Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/07/2016

Pensées plus ou moins correctes (71)

coluche.jpgHIERARCHIE

« La hiérarchie, c'est comme une étagère, plus c'est haut, plus c'est inutile. »

(Coluche)

HISTOIRE

« L'Histoire est écrite par les vainqueurs. »

(Robert Brasillach)

« L'Histoire est la science du malheur des hommes. »

(Raymond Queneau)

« Ceux qui ne connaissent pas leur histoire s'exposent à ce qu'elle recommence. »

(Elie Wiesel)

HISTORIEN

« Ce qu'il y a de plus heureux pour les historiens, c'est que les morts ne puissent protester. »

(Aurélien Scholl)

 

08:31 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

10/07/2016

Les Faux As (Chapitres 1 à 35)

08:59 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

08/07/2016

Le retour du petit homme (Chapitres 1 à 13)

09:05 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

04/07/2016

La pension (Nouvelle inédite)

08:25 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

02/07/2016

Le premier homme sur Mars sera une blonde / Episode 12 (G.M.Giudicelli)

 

le premier homme sur mars.jpgMatsya et ses compagnons qui ne sont plus qu’à quelques heures du décollage doivent maintenant procéder aux dernières vérifications pour que tout soit « normalisé » à bord. Lors d’une simulation de sortie dans l’espace pour réparer un panneau solaire qui a refusé de se déployer, un incident de pressurisation met en difficulté notre sympathique apprentie astronaute…

Ce douzième épisode de la saga « Le premier homme sur Mars sera une blonde » reste parfaitement dans l’esprit des précédents, c’est-à-dire dans celui d’une science-fiction déjantée, humoristique et tout ce qu’il y a d’originale. L’héroïne, people au caractère bien trempée, un brin cabocharde voire capricieuse, est autant amusante qu’attachante et la collision entre la futilité de son monde et l’exigence de celui de l’astronomie aussi réjouissante que désopilante. La scène du pipi dans l’espace en est un bel exemple ! Inutile de dire que, parvenu au terme de sa lecture, le lecteur a trouvé l’épisode trop court, a été frustré de devoir quitter cette histoire bien écrite (à noter le mélange détonant de parler « djeuns », d’argot à la Audiard et de globish…) et bien sûr ne manquera pas de se précipiter pour dévorer la suite dès sa parution. Quel dommage que l’ensemble ne soit pas immédiatement disponible dans sa totalité !

4,5/5

 

08:29 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

29/06/2016

Marvin, épisode 1 (Vincent Virgine)

marvin.jpegMarvin est un jeune homme fort peu tolérant. Ses contemporains l’agacent au plus haut point. Il déteste la promiscuité du métro tout comme les papotages et les manigances de ses collègues de bureau. Un jour, quand un inconnu s’assoit sur lui sans s’excuser, Marvin pète un plomb, il lui plante son couteau dans le ventre et comme il craint que sa victime en réchappe, il le refrappe à la gorge. Nul doute que ce crime va être le premier d’une longue série…

Ce premier épisode intitulé « Sous la terre, le mal » se lit rapidement et facilement. L’intrigue est d’une simplicité biblique. Marvin en a marre des humains. Il suffit que l’un d’eux lui marche sur les pieds ou le regarde d’un sale œil pour qu’aussitôt, il ait envie de le trucider. On l’aura compris, Marvin est un psychopathe de la pire espèce. Le style de l’auteur est simple, sans détours ni fioritures. Il va à l’essentiel en ne posant parfois qu’un ou deux mots par ligne et en usant et abusant des élisions ( j’vais aller, j’fonce, j’m’d’mande, etc. ). On nous annonce l’entrée en scène de Miles, ex-flic tombé dans l’alcoolisme. Cela suffira-t-il à relancer l'intérêt et nous motiver pour suivre cette saga ? J’ai quelque doute, mais je suppose que les vrais amateurs du genre ne résisteront pas au plaisir de suivre de l’intérieur le parcours sanguinaire de ce malade mental des plus étranges.

4/5

 

08:27 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

22/06/2016

Karma City (Pierre-Yves Gabrion)

cover170w.jpegKarma City se veut une cité idéale basée sur les lois universelles du Karma et où la recherche de l’intérêt général prime sur tout intérêt personnel. C’est l'unique but de ses résidents. Arrivant en voiture de la zone grise, la jeune Emma List, paléontologue spécialisée dans l’étude des civilisations pré-karmiques, se présente au poste de contrôle comme journalière. Le garde la laisse passer malgré un karma un peu troublé. Mais, quelque temps plus tard, sur la route de la corniche, elle est victime d’un accident mortel. Kate Cooper, Asuka et Napoli, trois membres du bureau central des enquêteurs, se rendent sur les lieux…

« Karma City » est une BD de science-fiction et d’anticipation présentant une intrigue intéressante et un graphisme de très belle qualité. L’histoire semble passionnante autant que le lecteur en puisse juger avec ce seul premier épisode proposé gratuitement à titre de « teaser ». Les personnages sont amusants et un peu caricaturaux. Aussi bien la stagiaire coincée que le vieux briscard taciturne et blanchi sous le harnais ou que le macho rigolard et pas très drôle. Nul doute que cette série de fort belle qualité, ce qui n’étonne nullement chez Dupuis, deviendra très vite addictive chez les amateurs du genre.

4,5/5

 

09:18 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

20/06/2016

Le Mammouth m'a tuer (Chapitres 1 à 4)

08:19 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

18/06/2016

Léopoldine (Corine Valade)

511QNkKNOEL._AC_US160_.jpgEn 1916, la jeune Creusoise Léopoldine Montagne est infirmière sur le front de Champagne. La guerre de tranchées fait rage. Dans son hôpital de campagne, elle rencontre deux frères, Vladimir et Illia, qui font partie d’une des deux brigades de soldats russes envoyés par le Tsar Nicolas II au titre d’une aide en hommes en échange d’une aide en matériel de guerre de la part de la France. Vladimir est atteint de tuberculose. Illia finit par être blessé et abandonné dans le no man’s land. N’écoutant que son amour naissant et que son courage, Léopoldine se déguise en soldat, se lance en avant des lignes et le sauve de justesse. Mais les évènements se précipitent. Quand le Tsar est destitué, les soldats russes mettent la crosse en l’air et demandent à être rapatriés. Ils sont éloignés du front pour éviter que la rébellion ne contamine les rangs français et enfermés dans le camp de La Courtine au fin fond de la Creuse. Pour protéger son frère Clément, mutin en fuite, Léopoldine qui parle parfaitement le russe, est obligée d’informer régulièrement l’Etat-major sur l’état d’esprit des Russes. Des Soviets de soldats se constituent, la situation empire, le drame est proche… L’amour de Léopoldine et d'Illia résistera-t-il dans la tourmente de cet épisode dramatique et méconnu de la Première Guerre Mondiale ?

Comme dans ses précédents livres, Corine Valade surfe aux limites du roman de terroir, du roman historique et du roman sentimental avec en ligne de fond quelques convictions bien établies comme le féminisme, la justice sociale et l’amour de la Liberté. Et quoi de plus tristement révélateur que cette monstrueuse affaire de La Courtine où l’on vit des Russes loyalistes, largement soutenus par des soldats français, tirer sur des Russes révoltés, autant dire les prémisses sur le sol de France de la guerre civile russe qui allait suivre la révolution d’octobre. Fort heureusement, ce volet historique assez sombre est tempéré par le côté sentimental de cette belle histoire. Les personnages de Léopoldine, femme de tête, en avance sur son temps, d'Illia, de Vladimir, de la pétulante infirmière canadienne et de bien d’autres sont attachants et tous pétris d’humanité. Le lecteur ne peut suivre qu’avec passion leurs aventures. L’intrigue qui aurait pu sombrer dans le mélo ou dans le roman noir s’achève sur un « happy end » rassurant. Quant à la partie « terroir », elle est nettement moins étoffée que dans les précédents romans de l’auteur. Plus de tapisserie d’Aubusson, de lissiers ou de brodeurs, mais juste un peu de joaillerie et d’horlogerie, l’accent étant plutôt mis sur la vie quotidienne sur le front et à l’arrière. À noter également, le gros travail de documentation (en dehors de Jean Anglade avec « Y a pas de Bon Dieu », le sujet a été très peu traité) ainsi que la qualité de la narration, fluide, vivante et très agréable à lire.

4,5/5

 

08:52 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

17/06/2016

Pensées plus ou moins correctes (69)

guitry.jpgHERMETIQUE

« Aimez les choses à double sens, mais assurez-vous bien qu'elles ont un sens. Souvenez-vous qu'on peut être hermétique et ne rien renfermer. N'oubliez pas que hermétique, ça veut dire également bouché. Et quand une phrase ténébreuse, alambiquée, vous donne le vertige, souvenez-vous que ce qui vous donne encore le vertige, c'est le vide. »

(Sacha Guitry)

HEROS

« Il n'y a point de héros pour son valet de chambre. »

(C. Cornuel)

HEURE

« Ce ne sont pas les heures qui sont précieuses, ce sont les minutes. »

(George-Bernard Shaw)

 

09:13 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)