Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2012

Bienvenue sur Déliciosa... (Chapitre II 2ème partie)

08:54 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

08/03/2012

Bienvenue sur Déliciosa... (Chapitre II 1ère partie)

08:52 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

11/02/2012

Bienvenue sur Déliciosa... (Video d'introduction)

09:08 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

29/01/2012

Les Tanathophores (Nouvelle de B.Viallet)

Acheter Dorian Evergreen

Cette nouvelle (incomplète sur la vidéo)est extraite du recueil "Dorian Evergreen", Version papier disponible sur TheBookEdition.com (cliquer sur l'image), Version E-book disponible sut Amazon Kindle (cliquer sur le menu déroulant)

(Tous droits réservés) 

26/01/2012

Psychologie des foules (Gustave Le Bon)

La psychologie des foules.jpgPourquoi une foule fanatisée est-elle capable de tout, du pire comme du meilleur ? Comment une foule psychologique se forme-t-elle ? En quoi n'a-t-elle que peu à voir avec un agrégat d'humains rassemblés au hasard ? De qui et de quoi est-elle composée ? Comment réagit-elle aux sollicitations ? Qui sont ses meneurs ? Comment parviennent-ils à leurs fins ?

Paru en 1921, ce livre majeur de psychologie et de sociologie devenu une référence et un classique, répond brillamment à toutes ces questions et à bien d'autres en démontant nombre de mécanismes de manipulation, d'embrigadement et de propagande. Le Bon illustre son propos par de nombreux exemples tirés de l'Histoire (apogée et chute de l'Empire Romain, Révolution Française, Napoléon, Boulanger, Lesseps et quelques autres...) Le lecteur contemporain pourra y ajouter quelques dictateurs comme Hitler, Staline, Mao, Pol Pot et autre Kim Il Jong en se disant que tous ces phénomènes n'ont fait que croître et embellir ! En dépit d'un sujet relativement ardu, « La Psychologie des Foules » demeure un livre passionnant où le lecteur apprendra encore beaucoup tout en restant admiratif devant la finesse de l'analyse, la clarté du propos et l'élégance du style.

Citations : « Les foules ont des opinions imposées, jamais des opinions raisonnées. »

« La puissance des foules est la seule force que rien ne menace et dont le prestige ne fasse que grandir. L'âge où nous rentrons sera véritablement l'ère des foules. »

« Le droit divin des foules va remplacer le droit divin des rois. »

« Les foules n'ont de puissance que pour détruire. »

« Les foules sont incapables d'avoir des opinions quelconques en dehors de celles qui leur sont imposées. »

« On conduit les foules en cherchant ce qui peut les impressionner et les séduire. »

« Dans les foules, c'est la bêtise et non l'esprit qui s'accumule. »

« La foule ne peut qu'être d'une crédulité excessive. »

« Les Jacobins de la Terreur étaient aussi foncièrement religieux que les Catholiques de l'Inquisition et leur cruelle ardeur dérivait de la même source. »

« Les foules ont une telle soif d'obéir qu'elles se soumettent d'instinct à qui se déclare leur maître. »

« La foule est toujours intellectuellement inférieure à l'homme isolé. »

« C'est l'intelligence qui guide le monde, mais elle le guide de fort loin.»

« L'homme moderne est de plus en plus envahi par l'indifférence. »

 

5/5

09:07 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (2)

25/01/2012

Pensée Inique (Video)

Acheter Dorian Evergreen

21/01/2012

Le Renard et le loup (Video)

Acheter Dorian Evergreen

02/11/2010

Les Faux As (Bernard Viallet) Une critique

les faux as.jpgAlors que les histoires concernant la « banlieue » défraient régulièrement la chronique médiatique, peut-on dire que nous sachions réellement de quoi il en retourne derrière ce vocable finalement peu précis ?
C'est un séjour au cœur des banlieues les plus chaudes, représentées principalement par la cité des Asphodèles que nous convie l'auteur des Faux As.
L'usage d'une langue parfaitement correcte mais parsemée aux bons endroits de termes argotiques du cru contribue à mettre le lecteur dans le bain. L'originalité et l'humour, malgré certaines scènes particulièrement violentes, sont au rendez-vous.
Intrigue bien menée, suspens, rythme, progression régulière de l'action, le roman les Faux As est une excellente carte littéraire qui se veut également une prise de vue très nette, un témoignage concret de ce qui se passe en banlieue. Les quelques exagérations nécessaires à la dynamique de l'histoire restent réalistes. Il faut dire que Bernard Viallet connaît bien ces lieux qu'il a déjà dépeints - avec une tendresse contrastant avec l'environnement - dans son témoignage autobiographique de directeur d'école « Le Mammouth m'a tuer ».
Au travers de chapitres assez courts, Viallet nous dessine les portraits de tous ces habitants, jeunes ou vieux, français de souche ou étrangers, racailles ou policiers.
Sans rancœur, Viallet nous décrit des gens finalement tous livrés à eux-mêmes, voyous mineurs s'extériorisant dans des exactions de plus en plus violentes et malsaines, citoyens français abandonnés par une police elle-même dépassée et craintive, clandestins courageux manipulés puis laissés à leur triste sort, politiques égoïstes eux-mêmes inconscients de la réalité sociale.
La religion est également abordée, au travers de l'Islam, mais également du Christianisme plus présent en ces zones qu'on ne peut le croire.
C'est d'ailleurs par la Foi et l'Amour que propose Bernard Viallet de s'évader de ces banlieues, que l'auteur nous présente comme un maelström d'incompréhensions et de vengeances réciproques sans cesse renouvelées et amplifiées.
Le message d'espoir qui malgré tout clôt cette œuvre nous fait un peu regretter qu'aucune véritable cause initiale ne soit donnée sur l'état de fait présent dont on semble ne plus pouvoir sortir.
C'est sans doute ce qui fait de ce roman, malgré tout très humoristique par sa franchise, un matériau au fort pouvoir de réflexion.

