Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2021

Fortunes et infortunes d'un exilé cambodgien (Kim Ang Srun)

Fortunes et infortunes.jpgEn 1972, alors que le Cambodge est en pleine guerre civile et que les Khmers rouges sont presque arrivés aux portes de Phnom Penh, le jeune Kim obtient une bourse de l’OMS qui lui permet d’aller poursuivre des études d’ingénieur en génie civil à l'école Mohammadia de Rabat. Pendant qu’il y mène une scolarité un brin chaotique (il doit redoubler à deux reprises), sa famille, un peu aisée donc considérée comme contre-révolutionnaire, est déportée à la campagne pour y subir un destin tragique. Seule une sœur partie avant et deux de ses sept frères parviendront à échapper à la mort. Le bébé de la sœur aînée sera saisi par les pieds par un jeune Khmer rouge qui lui fracassera le crâne contre le tronc d’un arbre. Au Maroc, Kim est devenu apatride. Son passeport périmé ne peut pas être renouvelé. Il ne dispose plus que d’un permis de séjour valable un an. Son diplôme en poche, il trouve un poste de chef de service dans une société d’assainissement des eaux qui l’envoie en mission au Sahara occidental où il se retrouve bien vite enlevé et pris en otage par un groupe de rebelles du Front Polisario. Ne voulant pas avoir de problème avec ce « Chinois », ils se débarrassent de lui dès le lendemain en l’abandonnant en plein désert avec une bouteille d’eau…

« Fortunes et infortunes d’un exilé cambodgien » est une biographie retraçant le parcours atypique et largement semé d’embûches d’un jeune homme cherchant son destin d’abord au Maroc, puis au Nouveau Mexique (USA) et finalement en France. Ses débuts sont difficiles au Maroc où il accumule les ennuis et les déconvenues. Ainsi se retrouve-t-il un temps en prison pour avoir renversé et tué accidentellement un gamin qui s’était jeté sous les roues de sa voiture. Ainsi l’accuse-t-on du viol d’une jeune fille marocaine qu’il n’avait jamais rencontrée. Ainsi un commissaire de police lui propose-t-il de devenir indic pour lui éviter d'autres poursuites. Son niveau d’anglais étant insuffisant pour pouvoir être accepté dans une université américaine, il rejoint en France sa sœur et ses deux frères survivants. Il y trouvera un excellent accueil, passera un DEA et présentera une thèse qui lancera sa carrière d’ingénieur. Il se mariera avec une étudiante en arts plastiques coréenne, aura deux garçons qui feront d’excellentes études et ne reviendra au Cambodge que 40 années plus tard. Un témoignage émouvant, plein d’humilité, de courage et de sincérité. L’exemple même d’une insertion parfaitement réussie. En ces temps de séparatisme exacerbé, il est bien agréable de lire semblable histoire.

4/5

08:49 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire