Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/12/2019

Week-end inoubliable en Transylvanie (Nouvelle)

08:33 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

27/12/2019

Poèmes pour petits et grands (98)

L’étourdi

 

Il était un étourdi

De la cité des radis ;

 

Il s’éveille à l’aube grise,

Veut enfiler sa chemise,

Passe les manches… Allons

Bon ! C’est son vieux pantalaon.

 

Ah, là la ! Quel étourdi

De la cité des radis !

 

Endosse une canadienne,

On lui dit : « C’est pas la tienne ! »

Va pour mettre ses bottines,

On lui dit : « C’est à Nadine ! »

 

Ah, là la ! Cet étourdi

De la cité des radis !

 

Au lieu d'un bonnet à poils,

Il s’est coiffé… d’une poêle,

À ses pieds, il voulait mettre

Des gants en guise de guêtres.

 

Non ! Vraiment quel étourdi

De la cité des radis !

 

(Léon Robel)

08:26 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (1)

25/12/2019

Pensées plus ou moins correctes (179)

shakespeare.jpgPRÊTER

« Ne sois ni emprunteur ni prêteur d’argent. Prêter, c’est perdre tout ensemble, argent et amis. »

(William Shakespeare)

« On ne prête qu’aux riches. »

PRÊTRE

« Les prêtres dégoûtent les enfants de la religion comme les professeurs les dégoûtent des classiques »

(Jean Dutourd)

PRIERE

« Mettre la prière à côté de sa vie, fut-ce même tout juste à côté, c’est poser la clé juste à côté de la serrure. »

(Charles de Foucault)

« Quand les dieux désirent nous punir, ils exaucent nos prières. »

(Oscar Wilde)

« La prière, c’est la clé du matin et le verrou du soir. »

(Mahatma Gandhi)

PRIMITIF

« Pas de corruption, pas de malbouffe, pas de pollution, pas de sans-abri, pas de bombes, pas de prison, pas de misère, pas de dette… et on prétend qu’ils sont primitifs ! »

(Slogan de l’ONG Survival)

PRINCE

« Le meilleur des princes est celui dont on ignore l’existence. »

« Les princes ont cent moyens pour attaquer la liberté, le peuple en a fort peu pour la défendre. »

(Jean-Paul Marat)

09:06 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

24/12/2019

Noël

Joyeux Noël.jpg

Joyeux Noël aux lectrices et lecteurs occasionnels ou fidèles de ce blog.

Que la paix et la joie soient dans nos cœurs !

Et gare à la crise de foi(e) !

09:37 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

23/12/2019

Les fanfarons du roi (Paul Féval)

Les fanfarons du roi.jpgÀ Lisbonne, en 1662, la famille de Bragance est revenue sur le trône après une période de domination hispanique. Dona Louise de Guzman, veuve du roi Jean, exerce la régence jusqu’à la majorité de son fils Alphonse. Impotent et faible d’esprit, ce dernier ne jure que par son favori, Conti de Vintimille, un Génois fils de boucher, aussi ambitieux que dépravé. Chaque nuit, il lâche dans la ville deux troupes de ses sbires, « les Goinfres » chassant à pied et « les Fanfarons » à cheval. Malheur au bourgeois ou à la pauvre fille qui tombe entre leurs mains. Le peuple excédé commence à s’organiser en sociétés secrètes quand Conti fait proclamer un édit royal interdisant à tous les habitants de la capitale portugaise l’usage des torches la nuit et le port de toute arme. Mais voilà qu’un certain Simon de Vasconcellos, noble de haute lignée, s’oppose résolument à cette loi inique…

« Les fanfarons du roi » est un roman de cape et d’épée paru en 1843 d’abord sous forme de feuilleton à raison d’un chapitre par livraison. C’est également et surtout un roman historique comme on n’en écrit plus, c’est-à-dire très fidèle aux évènements. Le prolifique auteur (200 titres à son actif) surtout connu pour « Le Bossu » disposant d’un style fluide et agréable, propose une narration rapide enchainant sur un rythme soutenu toutes les péripéties habituelles du genre : enlèvements, coups d'épées, ingénue menacée, jumeaux devenant frères ennemis, traitres, spadassins sans foi ni loi et bien sûr un colosse loyal, courageux et fidèle jusqu’à la mort. Truffé de rebondissements, cet ouvrage reste un vrai plaisir de lecture en dépit de son grand âge. En son temps, Paul Féval fut un maître du genre, faisant jeu égal avec les plus grands comme Dumas, Sue ou Zévaco. Pour se distraire en en apprenant pas mal sur une crise de régime dans le cas présent, rien de tel que ce genre d’ouvrage.

