Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/05/2016

Belgravia (Julian Fellowes)

cover225x225.jpegEn juin 1815, à Bruxelles, la jeune et jolie roturière Sophia Trenchard est tout heureuse d’avoir obtenu trois cartons d’invitation pour le bal que donne la duchesse de Richmond. Elle compte bien y retrouver l’homme qu’elle aime, le jeune et charmant Lord Bellasis… Pourtant, l’ambiance de la soirée ne sera ni à la légèreté ni à la romance. Napoléon, échappé de l’île d’Elbe, marche avec ses troupes sur Bruxelles. Wellington s’apprête à le bloquer sur la plaine de Waterloo. Pour combien de ces jeunes danseurs ce bal sera-t-il le dernier ?

« Belgravia » est le premier épisode d’une saga qui en comportera onze et sera diffusée sous forme de feuilleton chaque jeudi du 21 avril au 16 juin 2016. Le procédé est connu et semble avoir fait ses preuves. Si l’éditeur, J.C.Lattès, offre généreusement ce premier épisode, c’est uniquement pour amorcer la pompe. Il s’agit d’un roman historique à forte connotation sentimentale, ouvrage très bien écrit qui devrait ravir les amateurs (trices) du genre. L’ambiance de la ville de Bruxelles à cette époque particulière semble assez bien rendue. Les personnages sont bien campés et l’héroïne principale particulièrement attachante. La rencontre entre la famille de Trenchard, petit boutiquier parti de rien et devenu par la grâce des évènements principal fournisseur de l’armée au point d’être surnommé « le Magicien » avec le milieu aristocratique et les plus hauts responsables est des plus intéressantes et des plus emblématiques. À conseiller sans problème vu la qualité de ce premier épisode.

4/5

 

08:31 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

03/05/2016

Saignons sous la pluie (Antoine Lefranc)

Saignons-sous-la-pluie_3066.jpgJean, étudiant en arts cinématographiques et Nicolas, son colocataire, lassés de leurs parties de jeux vidéo, s’intéressent de près à un tueur en série qui sévit en ville. Comme il signe chacun de ses crimes avec un baigneur en plastique, les médias l’ont surnommé « le tueur aux poupons ». Et voilà qu’un message bizarre apparaît sur les réseaux sociaux. Pour se justifier, le psychopathe donne rendez-vous aux journalistes dans un ancien abattoir désaffecté. Caméra sur l'épaule, Jean et Nicolas s’y rendent, espérant décrocher le scoop du siècle.

« Saignons sous la pluie » est le premier épisode d’une série intitulée « Peurs sur la ville ». Il s’agit d’un récit d’épouvante fort bien mené et très agréable à lire. Bonne intrigue. Suspense. Personnages sympathiques. Chute surprenante. Pour une fois que la qualité littéraire est au rendez-vous, nul doute que cette série devrait aisément trouver un public. L’éditeur, Storylab, s’est fait une spécialité de proposer des histoires courtes bien adaptées à notre époque de lecture rapide ou furtive sur liseuses, tablettes et ordinateurs. Le style est efficace et bien rythmé, sans sophistication particulière. Mais sans doute un peu trop vite lu et peut-être aussi un peu trop vite oublié.

4/5

 

08:45 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

02/05/2016

Expresso Love (Video)

09:06 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

29/04/2016

La chatonaute, a space cat odyssey (Pierre Léauté)

cover225x225.jpegFélicette, petite chatte noire et blanche, se retrouve capturée sur les toits de Paris et emmenée sur une lointaine base spatiale où Horace de Ville, savant responsable de la conquête de l'espace pour le compte de la France, l’entraîne en compagnie d’une série d’autres félidés en vue de lui faire accomplir un voyage dans l’espace, histoire de damer le pion aux Russes et à leur petite chienne Laïka. Ayant été choisie pour l’expérience, Félicette est installée à bord de la fusée Vernon qui décolle du désert du Sahara. Tout se passe pour le mieux si l’on excepte le fait qu’elle retombe sur terre à Paris dix ans plus tôt !

« La chatonaute, a space cat odyssey » est une nouvelle servant de teaser à « Guerre aux grands ! », ouvrage dont elle est tirée. Proposée en libre accès sur les plate-formes, elle permet de se faire une idée de l’humour de son auteur Pierre Léauté, grand ami des animaux qui dédie cette histoire charmante en forme de conte philosophique « à Félicette et à tous les animaux que la barbarie a sacrifiés au nom du progrès humain ». Inutile d’en dire beaucoup plus sur cet agréable moment de lecture. Il faut lire cette charmante histoire pleine de naturel, de fraicheur et de bons sentiments.

4/5

 

09:00 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

27/04/2016

Le retour du petit homme (Chapitres 1 à 13)

08:36 Publié dans Humour, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

24/04/2016

Pax Europae / L'espoir meurt le dernier (Florent Lenhardt)

cover225x225.jpegDans un futur relativement proche, l’Europe s’est embourbée dans une troisième guerre mondiale. La Russie, l’Arabie et l’Inde s’en sont mêlées. Le vieux colonel John K. Marlowe se trouve à la tête des dernières forces armées européennes. Les pays scandinaves et l’Allemagne ayant été balayés par le rouleau compresseur russe, la Grande-Bretagne assiégée se retrouve dans la délicate position du tout dernier bastion de résistance. Eux-mêmes en pleine guerre civile ethnique, les Etats-Unis ont déserté. D’un moment à l'autre, les armées russes vont débarquer. La situation est grave mais pas encore totalement désespérée. Le colonel est face à un ultime dilemme : tenir ou abandonner tout espoir.

« Pax Europae » est le premier épisode d’une saga uchronique paradoxale. En effet, l’auteur y imagine un futur qui ressemble étrangement au passé. Ses descriptions de combats aériens ou terrestres ressemblent furieusement aux batailles de la seconde guerre mondiale avec juste quelques engins un peu étranges comme les « Bizarroïdes », blindés améliorés, pour sacrifier un minimum aux canons de la SF. On aurait aimé apprendre le pourquoi et le comment de cette étrange troisième guerre mondiale qui n’a rien de vraisemblable même en tenant compte des réalités géopolitiques actuelles. Même chose pour les personnages. En dehors du fait que ce sont de fiers combattants, on sait fort peu de choses à leur sujet. Peut-être faudra-t-il attendre le second épisode pour vraiment comprendre de quoi il retourne. Quelles péripéties ont amené à pareille catastrophe ? Quel est le but des Russes ? Pourquoi les autres blocs sont parties prenantes dans ce conflit ? Série à réserver aux fanas mili amateurs de batailles et autres jeux vidéos.

2,5/5

 

08:30 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

22/04/2016

Bienvenue sur Déliciosa (Video)

08:36 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

20/04/2016

Le Mammouth m'a tuer (Chapitres 1 & 2)

09:12 Publié dans Concept, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

17/04/2016

Les vrais durs (T.C. Boyle)

index.jpgLors d’une escapade dans la jungle d’Amérique centrale, Sten Stensen, principal de collège en retraite et ancien combattant du Viet-Nam, sauve ses compagnons croisiéristes d’une bande de détrousseurs en étranglant l’un d’eux. De retour dans sa petite ville, il passe pour un héros alors qu’il ne peut vraiment profiter de son temps libre. Son fils Adam, qui se prend pour le trappeur John Colter et vit dans les bois comme un sauvage, est un grand souci pour lui. Un jour, en faisant du stop, Adam rencontre Sara Hovarty Jennings, femme mûre, solitaire et marginale qui s’éprend de lui et le rejoint un temps dans les bois. Mais les démons qui hantent l’esprit dérangé d’Adam ne vont pas tarder à se déchainer et l’amener au drame.

« Les vrais durs » est un ouvrage que l’on peut considérer à la fois comme un roman noir et comme un roman social. L’auteur y décrit une Amérique profonde toujours inspirée ou hantée par l’esprit des pionniers, une Amérique conquérante, violente, sûre d’elle, à une époque où toutes ses anciennes valeurs n’ont plus tellement cours. En présentant ce livre comme une sorte de chef-d’œuvre (« Magistral » selon The Times), la critique n’a fait qu’œuvre de promotion et de marketing. La réalité est un peu différente. L’intrigue n’est pas particulièrement passionnante. Les personnages, et surtout les Stensen, ne sont pas tellement sympathiques. Adam n’est qu’un psychopathe souffrant de paranoïa doublé d’un adulescent qui refuse toute contrainte. Seule Sara, la rebelle qui refuse de présenter son permis de conduire aux flics qui la contrôlent, attire une certaine empathie. Le style de Boyle très lent et très descriptif n’a rien de flamboyant. Il est même d’une lecture un peu laborieuse. La narration manque de rythme et même d’humour. L’ensemble n’est au bout du compte que la narration d’un fait divers assez lamentable dont un esprit libre et perspicace ne devrait tirer aucune généralité.

3/5

 

08:56 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

16/04/2016

Message de l'Univers (David Brin)

Message de l'univers.jpgFinalement qu’est-ce donc que cette singularité ? Une chose incroyablement vorace, un objet au départ plus petit qu’un atome et qui finit, au fur et à mesure qu’il s’enfonce en direction du magma, par peser plusieurs mégatonnes. Et qui a bien pu faire pénétrer cette bombe jusqu’au plus profond des entrailles de la Terre ? Quelques savants fous ? Ou bien des entités extra-terrestres ? Il faut dire que tout va de mal en pis sur la planète bleue : les guerres n’en finissent pas, la population ne cesse de proliférer, la nature est saccagée, exploitée, polluée à un point tel que les amoureux de Gaïa prétendent qu’elle n’en peut plus et que ce trou noir n’est rien d’autre qu’une manière de se régénérer.

« Message de l’Univers » est le second tome du diptyque intitulé « Terre ». Il décrit, comme l’explique l’auteur dans sa postface l'un des nombreux états possibles de notre monde dans un demi siècle. Le précédé narratif utilisé, le récit choral, basé sur les différentes couches de notre univers, noyau, manteau, croute, lithosphère, hydrosphère, biosphère, ionosphère, holosphère, mésosphère et exosphère, ainsi que la multitude de personnages, ne facilitent pas la compréhension d’un récit déjà passablement embrouillé et grandement alourdi de données scientifiques pas forcément simples d’abord. Paru en 1990, le livre a un peu vieilli (les données géopolitiques ont changées, personne ne se préoccupe plus du trou dans la couche d’ozone et la bombe démographique est passée loin derrière le réchauffement climatique). Et comme sa lecture est assez laborieuse, le plaisir pris demeure assez réduit.

2,5/5

 

08:38 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)