09:26 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (2)

02/06/2010

Kangouroad movie (A.D.G)

 

Au fin fond de l'outback australien, deux gardiens de la barrière anti-dingos, Paddy O'Flaherty, un blanc désenchanté ancien des SAS et Pickwick, un énigmatique aborigène, découvrent non loin de leur campement cinq cadavres dont quatre sont atrocement mutilés. Et ils aperçoivent avec effroi une silhouette qui n'a rien d'humain disparaître dans la nuit. Débute alors dans le bush sauvage une enquête difficile hantée par la culture millénaire des Abos du Queensland qui leur fera rencontrer une étonnante Suissesse randonneuse, un allemand prétendument nazi et une tribu belliqueuse prête à tout pour rendre infernale la vie des compagnies minières, de la police, des propriétaires terriens et autres Blancs bien loin d'être eux-même des anges. Le tout sur fond de trafics des plus surprenants.

Ce livre, présenté comme thriller et policier par Folio, est aux antipodes (c'est bien le cas de le dire) de la production habituelle d'A.D.G. Ici, le dépaysement est total pour le lecteur, plus de polar provincial franchouillard avec ses truands à la San-Antonio, mais bien une sorte de road-movie quasi cinématographique dans un décor totalement exotique et parfaitement décrit : le Queensland australien dans toute sa sauvagerie écrasée de soleil et de sècheresse. Il faut préciser que ce livre est le tout dernier d'A.D.G et qu'il l'a rédigé suite à un long séjour là-bas, ce qui se sent à la lecture. Plus que l'histoire distillée sur un tempo un peu poussif, c'est le pays lui-même qui représente le centre d'intérêt principal de ce livre qui mérite d'être lu simplement pour parfaire notre connaissance de ce pays lointain aux habitants plutôt étranges. (On apprend énormément sur les aborigènes) Mais ne cherchez pas le style qui a fait la réputation de l'auteur. Ici, plus d'argot, plus de langue verte, plus de jeux de mots, plus de trouvailles truculentes, juste du classique et de l'efficace, un peu à l'américaine. Dommage.

3/5

 

 

09:09 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : thriller

19/04/2010

No impact man (Colin Beavan)

 

Inquiet des effets néfastes occasionnés par son mode de vie sur l'environnement (réchauffement climatique, déforestation, pénurie d'eau, pollutions diverses et variées), Colin Beavan, écrivain et bobo new-yorkais décide de prendre le taureau par les cornes et de tenter une expérience extrême : vivre pendant un an avec sa famille en rejetant le moins possible de déchets et de CO2. Réduire à quasi zéro son empreinte sur l'environnement, devenir « No Impact Man ». Il doit donc renoncer au jetable, aux emballages, à utiliser la voiture et même l'ascenseur. Au début tout se passe relativement bien, il roule à vélo, monte et descend de dizaines d'escaliers, ce qui le remet en forme et lui permet de mincir, mais graduellement, il franchit divers paliers : renoncer au papier WC, aux couches plastique pour enfant, aux produits chimiques, à tout produit de la terre non cultivé au-delà d'un périmètre de 400 km et même à la viande. Et ce n'est pas fini, il lui reste à se passer d'électricité. Parviendra-t-il à ses fins ? Comment lui et sa famille ressortiront-ils de cette expérience peu commune.

Livre beaucoup plus sérieux qu'il n'y paraît au premier abord. Ce concept est tellement poussé qu'il aurait pu être amusant si la description de ce mode de vie l'avait été avec humour. Mais il n'en est rien. Beavan est un environnementaliste convaincu. Il veut prêcher par l'exemple et nous faire réfléchir sur notre mode de vie basé sur une consommation à outrance et un gaspillage éhonté des ressources (limitées) de notre planète. Ses arguments sont sérieux, étayés et convaincant. Le buzz occasionné par son livre et par son expérience relayée d'abord par un blog puis par les médias du monde entier, semble aussi important que ne le fut la parution en son temps du « Printemps silencieux » de Rachel Carson. Cette affaire ne peut que donner à réfléchir et qu'entrainer une prise de conscience chez le lecteur. Certains pensent que rien ne se fera en dehors de l'action collective. Beavan répond que cette action collective ne sera que la résultante de milliers d'actions individuelles, sans doute moins radicales que la sienne. Si vous êtes sensibilisé aux problèmes environnementaux, lisez ce livre surprenant, dérangeant et utile, c'est une mine...

4,5/5

 

 

08:49 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ecologie