Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2020

Toute la sagesse du monde (Nouvelle)

08:30 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

29/09/2020

Mougeons, moutruches et muselières (9)

Un qu'il faudrait museler, enchainer et déporter à Cayenne…

On voudrait ne plus jamais le voir, ni l'entendre…

Macron masqué.jpg

 

09:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Nous sommes les 99%

Bravo les Englishs !

 

00:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

27/09/2020

Poèmes pour petits et grands (125)

Zoo

 

À la tombée de la nuit

Quand se sont refermées les grilles

L’éléphant rêve à son grand troupeau

Le rhinocéros à des troncs d’arbres

L’hippopotame à des lacs clairs

La girafe à des frondaisons de fougères

Le dromadaire à des oasis tintants

Le bison à des océans d’herbes

Le lion à des craquements dans des feuilles

Le tigre de Sibérie à des traces dans la neige

L’ours polaire à des cascades poissonneuses

La panthère à des pelages passant dans des rayons de lune

Le gorille à des bananiers croulants de leurs fleurs violettes

L’aigle à des coups de vent dans des canyons de nuages

Le phoque aux archipels mouvants de la banquise disloquée

Les enfants des gardiens à la plage.

 

(Michel Butor)

09:04 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

26/09/2020

Les coulisses de l'anarchie (Flor O'Squarr)

Les coulisses de l'anarchie.jpgL’anarchiste est ainsi fait qu’il ne peut s’empêcher de prêcher l’anarchie partout où il se trouve. Très vite, il se retrouve renvoyé, rejeté. Il ne lui reste plus qu’à trouver un autre emploi, un autre atelier qui veuille bien l’embaucher et où il recommence exactement la même chose. Quand plus personne ne veut de lui dans une ville, il prend la route et tente sa chance dans une autre où tout se reproduit à l’identique. Ses ennemis sont la banque, le bourgeois, le curé, le Juif, le militaire gradé. Mais comment s’y prendre pour se débarrasser de tout ces nuisibles ? En fait, l’anarchiste rêve, c’est un poète, un naïf, pas très cultivé, ni très formé politiquement. Il imagine un monde où il n’y aurait plus de pauvres, plus de prisons, plus de guerres, plus de religion, plus de propriété privée. Le bonheur du peuple, la paix, l’amour libre, l’abondance, la fraternité universelle sont ses objectifs, même s’ils semblent impossibles à atteindre.

« Les coulisses de l’anarchie » est un vaste essai politico-social qui aborde tous les aspects d’un mouvement qui fit beaucoup parler de lui à la fin du 19e siècle et au début du vingtième. L’auteur fait ici vraiment œuvre de journaliste d’investigation. Il présente avec précision les théories, les tendances, les évènements, les protagonistes (Michel Bakounine, le prince Kropotkine, Elisée Reclus). Il aborde le cas de Ravachol, de son véritable nom Koenigstein, qui, pour l’auteur, fut surtout une dupe et une victime. On sent une certaine empathie pour le mouvement dans la mesure où il fait une distinction entre une anarchie pacifiste et non violente et une autre qui n’hésite pas à virer au terrorisme le plus sanglant. Le chapitre consacré à la compilation des attentats, assassinats et autres dynamitages, est particulièrement bien fourni. Pour l’auteur, l’anarchiste véritable n’est ni tueur, ni dynamiteur, ni partisan de l’action violente isolée. Il ne faut pas le confondre avec le nihiliste qui, en général n’est pas un prolétaire, mais un bourgeois ou un noble, parfois très riche et toujours un homme instruit. Le lecteur apprendra beaucoup de choses en lisant cet ouvrage, comme cette étrange collaboration avortée entre des anarchistes et le marquis de Mores, placé à l’autre extrémité de l’échiquier politique ou comme les sympathies de l’écrivain Octave Mirbeau qui fit l’apologie de Ravachol. Bien que paru en 1892, cet ouvrage est toujours intéressant et agréable à lire à titre de document historique.

