Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/07/2016

Le lagon noir (Arnaldur Indridasson)

Le lagon noir.jpgQuelque part en Islande, non loin de l’importante base américaine de Keflavik, le cadavre d’un homme atrocement mutilé est découvert dans un lagon noir par une jeune femme venue se baigner pour soulager son psoriasis dans ses eaux sulfurées. L’inspecteur Erlendur commence une enquête laborieuse en imaginant que la victime a pu être lancée depuis un avion en vol. Mais bien vite, les soupçons l’amènent à s’intéresser de près à la base militaire US.

« Le lagon noir » est un roman policier décrivant deux enquêtes menées conjointement. En plus du cadavre de l'ingénieur, Erlendur s’intéresse également à une jeune fille disparue mystérieusement dans les années soixante-dix, une affaire qui n’a jamais été élucidée. L’ambiance est lourde, les rapports avec l’armée américaine sont difficiles et les deux enquêtes avancent péniblement. L’affaire de la jeune fille disparue finit même par prendre la vedette sur celle de l’ingénieur et l’ennui n'est pas loin. Le lecteur apprendra néanmoins pas mal de choses sur l’Islande. C’est à peu près le seul intérêt de ce polar glauque venu du froid qu’il faut réserver aux fans du genre « nordique ».

3/5

 

08:56 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

28/07/2016

Les loups blessés (Christophe Molmy)

les loups blessés.jpgUn braquage de fourgon blindé en région parisienne par une équipe composée de deux voyous de banlieue, Imed et Nordine Belkiche, et d’un Corse prénommé Doumé, tourne au drame. Attaqués à l’arme lourde, deux convoyeurs de fonds sont abattus froidement et tout cela pour un butin des plus modestes. Quand il apprend la nouvelle, Matteo Astolfi, voit rouge. Il en a assez des sottises de son jeune frère Doumé et voudrait bien lui-même finir en beauté. Renan Pessac, commissaire blanchi sous le harnais et relativement désabusé se retrouve chargé d’une affaire qui va tourner au bras de fer entre Matteo et lui, au combat à mort entre deux loups blessés.

« Les loups blessés » est plus un roman noir qu’un roman policier à énigme et suspects multiples, style « whodunit » (cf Agatha Christie et consoeurs). Ancien patron de la BRI, Molmy sait de quoi il parle et ce qu'il raconte sent le vécu. Il permet au lecteur d’assister à tout, aussi bien côté flics que côté voyous, ce qui est relativement intéressant, car on ne vit pas la même chose selon le camp où l’on se trouve. Quoique. Les caractères sont aussi bien trempés que bien décrits. L’intrigue est bien menée, intéressante, crédible. Seul bémol : dans un désir louable de précision technique, l’auteur décrit tout par le menu, jusqu’aux plus infimes détails d’une filature ou d’une planque, ce qui ralentit un peu trop à mon goût le rythme de la narration. Il n’en demeure pas moins que ce livre permet de passer un bon moment de lecture et pourrait certainement donner lieu à une belle adaptation cinématographique.

3,5/5

 

08:33 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

25/07/2016

Histoire de la grenouille

grenouille.jpgImaginez une marmite remplie d’eau froide dans laquelle nage tranquillement une grenouille. Le feu est allumé sous la marmite, l’eau chauffe doucement. Elle est bientôt tiède et la grenouille trouve ça plutôt agréable et continue à nager. La température continue à grimper. L’eau est maintenant chaude. C’est un peu plus que n’apprécie la grenouille, ça la fatigue un peu, mais elle ne s’affole pas pour autant. L’eau est cette fois vraiment chaude. La grenouille commence à trouver ça un peu désagréable, mais elle s’est affaiblie, alors elle supporte et ne fait rien. La température continue à monter, jusqu’au moment où la grenouille va tout simplement finir par cuire et mourir.

Si la même grenouille avait été plongée directement dans l’eau à 50°, elle aurait immédiatement donné un coup de patte adéquat qui l’aurait éjectée aussitôt de la marmite. Cette expérience montre que, lorsqu’un changement s’effectue d’une manière suffisamment lente, il échappe à la conscience et ne suscite aucune réaction, aucune opposition, aucune révolte.

Si nous regardons ce qui se passe dans notre société, nous constatons que depuis quelques décennies, nous subissons une lente dérive à laquelle nous nous habituons. Beaucoup de choses qui nous auraient horrifiés, il y a 20, 30 ou 40 ans, ont été peu à peu banalisées, édulcorées et nous dérangent mollement à ce jour, ou laissent carrément indifférents la plupart des gens. Au nom du progrès et de la science, les pires atteintes aux libertés individuelles, à la dignité du vivant, à l’intégrité de la nature, à la beauté et au bonheur de vivre s’effectuent lentement et inexorablement, avec la complicité constante des victimes, ignorantes ou démunies. Les noirs tableaux annoncés pour l’avenir, au lieu de susciter des réactions et des mesures préventives, ne font que préparer psychologiquement le peuple à accepter des conditions de vie décadentes, voire dramatiques. Le gavage permanent d’informations par les médias sature les cerveaux qui n’arrivent plus à faire la part des choses…

Alors, si vous n’êtes pas, comme la grenouille, déjà à moitié cuits, donnez un coup de patte salutaire avant qu’il ne soit trop tard.

