Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2018

Bonne et heureuse année

Bonne année.jpg

Que nous souhaiter pour cette nouvelle année ? Les vœux habituels et récurrents, santé, amour, prospérité, réussite… Plein de bonnes choses et de bonnes résolutions… qui seront obtenues, tenues peut-être…

Permettez-moi d'en profiter pour remercier de leur présence régulière ou épisodique les lectrices et lecteurs de ce blog. Près de 97000 jusqu'à aujourd'hui. Souhaitons de franchir le cap des 100000 cette année. Bonne lecture !

23:34 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

30/12/2018

Les animaux malades de la taxe (Fable)

08:23 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

28/12/2018

Le pape dictateur (Henry Sire)

Le pape dictateur.pngJorge Mario Bergoglio, né le 17 décembre 1936 à Buenos-Aires, a été élu évêque de Rome sous le nom de François le 13 mars 2013. Il était auparavant archevêque et cardinal de Buenos Aires. Il est le premier pape issu des rangs de la Compagnie de Jésus, le premier pape non européen depuis le pape syrien Grégoire III au VIIIe siècle ainsi que le premier issu du continent américain. Il est également le premier pape à prendre le nom de François, nom choisi en mémoire de saint François d’Assise. Le premier à ne pas habiter dans les appartements pontificaux mais à la maison Santa Marta. Son rejet de l’apparat pontifical, un déplacement en métro et une réputation de modestie lui permirent de se faire très vite attribuer le titre de « Pape des pauvres » par les médias du monde entier. Mais qu’en est-il réellement ? Qui est vraiment ce personnage au bout du compte assez ambigu ?

« Le pape dictateur » est, en dépit de son titre, une enquête sourcée, renseignée, ne se basant que sur des faits et non pas un simple pamphlet dirigé contre une personne publique pour le moins ambivalente. Le lecteur y découvre bien des choses fort dérangeantes sur cet étrange personnage. Sait-on que Bergoglio participa généreusement au financement de la campagne électorale d’Hillary Clinton ? Qu’il n’est progressiste que de très fraîche date vu qu’il se montra plus que favorable au régime des colonels ? Qu’élu pour nettoyer les « écuries d'Augias » (corruption galopante, banque vaticane blanchissant l’argent de la mafia, évêques et prêtres impliqués ou couvrant de sinistres affaires de pédomanie), il ne fit rien pour améliorer la situation et trancha souvent en faveur des corrompus et des malfaisants alors qu’il se montrait d’une sévérité intraitable envers quiconque demandait une simple explication au sujet de ces décisions incompréhensibles. Un livre sérieux, passionnant qui démontre sans discussion possible qu’avec ce personnage plus politique que religieux, les fumées de soufre se diffusent maintenant bien largement au sommet de l’Eglise Catholique, ce qui n’est pas sans inquiéter les fidèles.

4/5

08:50 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

27/12/2018

Poèmes pour petits et grands (62)

bauchau.jpgMalgré

 

Malgré, malgré tout,

Malgré tout le mal

Tout le mal qu’on nous a fait

Tout le mal que j’ai fait

Tout ce que j’ai subi et fait subir

Malgré

Malgré toutes les catastrophes,

Les horreurs, les enfants

Martyrisés, mutilés

Malgré, malgré tout

En face du mal

De l’enfer que tant de gens s’infligent

Je ne dresse pas le bien

Pas le mal et le bien face à face

Car ils sont ensemble

Toujours ensemble

Dans le cours aventureux des siècles.

En face du mal, en face du bien

Ensemble

Je ne vois que la vie

Ensemble

Bien plus vaste que tout ce que je puis

Connaître et penser.

 

(Henri Bauchau)

09:01 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

26/12/2018

La France interdite (Laurent Obertone)

La France interdite.pngL’immigration est-elle une chance pour la France ? L’immigration nous enrichit-elle de sa diversité ? Le solde migratoire est-il négligeable et parfaitement stable depuis les années trente ? Quel est le nombre précis d’immigrés présents sur notre territoire ? Les Blancs seront-ils encore majoritaires en Europe dans une trentaine d’années ? Le métissage généralisé est-il inéluctable ? Assiste-t-on à un grand remplacement comme le prétend Renaud Camus ? La chute du QI aura-t-elle des conséquences ? L’immigration rend-elle notre pays plus prospère, plus compétent, plus heureux, plus civique et plus sûr ? Autant de questions politiquement incorrectes auxquelles Laurent Obertone ose répondre dans une enquête sur un sujet tabou : la disparition programmée, organisée par ses élites, d’une nation qui estime, à plus de 70% selon les sondages, que les immigrés sont déjà bien trop nombreux et qu’il serait grand temps de freiner voire d’inverser la déferlante qui submerge le pays…

« La France interdite » est une enquête sérieuse, sourcée, basée sur des travaux d’organismes officiels. L’auteur s’est courageusement attaché à examiner scientifiquement et sans a-priori cette question épineuse, rendue quasiment taboue par l’idéologie dominante qui ne fait que répéter des dogmes sans aucune réalité, qui maintient l’opinion majoritaire dans un état de sidération par le biais d’un matraquage médiatique permanent et systématique. Un à un, chiffres à l’appui, toutes les affirmations de cette « élite » sont démenties par les faits, la triste réalité que chacun peut constater par simple observation : tout ce qu’on nous a raconté depuis trente ans et plus n’est qu’une suite de mensonges, d’axiomes jamais vérifiés ou de dogmes à croire aveuglément que la bien-pensance oblige, sous peine d’ostracisme et de « reductio ad hitlerum », à entériner. Un livre de grande qualité, parfaitement écrit, agréable à lire et surtout courageux, salutaire et indispensable à tout citoyen qui cherche à s’informer sur un problème crucial et ne veut pas mourir idiot !

4,5/5

08:40 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

25/12/2018

Pensées plus ou moins correctes (143)

Dostoievski.jpgORDURE

« L’homme est une ordure, il s’habitue à tout. »

(Dostoïevski)

OREILLE

« L’oreille n’est jamais trop vieille pour apprendre. »

ORGUEIL

« L’orgueil ne réussit jamais mieux que quand il se couvre de modestie. »

(Chevalier de Méré)

« Quand l’orgueil chemine devant, honte et dommage suivent de près. »

(Gabriel Meurier)

« L’orgueil fait partie de cette tendresse infinie que l’on doit avoir pour soi-même et sans laquelle tout bonheur me paraît improbable. »

(Sacha Guitry)

« L’orgueil de vouloir changer les hommes est l’arrogance aveugle d’une pensée puérile. »

(George Duhamel)

24/12/2018

Joyeux Noël

creche-2013-bougies-1.jpg

Que la paix soit en nos cœurs…

08:25 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

23/12/2018

Contes liquides (Jaime Montestrela)

contes liquides.jpgLe jour du Mardi-Gras, les hommes jouent aux femmes, les femmes aux hommes et les enfants aux adultes… Les Tihotuhop sont végétariens, mais ils font exception en se régalant de piranhas le jour de la cérémonie du Recyclage… À l’approche des vacances d’été, de nombreux jeunes gens se ruent dans les bibliothèques, les musées et les séminaires de philosophie pour faire rayonner plus puissamment leur aura… Un condamné à mort a pour dernière volonté de n’être exécuté qu’après avoir eu le temps d’apprendre le chinois… À Pine Gulch, le conseil municipal a décidé d’expulser de la langue tout vocable ayant une référence à la sexualité… Sur un archipel des Philippines, des insulaires ne savent pas compter au-delà de 456…

« Contes liquides » est un recueil de très courts contes ou historiettes. L’auteur portugais a réduit chacune de ses narrations à une demi-page maximum. Ces petits textes humoristiques, étranges ou carrément absurdes sont d’intérêt variable. Ils vont de la blague Carambar au conte philosophique en passant par les traits d’humour potache, les élucubrations absurdes ou les simples jeux de mots ou d’esprit. Le style est incisif, minimaliste et souvent apte à dire beaucoup sans grands développements. C’est amusant, léger, parfois facile et quelquefois ça donne à réfléchir sur la sottise de certains de nos comportements. Un auteur un peu méconnu, mais qui mérite le détour.

4/5

08:46 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

22/12/2018

Bienvenue sur Déliciosa (Roman)

Disponible version e-book

09:05 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

21/12/2018

Denys l'aéropagite et le nom de Dieu (Jean-Paul Mongin)

Denys l'aéropagite.jpgDans un temple abandonné d’Héliopolis, ancienne capitale désertée au profit d’Alexandrie, deux jeunes Grecs, Denys et Apollophane devisent sur la meilleure manière de qualifier Dieu quand une éclipse de lune se produit plongeant tout le pays dans l’obscurité. La stupeur passée, ils reprennent leurs esprits et en viennent à se demander si Dieu ne serait pas cette lumière aperçue au cœur des ténèbres. Dieu étant représenté par des animaux chez les Egyptiens, par des hommes chez les Grecs et par rien chez les Hébreux, Denys décide de partir à Athènes pour tenter d’éclaircir cette affaire auprès des plus grands théologiens et philosophes. À l’issue d’un périlleux voyage en Méditerranée, il fera une rencontre qui marquera sa vie : celle de l’apôtre Paul de Tarse, très intéressé par cette histoire de « Dieu inconnu »…

« Denys l'aéropagite et le nom de Dieu » se présente comme un petit livre d’initiation à la philosophie, but manifeste des éditions « Les petits Platons » dont d’autres titres portent sur Pascal, Rousseau, Leibniz, Socrate, Heidegger ou Kierkegaard, entre autres. Mission louable en soi, mais œuvre de vulgarisation ô combien difficile quand on connait le niveau de réflexion moyen de nos ados. Le texte de Jean-Paul Mongin est facile d’accès et agréable à lire même si l’histoire de Denys n’est abordée que de manière succincte en particulier sur sa fin. Décapité sur le Mont des Martyrs à Lutèce ou finissant sa vie comme anachorète dans un lointain désert syrien, c’est au choix. N’y aurait-il pas plutôt eu deux Denis parmi les premiers chrétiens ? Les illustrations de Ghislaine Herbéra sont fraîches et charmantes avec un côté naïf qui convient bien au sujet. Celle de couverture fait penser à un dessin de Cocteau avec son trait épuré et plutôt minimaliste. Celles illustrant le texte sont beaucoup plus colorées, parfois un peu trop sombres, ce qui gène un tantinet la lecture. L’ensemble assez réussi peut donner envie à certains jeunes plus curieux que d’autres de creuser un peu plus la question après cette intéressante mise en appétit.

3,5/5

08:19 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)