4/5

08:34 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

22/12/2019

Le mammouth m'a tué (Témoignage)

08:52 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

20/12/2019

La petite Maria (Nouvelle)

Nouvelle extraite du recueil "LOLLYBLOG"

Ouvrage disponible version papier et e-book

https://www.amazon.fr/Lollyblog-Nouvelles-Bernard-Viallet...

09:20 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

19/12/2019

Franz (Christian Combaz)

franz-363954.jpgD’ascendance britannique, autrichienne et italienne, Franz Channing fait partie d’une famille tout à fait atypique. Son père, alcoolique, tire le diable par la queue, exerce mille métiers, tente des transactions risquées qui finissent mal le plus souvent. Sa mère devient fanatique d’une secte américaine. Sa sœur Annette se retrouve retenue en otage par la famille italienne pour obtenir le remboursement d’une somme détournée par son père. Et lui-même est une sorte de surdoué qui parle six langues, peint, sculpte, tire le portrait de nombre de gens mais surtout de Yoli, orpheline recueillie par un couple de Hongrois, qu’il connait depuis l’enfance et dont il est secrètement amoureux. Fan de deltaplane, Franz passe également son temps à prendre des photos de mains et à en tirer des prémonitions qui s’avèrent souvent exactes. Ses flashs lui permettant de prédire l’avenir intéressent de plus en plus de monde et même de beau monde, Franz en vient rapidement à sortir de la gêne et à voyager un peu partout dans le monde.

« Franz » se présente comme un roman classique où l’élément sentimental avec la romance sans issue vécue avec Yoli le dispute au volet social avec la dislocation progressive d’une famille partant à vau l’eau. Les personnages sont originaux mais pas tous sympathiques ou attachants. L’intrigue repose sur une suite de petits faits du quotidien, finement et même malicieusement observés. La narration classique mais très particulière de Combaz réussit le tour de force d’être à la fois minimale et allusive (des faits importants décrits en une phrase ou deux) et lente et sans rythme dans les descriptions des ressentis et autres états d’âme des uns et des autres. L’ensemble procure une lecture plutôt laborieuse. Le lecteur parvient péniblement au bout des 492 pages, bien triste que tout s’achève de cette façon pour Yoli et Franz, mais en se disant qu’une telle histoire aurait pu avantageusement être réduite à 180 voire 200 pages.

3/5

08:40 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

17/12/2019

Poèmes pour petits et grands (97)

Fargue.jpgPaysage

 

Le pays

A trois lignes… (Ce n’est rien !)

Il est triste…

 

Trois brins d’herbe dans ce vide

Paraissent très grands.

 

Trois oiseaux s’en vont

Comme à coups de faux

Là où l’horizon

Lève ses coins bleus.

 

Un passant chagrin,

Là-bas, tout petit,

Chemine,

Et trois écoliers,

Sont dans le sentier.

Le soir est doux.

 

Une croisée brille

Meurt et revient

Au loin.

(La lampe allumée

C’est bientôt la nuit.)

 

(Léon-Paul Fargue)

08:19 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)

15/12/2019

Pensées plus ou moins correctes (178)

orwell.jpgPRESSER

« Nous allons vous presser jusqu’à ce que vous soyez vides, puis nous vous emplirons de nous-mêmes. »

(George Orwell)

PRESSION

« La pression, il vaut mieux la boire que la subir ! »

PRETENDU

« Les prétendues vérités historiques n’ont pas plus de réalité que les prétendues vérités religieuses. »

(Sieyès)

PRETENTIEUX

« Je n’aime pas qu’on me rapporte ce que les gens disent de moi derrière mon dos… ça me rend prétentieux. »

(Oscar Wilde)

09:02 Publié dans Concept | Lien permanent | Commentaires (0)