 

23/07/2016

Le toutamoi (Andrea Camilleri)

le toutamoi.jpgArianna est une très belle jeune femme qui a eu une enfance et une adolescence difficile. Elle est mariée en secondes noces avec Guilio, un riche industriel italien impuissant. Le couple a trouvé un subterfuge simple pour pallier cette difficulté sexuelle. Guilio choisit de jeunes hommes pour sa femme et assiste à leurs ébats. En général, Arianna ne couche qu’une fois ou deux avec chaque amant et en change une fois par semaine environ. Mais un jour, elle rencontre Mario, un jeune étudiant aussi efflanqué que fougueux, qui tombe amoureux d’elle et ne veut plus la quitter…

« Le toutamoi », présenté comme un roman noir, relève plutôt du registre sentimental ou érotique. En effet, l'intrigue, très peu policière, repose sur la description des rencontres et rapports physiques entre Arianna et ses jeunes amants d’un jour. Le personnage principal est intéressant, ne serait-ce que par son psychisme très particulier, ce besoin de tout maîtriser, ce désir de jardin secret, ce « touamoi », endroit étrange, gardé par un crâne de vache doté de pouvoirs maléfiques, dans lequel elle se réfugie pour jouer à la poupée. Le style de Camilleri est fluide et sa prose agréable à lire. Ce court roman atypique et un peu borderline peut donc se dévorer très rapidement, ce qui semble être sa plus grande qualité.

2,5/5

 

09:19 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

21/07/2016

Le Mammouth m'a tuer (Chapitres 1 à 5)

08:40 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

19/07/2016

L'aéronaute embourbé (Prologue)

08:52 Publié dans Histoire, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

17/07/2016

Le mystère Otto Rahn (Christian Bernadac)

rahn.jpgDans les années 30, un jeune écrivain et journaliste allemand, Otto Rahn, séjourne à Ussat, dans le Sabarthès, région un peu reculée de l’Ariège. Il y rencontre un certain Antonin Gadal qui l’initie au catharisme et le fait participer à ses recherches dans les nombreuses grottes de la vallée. Pour les deux hommes, Montségur est le château du Graal. Il a même inspiré Wagner qui, en réalité, n’y est jamais venu. Quant aux grottes, sur les parois desquelles Rahn va jusqu’à dessiner de fausses inscriptions pour étayer sa thèse, elles n’ont jamais servi de refuges ou de temples secrets aux « Parfaits ». Rahn prend un petit hôtel en une gérance qui se révèle calamiteuse avant de disparaître mystérieusement pour échapper aux foudres de la justice…

Le livre du journaliste-écrivain spécialiste des histoires de nazis Christian Bernadac est un ouvrage historique de grande qualité. Disposant dans sa propre famille de personnes ayant côtoyé Otto Rahn, il a pu avoir accès à une très importante documentation sur son séjour en France. Sa disparition, sa mort sur un glacier des Alpes autrichiennes et sa réapparition dans la peau d’un diplomate restent problématiques. Qui fut réellement Otto Rahn ? Un simple hurluberlu influencé par Gadal, le « pape » du catharisme, en réalité simple responsable du syndicat d’initiative de la petite commune d'Ussat et donc en quête d’un peu de publicité, fut-elle au prix d’entorses à la vérité historique ? Fut-il un espion, un agent de la fameuse cinquième colonne surtout intéressé par les infrastructures techniques (centrales hydroélectriques) ou militaires de la région ? Quels furent ses rapports réels avec les nazis ? Cette somme très technique et très documentée, d’où une lecture un peu laborieuse, tente d’y répondre avec honnêteté, même si de grands pans de la vie du personnage restent dans l’ombre. Elle permet également de tordre le cou à toutes sortes d’idées reçues et de contre-vérités plus fumeuses les unes que les autres sur l’histoire des Cathares. Et cet aspect des choses est certainement le volet le plus intéressant de cet ouvrage.

3,5/5

 

09:15 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

15/07/2016

Pensées plus ou moins correctes (71)

coluche.jpgHIERARCHIE

« La hiérarchie, c'est comme une étagère, plus c'est haut, plus c'est inutile. »

(Coluche)

HISTOIRE

« L'Histoire est écrite par les vainqueurs. »

(Robert Brasillach)

« L'Histoire est la science du malheur des hommes. »

(Raymond Queneau)

« Ceux qui ne connaissent pas leur histoire s'exposent à ce qu'elle recommence. »

(Elie Wiesel)

HISTORIEN

« Ce qu'il y a de plus heureux pour les historiens, c'est que les morts ne puissent protester. »

(Aurélien Scholl)

 

08:31 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

10/07/2016

Les Faux As (Chapitres 1 à 35)

08:59 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

08/07/2016

Le retour du petit homme (Chapitres 1 à 13)

09:05 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)