fantastique. Dès le début, le lecteur se demande ce qui peut bien pousser un grand ponte à s’exiler ainsi sur une île soi-disant pour être plus libre de mener des recherches. Il sent bien qu’il doit y avoir anguille sous roche et il ne sera pas déçu de l’intrigue très psychologique faisant dériver le personnage principal aux confins de la maladie mentale. Le suspens monte progressivement jusqu’à atteindre un paroxysme surprenant et assez monstrueux. Un très bon livre de Pierre Boulle qui se révèle ici digne des plus grands de ce genre littéraire. On pense à Edgar Poe, à Stevenson ou même à Lovecraft. Le style est bon, un peu daté et descriptif peut-être, mais toujours agréable à lire de nos jours tant le drame est finement observé et distillé.

4,5/5

08:11 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

25/02/2019

Pensées plus ou moins correctes (149)

rivarol.jpgPARDONNER

« Je pardonne aux gens de ne pas être de mon avis ; je ne leur pardonne de ne pas être du leur. »

(Rivarol)

« Si tu te trouves toujours de bonnes excuses pour te pardonner, essaie de les trouver pour les autres. Tu bâtiras alors un paradis autour de toi. »

(Guy Gilbert)

PARLER

« On parle toujours mal quand on n’a rien à dire. »

(Voltaire)

« Parler beaucoup et parler à propos ne sont pas la même chose. »

(Sophocle)

« C’est une grande misère que de n’avoir pas assez d’esprit pour bien parler ni assez de jugement pour se taire. »

(La Bruyère)

« Qu’on parle de vous, c’est affreux. Mais il y a une chose pire, c’est qu’on en parle pas. »

(Oscar Wilde)

« Parler pour ne rien dire, c’est pour les trois quarts et demi des gens exprimer tout ce qu’ils pensent. »

(Oscar Commettant)

« Qui parle, sème ; qui écoute, récolte. »

« C’est une belle harmonie quand le faire et le dire vont ensemble. »

(Montaigne)

« Le bavardage est l’écume de l’eau, l’action est la goutte d’or. »

(Proverbe chinois)

« Si ce que tu as à dire est moins beau que le silence, alors tais-toi ! »

(Proverbe arabe)

24/02/2019

La baleine des Malouines (Pierre Boulle)

La baleine des malouines.jpgEn avril 1982, la flotte britannique fait route vers les îles Falkland qu’il s'agit de reprendre aux Argentins, quand un fax du duc d’Edimbourg arrive. Le prince, féru d’écologie, recommande de bien veiller à ne pas confondre l’écho radar d’un cétacé avec celui d’un sous-marin. Sur le destroyer « Daring », le lieutenant commander Clark se retrouve vite face au dilemme qu’il redoute : a-t-il affaire à un sous-marin ennemi ou à une baleine et même bientôt à deux. Il peut heureusement compter sur l’aide de Bjorg, ancien baleinier, qui lui évite de faire tirer sur un couple de paisibles baleines bleues. Mais quand le mâle se fait attaquer et dépecer par une centaine d’orques épaulards sous les yeux de l’armada, matelots et soldats supplient leur chef de donner l’ordre de faire sur les tueurs pour sauver la femelle. Faisant fi de toute déontologie militaire, Clark accède à cette demande, ce qui ne manquera pas d’entrainer toutes sortes de conséquences…

« La baleine des Malouines » se présente comme un roman d’aventures animalières tout à fait charmant et même dans la ligne de certains titres de Jack London. La malheureuse baleine bleue, vite baptisée « tante Margot » par tous les équipages, devient bientôt un personnage à part entière, dotée d’une intelligence remarquable et de sentiments incroyables. La Navy lui ayant sauvé la vie, elle va multiplier les marques de sa reconnaissance et, au fur et à mesure du développement de l’intrigue, faire preuve d’un courage exemplaire, réussir plusieurs actes de bravoure, le tout s’achevant en apothéose qu’il ne faut pas dévoiler pour ne pas gâcher le plaisir d’éventuels lecteurs. Une belle histoire pleine de bons et beaux sentiments, un hymne à l’intelligence animale ainsi qu’à la fidélité et au dévouement. Pas de science-fiction, pas d’anticipation ni de conte philosophique sarcastique, juste la belle histoire d’une charmante baleine hors norme.

