Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2018

Bad / Amour interdit (Jay Crownover)

Bad   Amour interdit.jpgÀ The Point, Shane Baxter, 23 ans, est ce qu’on appelle un « bad boy », un voyou. Un type pas facile à aimer et avec lequel il n’est pas simple non plus de sympathiser. Il vient de se taper cinq longues années de cabane et voudrait retrouver Race, le seul et unique pote sur lequel il puisse encore compter. Mais qu’est-il devenu ? Novak, l’affreux parrain de la zone l’a-t-il fait disparaître ? Et que s’est-il passé la fameuse nuit où tout a mal tourné pour Baxter ? De son côté, Dovie, étudiante, barmaid et assistante sociale stagiaire, sait ce que c’est que d’arriver à survivre en milieu hostile. Elle s’habille en homme, se fait discrète, évite de sortir avec les tocards du coin et surtout ne veut rien devoir à personne… Jusqu’au jour où sa route croise celle du « bad boy »…

Premier tome d’une série, « Bad, amour interdit » se veut roman noir tout en restant quand même bluette et romance. La vie n’est pas facile dans les bas-fonds. Jay Crownover rend très bien l’ambiance glauque de ce milieu. Elle use d’un langage parlé assez proche de celui des voyous et sait donner un certain rythme à sa narration toujours présentée en deux temps. Un chapitre vu du point de vue de Baxter, un de celui de Dovie et alternativement. Le tout bien mené et sans trop de redites. L’intrigue n’est pas des plus travaillées ni des plus originales avec cette affaire de truand faisant deux fois de la taule pour quelqu’un d’autre. À noter et peut-être à déplorer une certaine tendance à trop privilégier les scènes torrides (un peu répétitives) et surtout le côté sentimental de l’affaire. Le thème du gangster amoureux d’une oie blanche, thème usé jusqu’à la corde, ne sera pas renouvelé cette fois encore.

2,5/5

08:24 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

17/10/2018

Poèmes pour petits et grands (55)

georges riguet.jpgChanson de la Saint-Jean d’été

Voici la Saint-Jean d’été

Où le ciel est sans écaille.

Voici la Saint-Jean d’été

Qui met son feu sur les prés.

 

Porte le vin frais tiré

Au moissonneur qui bataille

Porte le vin frais tiré

Au moissonneur fatigué.

 

Le soleil a nettoyé

Sa couronne et sa médaille

Le soleil a nettoyé

Sa lance et son bouclier.

 

Tout l’azur est déployé

Comme un grand filet sans maille

Tout l’azur est déployé

Sur les pâtis calcinés.

 

La chanterelle a chanté

L’orvet dort sous la muraille,

La chanterelle a chanté,

La sauterelle a sauté.

 

À la nuit vont crépiter

Les hauts bûchers de broussailles,

À la nuit vont crépiter

Les feux de Saint-Jean d’été.

(Georges Riguet)

08:54 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

15/10/2018

Pensées plus ou moins correctes (136)

gandhi.jpgNON-VIOLENCE

« La plus grande force dont puisse disposer l’humanité est la non-violence. Elle est plus puissante que la plus puissante des armes de destruction élaborées par l’intelligence de l’homme. »

(Mahatma Gandhi)

« La non-violence est le but ultime de toutes les religions. »

(Mahatma Gandhi)

« La non-violence qui n’embrasse que le corps et dans laquelle l’esprit ne collabore pas est celle du faible et du lâche ; il ne peut en sortir aucune puissance. »

(Mahatma Gandhi)

« Marcher sur le tranchant effilé de la non-violence n’est pas chose facile dans ce monde plein de violence. La richesse ne nous y aide pas ; la colère est une ennemie de la non-violence et l’orgueil est un monstre qui la dévore. »

(Mahatma Gandhi)

NON-VIOLENT

« C’est pour tout non-violent un article de foi qu’il n’y a dans le monde aucun homme tombé si bas qu’il ne puisse être relevé par l’Amour. »

(Mahatma Gandhi)

08:42 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

14/10/2018

Le dragon de Cracovie (San Antonio)

le dragon.jpgA Berchtesgaden, en novembre 1937, Adolf Hitler sympathise avec une jeune infirmière blonde qui, bizarrement porte le même nom que lui. Il finit par se jeter sur elle et par la trousser comme l'eût fait un feldwebel. De cette étreinte furtive, neuf mois plus tard, naîtra un gros bébé qu'on prénommera Richard et qui n'aura aucune ressemblance avec son géniteur. Il devint boucher, se maria et eut lui-même en 1970 un fils qu’on prénomma Adolf et qui se retrouva doté de nombreux points communs avec son tristement célèbre grand-père. Tout jeune, il commença une carrière de tueur sadique et sans le moindre état d'âme en trucidant le riche homosexuel qui l’avait recueilli chez lui avant de le mettre dans son lit. La suite de l’histoire se résume à une accumulation de cadavres jalonnant le parcours de ce psychopathe qui finira par intéresser la redoutable Camorra sicilienne…

« Le dragon de Cracovie » se présente comme une sorte de thriller parodique doublé d’uchronie, car il va sans dire que Frédéric Dard se permet bien des fantaisies avec l’Histoire tout au long d’une intrigue alternant lourdement copulations et liquidations pour finir sur une fin en apothéose abracadabrante. Le lecteur cherchera en vain l’humour et le picaresque présents dans de nombreux autres titres. Ils ont totalement disparu et c’est bien dommage car seuls le sadisme, la paillardise et une sorte de désenchantement généralisé subsistent. Aussi répétitifs et lassants les uns que les autres. Au total, pas le meilleur titre du grand Frédéric Dard, et de très loin.

2,5/5

08:40 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

12/10/2018

Bienvenue sur Déliciosa (Roman)

08:24 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

11/10/2018

Les secrets d'un guérisseur (Jean Daurillac)

Les secrets d'un guérisseur.jpgJean Daurillac est un guérisseur généreux et talentueux. Il est capable par imposition des mains de « barrer le feu » c’est-à-dire de soulager les souffrances d’une personne brûlée. Il sait utiliser les pouvoirs de l’argile, recueillir la rosée qui lui permettra de préparer onguents, baumes et élixirs floraux. Il a une parfaite connaissance des vertus des plantes qu’il propose en macération, décoction ou infusion et sait user de toutes sortes de méthodes ancestrales pour magnétiser et calmer toutes sortes de maux. Modeste, il déclare vouloir se consacrer à réduire les douleurs et non pas à soigner. Il sait renvoyer les malades vers les médecins classiques quand c’est nécessaire. En un mot, c’est un guérisseur exemplaire qui ne veut pas que l’on dise qu’il a un don. Pour lui, tout le monde pourrait en faire autant. Il suffirait d’en prendre conscience et de travailler.

« Les secrets d’un guérisseur » se présente comme une sorte de longue interview menée par une journaliste qui reste anonyme du début à la faim. Daurillac explique ses pratiques qui peuvent paraître aller du vérifiable et quantifiable au plus ésotérique. Le lecteur rationaliste ou cartésien pourra aisément douter de l’efficacité réelle de certaines d’entre elles. L’intérêt du livre réside dans la révélation de « secrets » (ou plutôt de pratiques voire de trucs) que guérisseurs, magnétiseurs ou rebouteux aiment plutôt garder pour eux. « Un guide indispensable pour ceux et celles qui veulent apprendre comment soigner, se soigner et guérir autrement », proclame la quatrième de couverture. Il semble plutôt que ce soit une initiation, une présentation sommaire de méthodes qui mériteraient une étude et un développement plus important. Néanmoins agréable et facile à lire pour qui s’intéresse un peu au sujet.

3,5/5

08:42 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

10/10/2018

La voiture intelligente (Nouvelle inédite)

08:44 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

09/10/2018

Le testament d'Allan Berg (Patrick Meadows)

le testament d'allan berg.jpgAllan Berg, professeur d’histoire dans une université américaine, mène une vie tout ce qu’il y a d’ordinaire. Il est amoureux d’Anna et son meilleur ami n’est autre que le frère de cette dernière. Tout son petit univers bascule le jour où un inconnu vêtu de gris et portant un col de clergyman l’interpelle à la fin d’un cours pour lui confier un livre intitulé « 1944 Onward II ». Il lui semble être un ouvrage de prospective historique très différent de la réalité politique de l’Amérique telle qu’il la connaît, c’est-à-dire en proie à un totalitarisme radical depuis ses accords de collaboration avec l’URSS. À peine a-t-il pris connaissance de quelques pages du livre que les ennuis commencent pour lui. Des agents du FBI font irruption dans sa vie et commencent à l’importuner. Ils veulent à tout prix récupérer l’ouvrage…

« Le testament d’Allan Berg » est un livre difficile à placer dans une catégorie bien définie. Ce n’est pas vraiment un livre d’anticipation ni de science-fiction. Il se situerait plutôt aux confins de l’uchronie ou de la dystopie et à ceux de l’onirique, du fantastique et surtout de la fable ou du conte philosophique. Il pose le problème du totalitarisme, de la pensée conforme et des moyens de coercition de masse et de manipulation des opinions publiques. Les mouvements clandestins de résistance sont systématiquement assimilés à des entreprises de terrorisme. Seule une infime minorité résiste alors qu’une écrasante majorité collabore. Le héros, citoyen très ordinaire, se retrouvant pris dans un engrenage aussi inattendu que dangereux, est attachant car bien pétri d’humanité avec ses faiblesses et ses hésitations. Très inspiré du monde d’Orwell (1984), ce livre bien écrit et fort intéressant se lit avec un réel plaisir. La fin onirique et poétique en surprendra plus d’uns !

4/5

08:41 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

07/10/2018

Poèmes pour petits et grands (54)

Georges-Jean_6115.jpgChevauchée sidérale

 

À cheval sur ma fusée

Partons pour les galaxies

Cueillir des fleurs étoilées

Dans les nocturnes prairies.

 

Adieu, les maisons, les prés,

L’HLM et le verger !

 

À cheval sur ma fusée

Partons pour les nébuleuses

Cueillir des pommes dorées

Dans les régions ténébreuses.

 

Adieu, l’école et l’hiver

La rue, le chemin de fer !

 

À cheval sur ma fusée

Partons pour le fond du ciel

Cueillir la roue du soleil

Qui fabrique les années.

 

(Georges Jean)

08:47 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

05/10/2018

Pensées plus ou moins correctes (135)

Jacques-Duboin_302.jpgNOMBRE

« Le nombre n’a pas forcément raison ; il ne détient pas la vérité, et encore moins la sagesse. Pourquoi les médecins ne sont-ils pas désignés, eux aussi, par le suffrage universel ? Pourquoi ne pas faire choisir l’ingénieur par un congrès d’ouvriers ? Nous est-il jamais venu à l’idée que l’on pourrait faire élire le général, à la veille d’une bataille, par la moitié plus un des soldats sous les armes ? »

(Jacques Duboin)

NONCHALANCE

« Je porte comme une vertu la discipline de la nonchalance. »

(Rivarol)

08:34 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)