Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2022

Marchandiser la vie humaine (Maria Poumier)

Marchandiser la vie humaine.jpgLe 29 juillet 2020, les députés ont voté l’ouverture de la PMA (procréation médicalement assistée) à toutes les femmes quel que soit leur statut et avec remboursement par la sécurité sociale. Grâce à la crise sanitaire, le projet mondialiste de marchandisation de la reproduction humaine s’est ainsi brusquement accéléré… En France, un couple sur six n’arrive pas à avoir d’enfant sans intervention de la technologie médicale. La production de spermatozoïdes est en chute libre ces dernières années en Occident. Pesticides dans les végétaux, hormones chez les animaux et produits chimiques divers et variés dans notre nourriture seraient les causes de cette avancée massive de la stérilité humaine, sans oublier la prise prolongée de contraceptifs chez les femmes ainsi que la consommation excessive de drogue et d’alcool pour tous. Cette stérilité peut amener à l’adoption, la plupart du temps à l’étranger (le nombre d’enfants français éligibles restant très insuffisant face à la demande) avec tous les trafics lucratifs et scandaleux que cela implique (Arche de Zoé). Le mariage des homosexuels a également placé dans les tuyaux la GPA (grossesse pour autrui ou grossesse pour de l’argent) avec son lot de souffrances pour les mères porteuses, sans parler de la transformation de l’enfant en marchandise que l’on vend, achète et arrache à sa mère (souvent pauvre) pour le confier à des personnes (toujours nanties) qui l’emmènent dès sa naissance loin d’elle et même vers d’autres cieux.

« Marchandiser la vie humaine » est un essai sur un sujet brûlant, celui de la réduction de l’enfant, mais aussi de la femme et de l’homme au niveau de l’objet, une réification qui devient possible avec toutes les lois sociétales qui, en apparence, apportent un plus, en particulier aux femmes voulant disposer de leur corps, mais en réalité aboutissent, étapes par étapes, à une forme d’esclavage moderne et à une négation du caractère sacré de la vie humaine. Le tout pour satisfaire un certain droit à l’enfant en bafouant les droits de l’enfant. S’il évoque discrètement les possibles affreuses dérives, comme la pédophilie, la prostitution en réseaux ou les trafics d’organes, le livre ne s’étend pas particulièrement sur le sujet. Le lecteur remarquera également plusieurs contributions permettant d’illustrer ou compléter le propos en fin de volume. Lucien Cerise, avec un article plein de tonus et de bon sens comme à son habitude. Françoise Petitdemange et Sébastien Renault présentent d’autres aspects de la question comme les volets juridiques avec quelques affaires retentissantes de couples d’homosexuels ayant profité de grossesses de mères porteuses à l’étranger et ne pouvant pas rentrer en France avec le fruit des entrailles d’une autre. Armada, quant à lui trace un parallèle assez troublant entre la traite négrière et cette marchandisation. (Affreux néologisme d’origine anglo-saxon, noterons-nous au passage, qui n’a guère d’équivalent en vrai français si ce n’est « trafic », « vol » ou « contrebande », qui ne sont pas des euphémismes, eux.

4/5

08:22 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire