Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/08/2016

L'aéronaute embourbé (Chapitre 1)

08:54 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (2)

17/08/2016

Paroles de sagesse éternelle (Michel Piquemal & Marc de Smedt)

Paroles de sagesse.jpgComme son titre l’indique, ce court volume (93 pages) est un recueil de citations, de fables, contes voire légendes de toutes sortes d’origine, ayant toutes quelque chose à voir avec la sagesse, la philosophie ou la religion dans ce qu’elle a de meilleur, c’est-à-dire quand elle prône l’amour du prochain, la paix et la tolérance. Les deux auteurs ont su faire appel aux plus grands penseurs d’Occident comme Socrate ou Epictète ou d’Orient comme Bouddha ou Confucius, sans oublier les plus récents comme Balzac, Shakespeare, Saint-Exupéry ou Rilke. Ils n’ont pas négligé la sagesse populaire, en citant le savoureux conte du passeur illettré qui se moque du savant qui ne sait pas nager ou l’histoire de Brahmâ cherchant à cacher à l'homme sa part de divinité. Ils ont également proposé quelques citations de toutes sortes de textes sacrés comme les Upanishads, le Tao, la Bible ou les Evangiles. Vu que « les paroles sont le souffle de l’âme » (dixit Pythagore), ces bribes de sagesse réunies dans ce joli petit carnet peuvent rester bien en vue dans une bibliothèque pour être consultées à tout moment. Elles seront des compagnes fidèles tout au long de la vie de l’honnête homme. Cet ouvrage fait partie d’une collection appelée « Carnets de sagesse ». Edition de qualité. Papier glacé et belles illustrations, ce qui ne gâte rien.

4/5

 

08:10 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

13/08/2016

Les flammes du purgatoire (Robert Christophe)

les flammes du purgatoire.jpgCe livre est sous-titré « Histoire des prisonniers de 1940 » et c’est bien de cela qu’il s’agit. Robert Christophe fut l’un des 1 845 000 prisonniers de guerre qui se retrouvèrent « faits aux pattes », pris les armes à la main ou purement et simplement livrés par des chefs défaitistes alors que tout (sur le papier) indiquait que l’armée française pouvait avoir la supériorité sur la Wehrmacht. Nombre de chars, aviation, marine supérieurs en nombre. Que se passa-t-il alors pour que cette victoire potentielle se transforme en honteuse défaite ? Pour l’auteur, tout fut affaire d’ordres contradictoires, d’incompréhension entre l’état-major et la troupe. Gabegie ? Défaitisme ?

Toujours est-il que jamais dans l’Histoire ne se retrouva un si grand nombre de captifs qui servirent de main d’œuvre et subirent des conditions de détention effroyables et pas très différentes de celles des déportés. L’auteur montre bien que les nazis ne respectèrent aucun des accords signés, rejetèrent les conventions de Genève sous le prétexte que le camp adverse ne disposait pas de prisonniers. On apprend beaucoup de choses sur la vie quotidienne dans les stalags et les oflags grâce à ce livre bien écrit et bien documenté dont ressort quelques conduites calamiteuses mais aussi beaucoup de dignité et même d’héroïsme en particulier dans les tentatives d’évasion réussies ou non. Un très bon document pour l’Histoire.

4/5

 

09:09 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

11/08/2016

Un Dieu parmi les hommes (Sylvain Johnson)

Un dieu parmi les hommes.jpgDans un Montréal dévasté par un cataclysme, un homme entre dans la cathédrale et s’empare d’une chasse contenant le cœur d’un saint très vénéré. Diane et Marcel forment un couple qui ne s’entend plus et qui part à la dérive. Marcel boit beaucoup plus que de raison. Il frappe et humilie sa femme. Un jour, alors qu’il vient de lui faire subir une agression des plus horribles, Marcel découvre une capsule apparemment venue d’une autre planète.

« Un Dieu parmi les hommes » est plus un roman d’horreur que de science-fiction pure. Quoi que cette histoire d’extra-terrestre adopté par un couple infernal et lui-même issu d’une sorte de docteur Folamour tienne également de la fable ou du conte philosophique sur le thème du Dieu maléfique. Il y a beaucoup de détachement, de dérision et même d’ironie grinçante chez Sylvain Johnson qui nous donne là un ouvrage magistral qui ne se lit pas mais qui se dévore. Un véritable page-turner. Adapté au cinéma, il pourrait même donner un surprenant block-buster ! Et pourtant, la dernière page atteinte, on s’étonne d’avoir porté un tel intérêt à des personnages aussi déplaisants (excepté Diane bien entendu). Mais sans doute est-ce à cela qu’on reconnaît la belle ouvrage. Lisez Sylvain Johnson, vous ne serez pas déçu du voyage, à condition d’avoir le cœur bien accroché bien sûr !

4/5

 

08:21 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

10/08/2016

Les Faux As (Chapitres 1 à 36)

08:20 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

09/08/2016

Hyenae (Gilles Vincent)

Hyenae.jpgDans les quartiers nord de Marseille, la commissaire Aïcha Sadia procède à une arrestation délicate, pendant laquelle ressurgit une cassette video pédopornographique surgie de nulle part. Aïcha se lance alors sur la piste d’un réseau qui pratiquerait des enlèvements d’enfants suivis de sévices et tortures de toutes sortes pour alimenter les fantasmes malsains de déséquilibrés et obsédés sexuels. Ainsi, quatre années plus tôt, la jeune Camille est montée dans une fourgonnette blanche et n’a jamais été retrouvée. Aidée de son compagnon, Sébastien Touraine, lui-même détective privé, Aïcha parviendra-t-elle à démanteler cette malfaisante filière ?

« Hyenae » est un thriller et un roman noir particulièrement réussi et magnifiquement écrit. Impossible de lâcher ce page-turner digne des plus grands (King, Thilliez, Chattam, Coben et autres). Le lecteur est scotché, glacé, épouvanté devant tant d’horreurs et de monstruosité. Il ne peut que se demander comment l’être humain peut se comporter aussi mal. Il n’est parfois pas très loin d’avoir le cœur au bord des lèvres. Les amateurs de sensations fortes ne manqueront pas semblable expérience. Quant aux âmes sensibles, elles pourront se dispenser. Il n’en demeure pas moins que Gilles Vincent rejoint grâce à ce livre le panthéon des grands maîtres de ce genre particulier de littérature.

4,5/5

 

08:34 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

06/08/2016

Une vraie famille (Valentin Musso)

une vraie famille.jpgNon loin de Ploermel, en Bretagne, la voiture de François Vasseur, professeur à l’université en longue maladie est victime d’une crevaison. Alors que le conducteur peine à changer de roue sous une pluie battante, Ludovic, jeune chômeur venu du Nord, vient à son aide. Quelques jours plus tard, François et Mathilde, son épouse, le retrouvent et lui proposent quelques travaux de jardin dans leur maison isolée. Le jeune homme travaille si bien que le couple lui confie toutes sortes de travaux de rénovation et finit même par l’héberger en permanence. Mais qui est vraiment Ludovic ? Et quel drame secret cache ce couple de Parisiens venus se réfugier au fin fond de la lande bretonne ?

« Une vraie famille » se situe aux confins du thriller à la française et du roman noir. À l’exception d’une première scène particulièrement violente et dont on ne comprend l’importance que beaucoup plus loin dans la narration, tout démarre très en douceur, de façon agréable et policée et ne bascule dans le drame qu’à mi-course. L’une des grandes forces de ce roman réside dans l’effet de surprise assez époustouflant de ce premier rebondissement puis dans l’enchainement épouvantable qui s’ensuit. La seconde tient à la grande qualité des descriptions psychologiques des personnages, tous attachants avec leurs fêlures ou leurs blessures diverses et variées. Et la dernière, mais pas la moindre, se trouve dans la belle plume de Valentin Musso, à la fois élégante, sobre, précise et détaillée. Un ouvrage particulièrement réussi que l’on ne peut que conseiller à toutes celles et à tous ceux qui cherchent un polar original et de grande qualité qui aborde avec maestria les conséquences funestes des traumatismes post-attentats.

4/5

 

08:36 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

03/08/2016

Tango Parano (Hervé Le Corre)

Tango Parano.jpgÀ Bordeaux, Elise Dulac, une jeune secrétaire médicale, est assassinée. Les capitaines Schmidt et Cousin, responsables de services secrets font appel à Henri Vallès, un ancien flic rayé des cadres suite à une longue maladie mentale. Ils lui proposent d’infiltrer une secte particulièrement pernicieuse. Vallès accepte en ne se faisant pas d’illusions sur la dangerosité de l'affaire. Il commence son enquête chez son propre psy qui aurait été un des plus farouches adversaires de la secte et croise la route d’une certaine Edmonde, beauté fatale dont il tombe immédiatement amoureux. Les cadavres vont s’accumuler, les coups tordus et les manipulations également…

« Tango Parano » est un polar plutôt atypique. Ce n’est ni un thriller à l’américaine, ni un roman policier à suspects multiples, ni un roman noir, mais quelque chose de parodique, de très français et d’assez proche de l’esprit des Frédéric Dard, des Alphonse Boudard et autres Michel Audiard. L’intrigue qui est plutôt secondaire, moyennement construite et avec une fin improbable, importe moins que le style à la fois descriptif, décalé et un tantinet humoristique. Le Magazine Littéraire parle d’une « écriture minutieuse et flamboyante », ce qui est bien vu. Le revers de la médaille est une certaine lenteur narrative et une bizarre fixation sur la nourriture et sur le sexe. Ces petits bémols précisés, cet ouvrage reste agréable et mérite l’attention des amateurs ne serait-ce que pour la très belle plume de Le Corre.

3/5

 

08:41 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

30/07/2016

Le lagon noir (Arnaldur Indridasson)

Le lagon noir.jpgQuelque part en Islande, non loin de l’importante base américaine de Keflavik, le cadavre d’un homme atrocement mutilé est découvert dans un lagon noir par une jeune femme venue se baigner pour soulager son psoriasis dans ses eaux sulfurées. L’inspecteur Erlendur commence une enquête laborieuse en imaginant que la victime a pu être lancée depuis un avion en vol. Mais bien vite, les soupçons l’amènent à s’intéresser de près à la base militaire US.

« Le lagon noir » est un roman policier décrivant deux enquêtes menées conjointement. En plus du cadavre de l'ingénieur, Erlendur s’intéresse également à une jeune fille disparue mystérieusement dans les années soixante-dix, une affaire qui n’a jamais été élucidée. L’ambiance est lourde, les rapports avec l’armée américaine sont difficiles et les deux enquêtes avancent péniblement. L’affaire de la jeune fille disparue finit même par prendre la vedette sur celle de l’ingénieur et l’ennui n'est pas loin. Le lecteur apprendra néanmoins pas mal de choses sur l’Islande. C’est à peu près le seul intérêt de ce polar glauque venu du froid qu’il faut réserver aux fans du genre « nordique ».

3/5

 

08:56 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

28/07/2016

Les loups blessés (Christophe Molmy)

les loups blessés.jpgUn braquage de fourgon blindé en région parisienne par une équipe composée de deux voyous de banlieue, Imed et Nordine Belkiche, et d’un Corse prénommé Doumé, tourne au drame. Attaqués à l’arme lourde, deux convoyeurs de fonds sont abattus froidement et tout cela pour un butin des plus modestes. Quand il apprend la nouvelle, Matteo Astolfi, voit rouge. Il en a assez des sottises de son jeune frère Doumé et voudrait bien lui-même finir en beauté. Renan Pessac, commissaire blanchi sous le harnais et relativement désabusé se retrouve chargé d’une affaire qui va tourner au bras de fer entre Matteo et lui, au combat à mort entre deux loups blessés.

« Les loups blessés » est plus un roman noir qu’un roman policier à énigme et suspects multiples, style « whodunit » (cf Agatha Christie et consoeurs). Ancien patron de la BRI, Molmy sait de quoi il parle et ce qu'il raconte sent le vécu. Il permet au lecteur d’assister à tout, aussi bien côté flics que côté voyous, ce qui est relativement intéressant, car on ne vit pas la même chose selon le camp où l’on se trouve. Quoique. Les caractères sont aussi bien trempés que bien décrits. L’intrigue est bien menée, intéressante, crédible. Seul bémol : dans un désir louable de précision technique, l’auteur décrit tout par le menu, jusqu’aux plus infimes détails d’une filature ou d’une planque, ce qui ralentit un peu trop à mon goût le rythme de la narration. Il n’en demeure pas moins que ce livre permet de passer un bon moment de lecture et pourrait certainement donner lieu à une belle adaptation cinématographique.

3,5/5

 

08:33 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)