4/5

08:19 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

22/02/2019

G-Warriors (Roman)

Ouvrage disponible ici

09:02 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

21/02/2019

Le bon Léviathan (Pierre Boulle)

le bon léviathan.jpgUn énorme supertanker à propulsion nucléaire baptisé le « Gargantua » est mis à l’eau à Saint-Nazaire dans une ambiance morose pour ne pas dire hostile. Travaillée par les revendications des écologistes, l’opinion publique craint pour les risques liés à son énergie : rejets de déchets, crainte d’irradiation, sans oublier les risques de pollution par marée noire ou dégazage. Le premier voyage vers le Moyen-Orient se déroule partout dans cet environnement de défiance alors que les réacteurs nucléaires ne sont même pas opérationnels. Pour éloigner une flottille de rafiots affrétée par les opposants dirigés par « la boiteuse », meneuse la plus acharnée, le « Gargantua » surnommé le « Léviathan » se sert de ses canons à eau. Et là, un miracle se produit. Copieusement douchée, l’handicapée se remet soudain à marcher sans béquille. Cet événement extraordinaire va complètement retourner l’opinion publique…

« Le bon Léviathan » est un simple roman d’aventures sur fond écologique. Il aurait pu être écrit de nos jours sans avoir à u changer grand-chose. Pierre Boulle y pose le problème de l’acceptation des risques du nucléaire par des esprits travaillés par la crainte d’un danger nouveau et totalement inconnu. L’intrigue finit par se retourner de façon totalement inattendue. Tous les défauts du Léviathan se transforment en qualités comme par magie. Autant on l’avait détesté et craint autant on finit par l’aimer voire par l’idolâtrer ! Dans cette histoire paradoxale, l’auteur peut se permettre d’exercer tout son talent de conteur et tout son humour sarcastique ou ironique. Le vulgum pecus toujours à la recherche de merveilleux et d’irrationnel tout comme l’écologiste fanatique se complaisant dans le catastrophisme en prennent pour leur grade pour le plus grand plaisir du lecteur. Ceci dit, « Le bon Léviathan » nous a semblé un bon titre, mais de loin pas le meilleur du maître !

4/5

08:43 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

20/02/2019

Queen Latifa (Nouvelle)

Recueil disponible

08:19 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

19/02/2019

Les jeux de l'esprit (Pierre Boulle)

Les-jeux-de-lesprit_9370.jpegDans un futur relativement proche, les scientifiques les plus renommés, pour la plupart Prix Nobel comme Alex Keene ou O'Kearne, s’organisent pour obtenir des politiciens en place que ceux-ci acceptent de laisser la place à un gouvernement mondial uniquement dirigé par de jeunes savants. Le physicien Fawell, futur président du monde, est ainsi recruté suite à une longue série d’épreuves et de tests de très haut niveau. Il s’adjoint les services du Français Yranne et de Betty Han, psychologue d’origine chinoise. Le but de l’opération est d’en finir avec la guerre et avec la famine. Il suffirait pour cela d’éradiquer les nations et toute forme de patriotisme. Ce qui est obtenu avec un certain succès. Les richesses sont mieux répartis et comme on ne perd ni temps ni argent dans des préparatifs militaires, plus de pénuries ni de famine. Les heureux humains ne doivent plus travailler que deux heures par jour. Serait-on arrivé à faire descendre le paradis sur terre ?

« Les jeux de l’esprit » se présentent comme un roman en forme de conte philosophique. Publié en 1971, cet ouvrage semble l’œuvre d’un auteur ayant tellement d’avance sur son époque qu’il pourrait être écrit de nos jours et encore répondre à nombre de nos interrogations. À quoi bon tous ces changements ? Les hommes, libérés de toutes leurs chaînes s’ennuient lamentablement et sombrent dans une mélancolie incapacitante. Les suicides se multiplient de façon exponentielle. Les dirigeants n’ont d’autre issue que d’inventer sans cesse de nouveaux jeux de plus en plus violents et de plus en plus cruels. Rien de bien neuf depuis le « panem et circenses » (du pain et des jeux) des Romains ! Et quand le lecteur découvre qu’il faut en arriver à de véritables jeux de guerre pour enrayer le fléau, la boucle est bouclée et la démonstration par l’absurde évidente. Un régal pour les esprits intelligents. À conseiller aux utopistes béats et à tous les partisans de la mondialisation « heureuse »…

4,5/5

08:30 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

17/02/2019

Poèmes pour petits et grands (67)

spiess.jpgLe facteur

 

Il s’en vient, d’un pas régulier,

Tout seul traînant ses gros souliers.

Il s’en vient par la route claire,

Ses souliers sont blancs de poussière.

Par les sentiers sur le gazon,

Il disparaît dans les maisons.

Il porte (sait-il ce qu’il porte ?)

Les nouvelles de porte en porte.

Il a grand chaud, c’est un bon vieux…

Le soleil lui fait mal aux yeux.

Et vidant son sac à mystères,

Il s’en va sur la route claire…

 

(Henry Spiess)

08:33 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)