Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2020

Tant qu'il y aura des hommes (James Jones)

Tant qu'il y aura des hommes.jpgEn 1941, sur la base de Scofield à Hawaï, quelques soldats vivent l’ordinaire d’une existence militaire rythmée par les corvées, les exercices et les virées en ville dans les bars et les bordels les jours de permission. Originaire d’une petite ville minière du Kentucky, Robert Lee Prewitt naquit presque avec une guitare entre les mains. Mais il s’en désintéressa vite au profit de la boxe où il obtint de beaux succès avant d’en être complètement dégoûté, puis du clairon, sa nouvelle passion qui le mena jusqu’à la gloire, interpréter une sonnerie aux morts au cimetière d’Arlington. Son grand-père étant décédé de mort violente, son père en prison et sa mère morte de la tuberculose, il n’a eu d’autre opportunité en dehors d’une descente dans la mine que de s’engager dans l’armée américaine à l’age de 17 ans et trois jours. Il y a bien réussi comme clairon. Puis au moment de rempiler, il opte pour Hawaï. Suite à une altercation, il finit par se faire muter dans une section où il doit repartir à zéro. Il se retrouve face à Milton Warden lequel tentera en vain de lui éviter toutes les corvées et humiliations qu’il se voit infliger pour l’obliger à enfiler à nouveau les gants de boxe…

« Tant qu’il y aura des hommes » est un récit militaire d’un réalisme saisissant. Ce pavé de plus de 600 pages en petits caractères se lit encore agréablement, car le style de l’auteur est très vivant. Il repose en grande partie sur des dialogues tout à fait percutants et qui sentent le vécu. La vie de cette brochette de pauvres gars qui n’ont pour dérivatifs que l’alcool, le jeu et les prostituées et pour horizon qu’une attaque japonaise imminente est parfaitement rendue dans toute sa dimension dramatique et misérable. Le lecteur s’attache au destin des deux héros principaux, Prewitt dans son interminable descente aux enfers (la description des châtiments de la colonie pénitentiaire est à déconseiller aux âmes sensibles) et Warden, le meneur d’hommes en dépit d’un grade peu élevé, dans ses amours illicites avec Karen, l’épouse infidèle du terrible commandant « Dynamite Holmes ». L’intrigue un peu lente à démarrer au début, prend vite de l’ampleur, monte en puissance et s’achève en véritable drame digne de l’antique. Attention, chef-d’œuvre indémodable !

4,5/5

08:51 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

30/05/2020

Florence (Nouvelle)

Nouvelle extraite du recueil "Lollyblog", ouvrage disponible version papier et e-book

https://www.amazon.fr/Lollyblog-Nouvelles-Bernard-Viallet...

 

08:23 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

29/05/2020

Des cons finis déconfinés (4)

Dessin-AP-humour-castaner-lbd-40-lrem-web-08b5a-fdabd.jpg

08:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

27/05/2020

Poèmes pour petits et grands (113)

marcelle vérité.jpgLe petit homme et le ballon

 

Il était un petit homme

Qui avala un ballon

Croyant croquer une pomme

Et qui s’envola dit-on,

 

Jusqu’au nid de la cigogne

Qui vivait sur le clocher

Le ballon grimpe et se cogne

Le secoue comme un prunier,

 

La cigogne fraternelle,

Du bout de son bec long,

Saisit, tira la ficelle,

Et libéra le ballon.

 

« Ouf ! Merci, dit le petit homme,

Descendant plus mort que vif,

Avant d’croquer une pomme,

J’y planterai mon canif. »

 

(Marcelle Vérité)

08:50 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

26/05/2020

Des cons finis déconfinés (3)

ProjetKO-dessin-plages-controlee-drone-helicoptere-confinement-web-7fedf-a0382.jpg

08:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

25/05/2020

Pensées plus ou moins correctes (194)

Woody Allen.jpgRELIGION

« J’ai été élevé dans la religion juive qui m’a appris à ne pas épouser une fille non-juive, à ne pas me raser le samedi et surtout à ne pas raser une fille non-juive le samedi. »

(Woody Allen)

« Nous avons tout juste assez de religion pour nous haïr, mais pas assez pour nous aimer. »

(Jonathan Swift)

« Quand même Dieu n’existerait pas, la religion serait encore sainte et divine. »

(Charles Baudelaire)

« Les religions sont comme des routes différentes convergeant vers un même point. Qu’importe que nous empruntions des itinéraires différents, pourvu que nous arrivions au but. »

(Mahatma Gandhi)

« La religion est le soupir de la créature accablée par la malheur, l’âme d’un monde sans cœur, de même qu’elle est l’esprit d’une époque sans esprit. C’est l’opium du peuple. »

(Karl Marx)

« Evitez de faire de la religion une statue, car elle pourrait finir par tomber sur vous et vous écraser. »

« La religion de Mahomet, la plus simple dans ses dogmes, (…) semble condamner à un esclavage éternel, à une incurable stupidité, toute cette vaste portion de la terre où elle a étendu son empire »

(Condorcet)

« L’irréligion est une religion. »

(Rémy de Gourmont)

08:37 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

23/05/2020

Des cons finis déconfinés (2)

ProjetKO-dessin-police-confinement-police-vos-papiers-contribuables-classes-moyennes-web-e153e-fee0c.jpg

08:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

22/05/2020

Lollyblog (Nouvelles)

Ouvrage disponible version papier et e-book

https://www.amazon.fr/Lollyblog-Nouvelles-Bernard-Viallet...

 

09:12 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

21/05/2020

Des cons finis déconfinés (1)

Pinatel-dessin-humoyr-chercheur-raoult-macron-covid19-abdab-13dc3.jpg

08:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

20/05/2020

Un enfant sage (Nouvelle)

Nouvelle extraite du recueil "Lollyblog", ouvrage disponible version papier et e-book

https://www.amazon.fr/Lollyblog-Nouvelles-Bernard-Viallet...

 

08:20 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)