4/5

08:49 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

25/09/2020

Pensées plus ou moins correctes (206)

RIVE

« Les rives sont la chance du fleuve puisque, l’enserrant, elles l’empêchent d’être marécage. »

(Jacques de Bourbon-Busset)

ROI

« Etre roi, c’est idiot ; ce qui compte, c’est de faire un royaume. »

(André Malraux)

« Un roi n’est pour moi que le premier serviteur du peuple, le protecteur du peuple, le protecteur naturel du peuple contre les puissantes oligarchies, hier les féodaux, à présent les trusts. »

(Georges Bernanos)

ROMANCIER

« Le romancier est, de tous les hommes, celui qui ressemble le plus à Dieu : il est le singe de Dieu. »

(François Mauriac)

ROSE

« Il n’y a point de roses sans épines. »

ROSEAU

« L’homme n’est qu’un roseau, le plus faible de la nature, mais c’est un roseau pensant. »

(Blaise Pascal)

08:51 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

23/09/2020

Mougeons, moutruches et muselières (8)

media = vaccin.jpg

09:07 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

22/09/2020

Les Faux As (Roman)

08:20 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

21/09/2020

Dictature sanitaire (2)

Alx-dessin-liberte-2-web-20c99-aed8f.jpg

Ryssen.jpg

19:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les secrets de la réserve fédérale (Eustace Mullins)

Les-secrets-de-la-Reserve-Federale_1858.jpegÀ l’automne 1910, six hommes arrivent dans le plus grand secret à la gare d’Hoboken, montent dans un train privatisé avant d’aller séjourner une dizaine de jours dans un palace sur la discrète île de Jekyll Island. Tous sont d’importants financiers regroupés autour du sénateur Aldrich et tous sont les représentants des plus importantes banques américaines comme la First National City Bank, J.P. Morgan, Kuhn, Loeb and co, ou européennes comme Lazard ou Rothschild. Leur mission, définie par le président Wilson, établir un système monétaire solide et indépendant pour les Etats-Unis qui venaient de subir plusieurs crises de défiance envers les banques (faillites, krachs boursiers). Paul Warburg, récent immigré venu d’Allemagne, en fut le principal inspirateur. Ainsi fut créée la Banque Centrale Américaine, qui fut appelée « Réserve Fédérale » alors qu’elle n’avait rien de fédéral et tout de privé. Ainsi une dizaine de banquiers obtinrent le droit exorbitant de battre monnaie, c’est-à-dire de la créer à partir de rien et de transformer les Etats-Unis de débiteurs en créditeurs à l’échelle mondiale. Une formidable machine pour enrichir les riches et pour endetter à jamais les pauvres. En effet, à cette époque, la dette publique américaine était pratiquement nulle. En 1991, elle s’élevait à 1000 milliards de dollars. En 2007, à 9000. En 2008, à 10 000. Et en 2009, à 12 000. Depuis, elle augmente de 1,4 milliard de dollars par jour !!!

« Les secrets de la Réserve Fédéral » est un essai économique essentiel pour qui veut comprendre quelque chose au monde actuel. Un livre si dérangeant pour le pouvoir qu’il fut refusé par 19 éditeurs avant de paraître sur fonds personnels. Ce fut le seul et unique ouvrage brûlé en Allemagne depuis la seconde guerre mondiale suite à une saisie de tous les exemplaires à la demande du FBI. Il faut dire qu’on y apprend des choses incroyables et totalement cachées au grand public. Exemples : par une vente d’or massive à l’Europe, la Fed fut totalement responsable du krach de 1929-31. Alors qu’elle aurait pu injecter de l’argent pour atténuer les effets de la crise, elle n’en fit rien. Des milliers de petites banques firent faillite. Des gens se suicidèrent, d’autres furent ruinés alors que les oligarques devinrent encore plus riches et plus puissants. Encore plus grave : la Fed fut le principal financier de la première guerre mondiale. Si Wilson n’avait pas été placé à la présidence grâce à la candidature parasitaire de Théodore Roosevelt, il n’y aurait peut-être pas eu de Réserve Fédérale et la guerre aurait pu être évitée. La seconde, conséquence de la première, également. D’autant plus que ces banques financèrent largement Lénine, Hitler et Staline. Autre révélation : c’est Max Warburg, frère de Paul, chef des services secrets allemands, qui donna l’autorisation pour le passage du wagon plombé de Lénine ! Un livre de référence, étayé par de nombreuses sources, un brin laborieux à lire mais qui vaut l’effort. Le lecteur y trouvera en fin de volume des notes, documents, addenda, une bibliographie et surtout une importante série de biographies de ces dynasties de financiers, certaines particulièrement fournies comme celles des trois poids lourds de cette affaire, Rockefeller, Rothschild et Morgan.

4/5

08:49 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)